automobile

Les voitures électriques sont mieux branchées

Le réseau de bornes de recharge se densifie grâce à un constructeur automobile

Les voitures électriques sont mieux branchées

Mobilité Le réseau de bornes de recharge suisse se densifie grâce à l’impulsion d’un constructeur automobile

Certains vendeurs d’électricité, au contraire de Groupe E, ne sont pas prêts à se lancer dans une stratégie d’anticipation du marché

«C’est désormais le plus grand réseau de recharge de Suisse.» Stéphane Rosset, responsable de l’unité d’affaires E-mobility de Groupe E, principal distributeur d’électricité dans les cantons de Fribourg et Neuchâtel, est fier du bond effectué par sa société dans l’équipement de «stations-service» électriques en Suisse.

Présenté mardi à Cortaillod (NE), le réseau public de bornes de recharge, qui répond au nom de «Move», quadruple l’impact de Groupe E sur ce marché grâce à un partenariat avec le constructeur automobile Renault. Le groupe français, qui se présente comme le leader de la mobilité entièrement électrique grâce notamment au véhicule ZOE, a choisi d’équiper 36 garages concessionnaires de bornes publiques en partenariat avec Groupe E. La société électrique, qui exploitait déjà 13 bornes dans la région fribourgeoise, passe d’un coup à 58 en Suisse, dont 9 installées en Suisse alémanique en collaboration avec d’au­tres groupes électriques.

En réalité, les détenteurs de véhicules électriques peuvent se passer du réflexe du plein puisque dans 80% des cas la voiture, qui dispose d’une autonomie variant entre 150 et 200 km, peut être rechargée sur une place privée à domicile ou sur le lieu de travail. En effet, la grande majorité des 150 installations de bornes effectuées par Groupe E depuis 2011 sont chez des particuliers. «Mais la peur de la panne sèche demeure malgré tout très forte», constate Olivier Martin, directeur des ventes de Renault Suisse.

Les bornes publiques de recharge rapide, d’une capacité de 22 kWh, permettent de faire le plein d’électricité en une heure à 80% de puissance de la batterie. Le système Move fonctionne notamment avec une carte électronique qui coûte 96 francs par an, le courant délivré étant encore gratuit cette année. Ces bornes devraient donc être situées dans des endroits où l’automobiliste prévoit une activité d’achats ou de loisirs. Groupe E étudie un partenariat qui devrait permettre l’installation de bornes plus puissantes (43 kWh), réduisant la durée de charge à 30 minutes.

Les groupes électriques suisses sont partagés sur la stratégie à adopter dans ce domaine. Romande Energie (RE) a effectué une étude qui parvient à la conclusion que le marché de la voiture électrique et des stations-service ad hoc n’est pas suffisamment mûr. «Nous sommes en position d’attente en raison du prix d’achat élevé des véhicules et de leur autonomie encore trop faible, explique Karin Devalte, porte-parole de RE. En outre, les normes de recharge ne sont pas encore finalisées aux niveaux suisse et européen.» A moyen terme, la société offrira peut-être un service d’installation de bornes pour les entreprises et les particuliers.

Le grossiste en électricité Alpiq avance à petits pas dans le cadre du projet EVite, association qui comprend notamment le Touring Club Suisse, Swisscom, le groupe pétrolier Socar et deux sociétés électriques zurichoises. Une première borne publique a été installée en décembre 2012 au restoroute de Kölliken (AG). Mais l’objectif de 150 bornes annoncé fin 2012, sans préciser le délai de réalisation, est très loin d’être atteint.

Le groupe Migros, qui possède à la fois des centres commerciaux et un réseau des stations-service (Migrol), semblait bien placé pour entrer sur ce marché. Mais sa filiale M-Way, fondée en 2010 pour promouvoir l’électromobilité, est surtout destinée aux détenteurs de vélos et de scooters électriques. «Nous avons songé à intégrer des bornes de recharge dans nos stations-service pour véhicules à essence, mais nous y avons renoncé car, au fond, il n’y a pas de marché de la voiture électrique, constate Daniel Hofer, patron de Migrol. D’ailleurs, les propriétaires rechargent en priorité leur véhicule à la maison.» Migros a toutefois équipé une dizaine de centres commerciaux de bornes, surtout pour les cyclistes.

Romande Energie attendra un décollage du marché de l’électromobilité avant de se lancer

Publicité