Le géant automobile allemand Volkswagen a indiqué jeudi qu'il allait rappeler 8,5 millions de véhicules dans l'Union européenne équipés d'un moteur manipulé, et ce à partir de janvier 2016. 

L'annonce du groupe dans un communiqué fait suite à l'injonction faite jeudi au groupe par les autorités allemandes de rappeler les voitures concernées en Allemagne (2,4 millions). Jusqu'ici Volkswagen avait évoqué le chiffre de 8 millions de véhicules concernés en Europe, sur 11 millions dans le monde équipés d'un logiciel permettant au moteur de fausser les résultats de tests antipollution. 

Les autorités allemandes ne misent plus simplement sur le bon vouloir de Volkswagen pour remettre aux normes ses moteurs truqués mais ont décidé d'imposer au constructeur un gigantesque rappel, une approche directive qui pourrait faire école.

"Nous allons ordonner le rappel" de 2,4 millions de véhicules en circulation en Allemagne et équipés d'un moteur truqué, avait déclaré ce matin un porte-parole de l'Autorité fédérale des transports KBA.

L'approche est inédite; d'ordinaire l'organisme se contente de superviser les rappels, mais ne les impose pas. 

Le ministre des Transports, Alexander Dobrindt, supérieur hiérarchique de la KBA, a justifié ce passage à un régime coercitif par "la dimension" du rappel, qui "rend nécessaire un certain degré de contrôle". 

Le journal Bild rapportait jeudi que les autorités allemandes "perdaient patience" avec Volkswagen et n'étaient pas disposées à s'en remettre au bon vouloir du constructeur pour corriger le tir. Devant la presse, M. Dobrindt a préféré parler d'une "coopération tout à fait constructive" avec le groupe, dont les liens avec la sphère politique sont nombreux et étroits. 

Le ministre en a profité pour revoir à la baisse le nombre de voitures concernées en Allemagne. Le chiffre de 2,8 millions annoncé initialement correspondait à la totalité des voitures porteuses du logiciel incriminé ayant été immatriculées, mais certaines d'entre elles ne sont plus en circulation.

Lire: Dans sa gestion de crise, Volkswagen fait tout faux pour l'instant

Calendrier inchangé 

La KBA attend "d'ici fin octobre" la présentation par Volkswagen de sa solution technique pour les moteurs diesel 2 litres - pour lesquels une simple manipulation informatique devrait suffire - et d'ici fin novembre les détails du plan pour les moteurs 1,2 et 1,6 litre, qui eux devront repasser au garage, a détaillé M. Dobrindt. 

Rien ne change en revanche pour le calendrier des rappels communiqué la semaine dernière par le patron de Volkswagen Matthias Müller. Ils doivent commencer en janvier 2016 et s'étaler sur toute l'année. 

Lire: Ma Volkswagen est concernée par la fraude, que faire?

Ce délai a été critiqué par certaines organisations comme Greenpeace, car beaucoup trop long. Mais la solution technique pour les moteurs 1,2 et 1,6 litres ne sera pas disponible et prête à l'installation avant septembre 2016, a expliqué M. Dobrindt. 

Volkswagen, géant aux 12 marques et 200 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, a avoué le mois dernier avoir installé sur le moteur diesel de 11 millions de véhicules dans le monde un logiciel capable de fausser les résultats des tests antipollution. Des voitures de marque VW, Audi, Seat et Skoda sont concernées, ainsi que des véhicules utilitaires.

Ca chauffe aussi en Italie

La police italienne a perquisitionné jeudi les sièges de Lamborghini et de la branche italienne du groupe allemand Volkswagen, impliqué dans le scandale du logiciel fraudeur, tandis que six dirigeants du groupe ont été placés sous enquête judiciaire, a annoncé l'agence de presse AGI.

Parmi les dirigeants concernés par cette enquête ouverte pour "fraude commerciale" figurent Massimo Nordio, directeur général de Volkswagen Italie, et Luca De Meo, responsable marketing et ventes de la marque Audi, également concernée par dans ce scandale.

Lire: Le scandale Volkswagen a éclaté pour une économie de 329 francs