Banque

Vontobel a continué sur la voie de la croissance

La banque privée zurichoise a vu son bénéfice net progresser de 8% sur un an au premier semestre 2016. Il a atteint 105,7 millions de francs

La banque privée zurichoise Vontobel a vu son bénéfice net progresser de 8% sur un an au premier semestre, à 105,7 millions de francs. L'établissement a bien maîtrisé le départ, en mars, de son gestionnaire de fonds vedette Rajiv Jain et des reflux d'argent liés.

Le rendement des fonds propres s'est fixé à 14,4% et le bénéfice par action a augmenté de 6%, a indiqué mardi l'institut bancaire. Le produit d'exploitation a, quant à lui, baissé de 2%. Il a atteint 496,8 millions de francs, contre 507,6 millions au cours du premier semestre de 2015.

Départ sans changement stratégique

Les charges d'exploitation ont baissé de 5%, à 367,1 millions de francs. Dans la gestion d'actifs, les dépenses en personnel ont été réduites de 27%, à 80,5 millions, en raison principalement du départ de Rajiv Jain, collaborateur certainement le mieux payé de la société selon l'agence financière awp.

Ce changement a eu un impact positif de 5 millions de francs sur le bénéfice après impôts, a déclaré le directeur financier Martin Sieg lors d'une conférence téléphonique. Sans ce départ, la progression du résultat aurait été moindre.

Le directeur général Zeno Staub a indiqué que son établissement avait «un solide plan pour assurer la succession» du gestionnaire de la «quality growth boutique» new-yorkaise - soit la division phare d'investissement de la banque. Un plan publié dès le lendemain du départ de Rajiv Jain. L'équipe a pu continuer sous la direction de Matthew Benkendorf, sans changement dans la stratégie de placement.

Avoirs sous gestion en baisse

Le changement de personnel n'a cependant pas seulement eu un effet positif. Et ce même si toutes les activités dans la gestion d'actifs ont clairement augmenté, hormis la boutique «quality growth», a souligné Zeno Staub.

Les avoirs de la clientèle se sont chiffrés à 140,1 milliards de francs, contre 142,3 milliards lors de l'exercice précédent (-5%). La banque a notamment vu ses actifs sous gestion (AuM) fondre de 10%, à 84,9 milliards.

Les clients ont retiré 8,7 milliards de francs de leurs comptes chez Vontobel suite au départ de Rajiv Jain. Les clients qui devaient reprendre leurs avoirs lors d'un changement de gestionnaire l'ont déjà fait lors du semestre sous revue.

Dans la boutique «quality growth», Vontobel a enregistré un recul de capitaux de 11,8 milliards de francs. Mais corrigés de cette boutique, les nouveaux dépôts se sont montés à 3,1 milliards de francs sur les six premiers mois de l'année, après un afflux net de 6,4 milliards l'an dernier à la même période.

Attentes dépassées

Le bénéfice avant impôt dans le segment de la gestion d'actifs a augmenté de 26%, à 85,3 millions de francs. La banque d'investissement a par contre vu son bénéfice fondre de 19%, à 37,6 millions.

Le bénéfice des activités de banque privée a lui augmenté de 4%, à 26,6 millions. Une hausse des actifs sous gestion a ici permis de compenser la faible activité commerciale des clients et les taux négatifs.

Le ratio coûts/revenus s'est amélioré sur un an. Il s'est fixé à 75,7%, contre 72,9% lors de l'exercice précédent. Avec 18,3%, le quota de fonds propres dépasse les exigences réglementaires minimales, a poursuivi la banque.

La performance de Vontobel a dépassé les attentes des analystes consultés par awp sur tous les points. Ils avaient tablé en moyenne sur un produit d'exploitation à 492,3 millions de francs, un bénéfice net à 84,4 millions, un retrait d'argent frais de 1,7 milliard et une masse sous gestion de 131,6 milliards.

Le titre Vontobel gagnait ainsi 4,32% à 45,90 francs vers 12h10 à la Bourse suisse, alors que le marché global (SPI) progressait de 0,02%. La banque s'est bien défendue dans des conditions de marché difficiles, ont commenté les analystes.

Objectifs annuels en vue

Quant à l'avenir, l'établissement bancaire table sur la poursuite de sa croissance et de ses objectifs de rendement pour l'année 2016, malgré le contexte difficile des taux bas.

Zeno Staub a qualifié le début du deuxième semestre de «relativement bon». La seconde moitié de l'année devrait toutefois être «comme habituellement» plus faible que la première, a-t-il conclu.

Au 30 juin 2016, l'établissement bancaire employait 1494 collaborateurs.

Publicité