Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

PREVISIONS

Vontobel recommande UBS parmi ses six favoris pour 2009

Le bénéfice des sociétés cotées devrait augmenter de 84% en 2009 et atteindre 83 milliards. L'indice SMI pourrait augmenter de 15% l'an prochain, mais attention au court terme.

Sur la crise financière, «le pire est derrière nous», explique Panagiotis Spiliopoulos, chef de la recherche chez Vontobel, vendredi à Zurich. Celui-ci prévoit une hausse de 15% des indices suisses d'ici à la fin 2009 et de 32% d'ici à la fin 2010. Ces attentes correspondent au scénario le plus probable (60%), lequel intègre une modeste baisse du PIB américain (-0,5%). Il traduit essentiellement une lente accalmie sur le marché monétaire. Les banques devraient à nouveau se faire confiance. La probabilité d'un pire scénario est de 25% (baisse du PIB américain de 2,5%) et celle d'un meilleur environnement 15% (hausse du PIB de 1,3%).

La première et principale raison de la hausse prévue en 2009 s'appuie sur le repli de la prime de risque (rendement des bénéfices divisé par le rendement des obligations). Celle-ci s'élève aujourd'hui à 6,5%.

Ce ne sont pas les bénéfices des sociétés qui soutiendront les cours. Dans le contexte actuel, les perspectives bénéficiaires sont d'ailleurs hasardeuses. Il y a un an, Vontobel prévoyait 100 milliards de bénéfices pour les sociétés suisses en 2008. Ce devrait être 45 milliards, soit une réduction de 55% par rapport aux attentes. Pour 2009, Vontobel s'attend à 83 milliards de francs de bénéfices, un joli rebond d'origine bancaire. Les résultats des banques s'amélioreront de 29 milliards de francs. Mais le premier trimestre 2009 devrait, par son flot de mauvaises nouvelles, pénaliser les indices. La reprise boursière devrait donc patienter jusqu'au deuxième semestre.

Privilégier la solidité du bilan et le cash-flow

Dans le choix de titres, Panagiotis Spiliopoulos propose aux investisseurs de privilégier d'autres critères que le multiple de bénéfices. Il faut mettre en avant la solidité du bilan et la qualité du bénéfice. C'est pourquoi le free cash-flow est présenté comme critère de base. Le terme n'est employé que par les spécialistes, mais sa compréhension est susceptible d'éviter de lourdes erreurs. Il correspond au cash-flow d'exploitation de l'entreprise diminué des dépenses d'investissement, d'acquisitions et des dividendes. Plus de 60 sociétés suisses ont l'avantage de présenter un rendement du free cash-flow de plus de 10% (rapport entre free cash-flow et valeur boursière).

Les analystes recommandent les six valeurs suivantes à l'achat: UBS (objectif de cours à 22 francs), en raison de la solidité de son bilan et des mesures prises pour un retournement; Romande Energie (objectif 2850 francs), pour jouer indirectement les gains du rapprochement entre Atel et EOS; Temenos (objectif 29 francs), pour la stabilité de son cash-flow; Valora (objectif 180 francs), pour jouer le retournement de la société; Holcim (objectif 84 francs), en raison des divers programmes de relance des infrastructures; Syngenta (objectif 270 francs), qui devrait profiter d'une stabilisation des cours des matières premières.

Le chef analyste sélectionne également diverses sociétés qui devraient profiter de la reprise des bourses au deuxième semestre. Ce choix intègre un grand nombre de valeurs cycliques telles qu'Adecco, ABB, Bucher ou Swatch.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)