Il y a deux ans, à l’occasion de son entrée en bourse (IPO) à New York, Spotify avait fait sensation. La plateforme suédoise de musique en ligne avait opté pour une cotation directe, une première pour une start-up de cette taille.

Près d’un an plus tard, les propriétaires de Slack, jeune pousse américaine active dans la messagerie en entreprise, ont également privilégié cette voie. S’épargnant la longue et coûteuse procédure que requiert une IPO traditionnelle, les actionnaires de la première heure ont directement mis leurs participations aux enchères. La valeur du titre avait bondi de 48,5% durant la première séance. Il y a quelques jours, la start-up californienne Palantir a annoncé qu’elle recourrait à la même formule.