Médias

Le «Wall Street Journal» stoppe ses éditions papiers internationales

Vendredi, le quotidien américain était distribué pour la dernière fois dans les kiosques européens et asiatiques. Son propriétaire News Corp préfère se concentrer sur le numérique

En Ajoie comme à New York, la presse traverse les mêmes épreuves. Vendredi, l’édition papier du Wall Street Journal Europe est arrivée pour la dernière fois dans les kiosques. La semaine prochaine, son pendant asiatique mettra également fin à ses activités.

Le quotidien financier new-yorkais en mains du magnat Rupert Murdoch abandonne ses déclinaisons internationales en raison du recul du nombre de ventes et de la chute des revenus publicitaires (–20% sur l’année écoulée). L’offre numérique sera maintenue.

Réorentation vers le mobile

Emblématique d’une façon très américaine de décrypter l’économie et la finance, le journal plus que centenaire avait proposé une déclinaison asiatique en 1976 et européenne en 1983.

Cette restructuration intervient alors que la structure éditoriale du journal tout entière est en train de basculer du traditionnel modèle papier à une organisation «mobile-first», comme l’écrit lui-même le journal.

Hasard du calendrier, jeudi, le très régional journal jurassien L’Ajoie annonçait lui aussi la fin de ses activités. Une preuve – s’il en fallait une – que les journaux du monde entier font aujourd’hui face aux mêmes défis. Qu’ils tirent à 9300 ou à presque 100 000 exemplaires.

Publicité