Bourses

Wall Street ouvre sur un record au lendemain de l’élection de Donald Trump

Les marchés réagissent favorablement à l’élection de Donald Trump. Le Dow Jones a atteint des niveaux sans précédent jeudi peu après l’ouverture de Wall Street

Le Dow Jones évoluait à des niveaux sans précédent jeudi peu après l’ouverture de Wall Street, conservant l’élan acquis après l’élection inattendue de Donald Trump à la présidence américaine.

Vers 15h05 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 141,14 points, soit 0,76%, à 18 730,83 points, après être monté jusqu’à 18 759,476 points, un niveau jamais atteint en cours de séance. Le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 19,88 points, soit 0,38%, à 5.270,95 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 avançait de 9,83 points, également 0,45%, à 2.173,09 points.

Lire aussi: Après l’élection, la Silicon Valley fulmine et s’interroge

Mercredi, la bourse de New York avait déjoué la plupart des pronostics en montant nettement: l’indice vedette Dow Jones Industrial Average avait pris 1,40% à 18 589,69 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 1,11% à 5.251,07 points.

Réaction surprenante des marchés

Désormais, «la bourse américaine poursuit sur sa lancée, […] les marchés réagissant favorablement à la victoire inattendue mardi de Donald Trump face à Hillary Clinton à l’issue de l’élection présidentielle», ont résumé dans une note les experts de Charles Schwab.

Cette réaction favorable est d’autant plus surprenante que, lors de la campagne, Wall Street avait généralement baissé lorsque l’actualité était jugée défavorable à Hillary Clinton, la candidate démocrate étant largement présentée comme un gage de continuité par contraste avec un Donald Trump imprévisible.

Lire aussi: Sur les marchés, l’effet de surprise est vite retombé

Parmi les explications avancées à cette bonne disposition, certains analystes avançaient que les investisseurs cherchaient à se concentrer sur les aspects perçus comme favorables du programme de Donald Trump, notamment un plan de relance des infrastructures et de vastes baisses d’impôts, et mettre de côté des éléments jusqu’alors mis en avant comme menaçants, en premier lieu le protectionnisme affiché du républicain.

Même si les esprits restaient largement dominés par l’issue des élections, avec aussi la victoire du camp républicain aux législatives, les investisseurs ont aussi pu bénéficier jeudi du soutien de l’annonce d’un recul plus marqué que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

«Ces derniers chiffres vont dans l’idée que le marché de l’emploi va continuer à s’améliorer cette année», ont écrit les experts de Barclays.

Publicité