«L’union des peuples par le sport.» C’est l’honorable mission que s’est donnée Wanda Sports. Plus concrètement? L’entreprise chinoise, filiale du conglomérat pékinois Wanda Group, fait partie des principaux intermédiaires du sport business mondialisé. Droits TV, sponsoring, organisation d’événements, merchandising… Wanda est partout. Mais on ne la voit jamais.

Attendue depuis des mois, son entrée en bourse (IPO) a été confirmée mi-juillet. Cette semaine, Wanda Sports devrait, sous le sigle WSG, entrer dans l’indice new-yorkais à composante technologique Nasdaq. Partant du principe que les actions mises en circulation seront acquises entre 12 et 15 dollars pièce, Wanda mise sur une levée de fonds de quelque 500 millions de dollars. Pour une valorisation totale de 1,9 milliard.