Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Illustration
© YVES HERMAN

Commerce

Washington autorise ZTE à reprendre une activité partielle aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont autorisé le groupe chinois de télécoms ZTE à reprendre pour un mois les activités qui avaient été engagées avant la mi-avril

L’administration Trump a autorisé, pour une période d’un mois, le groupe chinois de télécoms ZTE, sous le coup d’une interdiction d’importations de composants depuis avril, à reprendre de manière limitée une partie de ses activités aux Etats-Unis. L’autorisation émise par le Bureau de l’industrie et de la sécurité, qui dépend du Département du commerce, court depuis lundi 2 juillet et ce jusqu’au 1er août, selon le document officiel consultable en ligne.

Washington avait interdit mi-avril toutes les ventes de composants électroniques américains à ZTE, accusé d’avoir violé des embargos contre l’Iran et la Corée du Nord, ce qui l’avait contraint à suspendre une grande partie de sa production.

Aucune nouvelle activité autorisée

Mais Donald Trump avait ensuite annoncé le 7 juin un accord en vertu duquel ZTE, en contrepartie d’une levée des sanctions, devait s’acquitter notamment d’une amende d’un milliard de dollars, ce qui avait suscité la colère des sénateurs et des représentants de la Chambre américaine.

Lire aussi: Washington et Pékin s’accordent sur l’épineux dossier ZTE

L’autorisation provisoire concerne la reprise d’activités dont les contrats avaient été noués avant la mi-avril, notamment les mises à jour de logiciels pour les modèles de téléphones produits par ZTE. Aucune nouvelle activité entre les fournisseurs et ZTE n’est en revanche autorisée ce qui laisse en place une grande partie des sanctions.

Lors de l’annonce de l’accord début juin, ZTE avait aussi accepté la refonte complète de sa direction ainsi que la mise sous séquestre de 400 millions de dollars immédiatement utilisables en cas de violation du nouvel accord.

Lire également: Le high-tech rattrapé par les tensions entre Washington et Pékin

Taxes douanières réciproques

Et pour répondre aux critiques de nombreux parlementaires qui estiment que le groupe chinois représente un danger pour la sécurité nationale, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, avait annoncé la mise en place, au sein même de ZTE, d’une cellule de surveillance.

Ces exigences n’avaient toutefois pas convaincu le Sénat qui avait approuvé le 18 juin un projet de loi pour annuler la levée des sanctions contre ZTE. Mais ce texte, fruit d’un effort commun entre sénateurs républicains et démocrates, doit encore être harmonisé la semaine prochaine avec celui approuvé plus tôt par la Chambre des représentants, qui ne suspendait pas ces mesures. Il reviendra in fine à Donald Trump de promulguer la loi qui sortira du Congrès, ce qui laisse augurer d’intenses débats ces prochaines semaines.

L’autorisation provisoire du Département du commerce intervient enfin alors que Washington et Pékin s’apprêtent à faire entrer en vigueur vendredi des taxes douanières réciproques sur des dizaines de milliards de dollars de marchandises.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)