Commerce

Washington impose des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium européens

Les Etats-Unis ont décidé de ne pas prolonger l’exemption temporaire accordée à l’Union européenne jusqu’à jeudi minuit et vont mettre en place des taxes de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium. L'UE a promis de riposter

Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annoncé jeudi que les Etats-Unis allaient appliquer vendredi d’importants tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium importés de l’Union européenne, du Mexique et du Canada.

Cette annonce, faite par le secrétaire au commerce de Donald Trump, Wilbur Ross, a été immédiatement suivie d'une réaction de la Commission européenne affirmant que des «contre-mesures» allaient être annoncées «dans les prochaines heures».

Les Etats-Unis ont donc décidé de ne pas prolonger l’exemption temporaire accordée à l’Union européenne jusqu’à jeudi minuit et vont mettre en place des taxes de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium.

Lire aussi: Les Etats-Unis de Donald Trump sont-ils l’ami ou l’ennemi de l’Europe?

Le sursis sur ces taxes est également levé pour le Mexique et le Canada, alors que la renégociation de l’accord de libre-échange Alena avec les partenaires de Washington tarde à aboutir.

Pas assez de concessions européennes

Wilbur Ross, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse téléphonique alors qu’il était à Paris pour une réunion de l’OCDE, a précisé que les Etats-Unis ne voulaient pas accorder aux 28 pays membres de l’Union européenne «une exemption permanente et inconditionnelle sur les tarifs douaniers».

Lire également: Pékin cède et baisse les tarifs douaniers sur les voitures

«Nous avons eu des discussions avec la Commission européenne et même si nous avons fait des progrès, ils ne sont pas allés jusqu’au point où il aurait été justifié soit de prolonger l’exemption temporaire, soit d’accorder une exemption permanente», a affirmé le ministre de Donald Trump.

Il est totalement inacceptable qu'un pays impose des mesures unilatérales en matière de commerce mondial

Jean-Claude Juncker

L’Union européenne avait exigé l’exemption définitive de ces taxes douanières comme tout préalable aux négociations. Les Européens, France en tête, ont insisté sur le fait qu’ils ne pouvaient discuter en ayant une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, qui plus est de la part d’un allié commercial.

L'Union européenne promet de riposter et saisit l'OMC

La Commission européenne a promis jeudi de répliquer à la décision américaine. «C'est un mauvais jour pour le commerce mondial», a déclaré le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors d'un discours à Bruxelles. «Nous allons donc immédiatement engager une procédure devant l'OMC et annoncerons dans les prochaines heures des contre-mesures.»

«Il est totalement inacceptable qu'un pays impose des mesures unilatérales en matière de commerce mondial», a-t-il ajouté.

Le gouvernement mexicain a lui aussi annoncé des représailles commerciales: «Le Mexique imposera des mesures équivalentes sur divers produits» dont certains aciers, des fruits et des fromages, a annoncé dans un communiqué le Ministère de l’économie, et celles-ci «seront en vigueur tant que le gouvernement américain n’éliminera pas les taxes imposées».

Lire notre éditorial: Guerre commerciale: les limites de l’allié chinois

 

Publicité