Industrie

A Washington, l’apprentissage suisse attire 3000 personnes

Le directeur de la filiale de Mikron à Denver a présenté le système dual lors d’une conférence SelectUSA. Parmi les oreilles attentives: les ministres américains du Travail, du Commerce et des Finances. Les Etats-Unis testent différentes formules

Dans son hôtel de Langenthal (BE), Mike Gunner a encore les traits tirés. La semaine dernière, le directeur général de la filiale de Mikron à Denver était à Washington pour présenter le système d’apprentissage helvétique, qu’il a récemment importé sur son site industriel du Colorado. Quelque 3000 personnes étaient présentes à l’occasion de cet événement SelectUSA, un programme lancé par l’ancien président Barack Obama afin d’attirer les entreprises étrangères aux Etats-Unis. Parmi ceux qui tendaient l’oreille: les secrétaires d’Etat au Travail, au Commerce et au Trésor.

Interrogé par Le Temps sur l’engouement pour le système de formation dual, Mike Gunner se tourne calmement vers son smartphone pour ouvrir un article du Denver Post, daté du mois dernier: «Nous avons atteint un taux historique de 2,3% de chômeurs au Colorado. Le défi de la plupart des entreprises, américaines comme étrangères, c’est de trouver et fidéliser de la main-d’œuvre qualifiée dans la région.»

Gouverneur à la course aux écoles en Suisse

Il y a un an et demi, le gouverneur démocrate du Colorado, John Hickenlooper, avait emmené une délégation d’une cinquantaine de personnes sur les traces du modèle suisse d’apprentissage. Au programme: visites de divers centres de formation mais aussi d’entreprises formatrices comme Swisscom, Pilatus ou Mikron, spécialiste des machines et des systèmes d’assemblage pour la production de pièces métalliques. Ces deux dernières ont mis en place l’été dernier, avec Intertech Plastics et la branche américaine de Sandoz, un projet pilote d’apprentissage destiné à quelque 300 jeunes du Colorado.

Lire aussi «L’apprentissage, nouvel outil de promotion pour la Suisse»

L’heure est au bilan intermédiaire alors que la première volée d’apprentis s’apprête à terminer son année. Chez Mikron, ils ne sont en réalité que trois. «Nous avons reçu bien plus de candidatures que prévu, souligne Mike Gunner. Avec l’arrivée des nouvelles volées, il y aura deux à trois apprentis de plus par an. Mais le nombre total ne devrait pas dépasser 10% de la main-d’œuvre globale.» Mikron compte 150 employés au Colorado.

Le modèle original et la copie

L’apprentissage «Made in Colorado» n’est pourtant pas une copie conforme de son modèle helvétique. A Denver, les trois apprentis travaillent chez Mikron deux jours par semaine mais ne sont payés que lorsqu’ils travaillent à plein temps durant les vacances. En dehors de cette période, leur travail est assimilé à leur scolarité. «En réalité, mes apprentis sont mieux payés qu’en Suisse, sourit Mike Gunner. Je paie 10 000 dollars par an pour leur scolarité, en plus de leur salaire estival.»

L’apprentissage devra s’adapter aux spécificités américaines. «Il y aura finalement probablement autant de modèles différents que d’Etats, souligne Mike Gunner. L’éducation n’est pas une compétence fédérale et chaque système a ses contraintes et des besoins différents.»

Le grand «Apprentice»

L’administration du président Trump – qui s’était fait connaître du grand public à travers son émission «The Apprentice» – a pour l’instant démontré un intérêt à continuer à soutenir le développement de l’apprentissage, mais davantage orienté vers les grands groupes que les PME.

Le chemin est encore long pour développer la culture d’apprentissage aux Etats-Unis et convaincre les écoles, les entreprises et les étudiants. Mais, pour Mike Gunner, tout le monde a à y gagner: «En Suisse, la sanction des connaissances par un CFC facilite la reconversion des apprentis. Aux Etats-Unis, mieux vaut ne pas avoir à changer d’entreprise après son arrivée sur le marché du travail.»

Quelque 30 entreprises suisses se sont engagées à développer des programmes d’apprentissage aux Etats-Unis, informe le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation. Un tiers d’entre elles forme déjà des apprentis américains.

Publicité