Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dès ce lundi, Watson, le système d’IA développé depuis des années par IBM, va notamment analyser le visage des joueurs. Ici, Harriet Dart, ce lundi 2 juillet 2018.
© Tony O'Brien/Reuters

Court-circuit

Watson, l'intelligence artificielle d'IBM, travaille dans l'ombre à Wimbledon

Le système d’IBM détectera les émotions sur le visage des joueurs de tennis. Une nouvelle expérience d'usage des données

C’est un tout petit exemple, très concret, de l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) au service de l’homme. Dès ce lundi, Watson, le système d’IA développé depuis des années par IBM, sera utilisé lors du tournoi de tennis de Wimbledon. Sa mission: aider avant tout les réalisateurs à détecter et à publier les vidéos les plus intéressantes lors des matches.

Lire aussi: L’intelligence artificielle est déjà omniprésente dans nos vies

Des analyse en permanence

Watson, qui va analyser en permanence des dizaines de flux vidéo, va se baser sur le bruit des spectateurs, les statistiques du match (elles aussi fournies par IBM), les mouvements des joueurs, mais aussi les émotions détectées sur leur visage. Les discussions avec le juge de chaise et les cris poussés pendant le jeu seront aussi pris en compte.

Ensuite, Watson livrera des résumés vidéo aux réalisateurs, qui visionneront ces extraits avant de les utiliser. Enfin, le système d’IBM publiera lui-même certaines vidéos sur internet et les réseaux sociaux.

L'homme remplacé?

On savait déjà que, dans le domaine sportif (en se basant sur les statistiques des matches) et économique (en se basant sur les résultats financiers), des robots écrivaient certains articles. Watson, utilisé depuis des années dans la médecine, la finance ou encore l’éducation, pousse encore plus loin les limites de la machine au service de l’homme… quitte à commencer à le remplacer.

Lire également: Des scientifiques appellent à la création d’un «CERN de l’intelligence artificielle»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)