Les produits structurés sur hedge funds et les marchés émergents. Tels semblent être les thèmes d'investissement dominants cette année, si l'on en croit le programme du Wealth Management Forum. Ce séminaire financier international se déroule les 7 et 8 décembre à Genève, à l'hôtel Président Wilson. «Nous attendons entre 1500 et 1600 participants, soit plus que l'an dernier», se réjouit Philippe Gelin, fondateur de Shorex, la société londonienne qui organise l'événement pour la troisième année. Le forum, dont le Wall Street Journal Europe et Le Temps sont les partenaires médias, rassemblera une cinquantaine d'exposants bancaires et financiers. Côté helvétique, on pourra voir les stands de Credit Suisse, de la banque genevoise Synthesis, de l'établissement bâlois Sarasin, et des Bourses SWX Swiss Exchange et Virt-x.

Alors que l'indice des actions mondiales MSCI n'a gagné que 10,4% cette année, contre 30,8% en 2003, et que les actions américaines sous-performent nettement, le monde de l'investissement peine à trouver de nouvelles idées. Aussi, des intervenants s'attacheront-ils à explorer comment améliorer les rendements des hedge funds à l'aide de produits structurés à effet de levier. Une place importante sera consacrée à l'investissement dans les marchés émergents, en particulier en Chine, Russie, Ukraine. Des sociétés énergétiques du Kazakhstan et du Turkménistan parleront des opportunités qu'offre le pétrole de la Caspienne. Autres thèmes abordés: le private equity, les obligations à haut rendement, les tendances mondiales de la gestion de fortune et la planification fiscale internationale. Ce dernier sujet, en raison de sa spécialisation croissante face aux assauts de l'OCDE contre l'évasion fiscale, avait constitué un pivot des éditions précédentes.

«Offshore» disparaît des brochures

Signe des temps: cette année, Philippe Gelin préfère bannir le terme «offshore» des énoncés: «Je ne veux pas que le mot offshore apparaisse dans les brochures. La majorité des clients sont des grandes banques.» L'organisateur a invité peu d'exposants liés à des juridictions offshore, à l'exception des îles Barbades, St Kitts et les îles Marshall.

Très discret cette année, l'«offshore» était un thème très vendeur il y a deux ans. Le Wealth Management Forum avait consacré nombre de présentations aux juridictions qui, comme Hong Kong, les îles Cook, Labuan ou Dubaï, offrent des attraits fiscaux sans pour autant figurer sur la liste noire de l'OCDE. «Aujourd'hui, constate Philippe Gelin, les centres offshore préfèrent s'appeler «international financial centers». Même si cela ne veut pas dire grand-chose…»

Philippe Gelin voit surtout du potentiel dans les nouveaux marchés de la gestion de fortune. Pour la deuxième année, il organise un événement à Moscou sur le thème des produits et services de luxe. A Shanghai, il a monté un premier forum international, «Extravaganza», les 3 et 4 juin prochain, qui sera un «mix» opportun entre le luxe et la gestion de fortune privée qu'apprécie la clientèle chinoise.

«Genève restera toutefois le symbole de la gestion de fortune et nous continuerons à y organiser, et même à agrandir, le Wealth Management Forum». Il estime qu'en France, le Forum de l'investissement qui rassemble plus de 10 000 personnes, reste très franco-français. De même, à Londres, les forums financiers revêtent un caractère fortement anglo-saxon. «Genève, en revanche, offre un terrain beaucoup plus neutre, favorisant l'accueil d'exposants du monde entier.» Il note que 75% des gérants de hedge funds européens sont basés à Londres: «Je les ferai venir en plus grand nombre à Genève lors des prochains forums.»