Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
WeHike aspire à devenir le Booking.com des randonneurs alpestres.
© Ascent/PKS Media Inc.

Montagne

WeHike organise et socialise vos randonnées

La start-up lausannoise développe un site de réservation d’excursions dans les Alpes. Elle vient de signer avec l’Agence spatiale européenne pour visualiser en direct l’état des sentiers de montagne

WeHike peut débuter son ascension. Un peu plus d’un an après sa création, la start-up lausannoise est prête à déployer sa plateforme d’organisation de randonnées dans les Alpes.

Des questions qui reviennent souvent

Mettre en lien marcheurs et prestataires de la montagne, comme les refuges, les guides et les accompagnateurs. L’idée de la société hébergée à l’Ecole hôtelière de Lausanne part d’une expérience personnelle. Arrivé en Suisse en provenance d’Espagne en 2011, son cofondateur, Daniel Garcia, cherchait d’autres amateurs de randonnée pour partager ses sorties. Il a créé un groupe sur Facebook, organisé des excursions et s’est vite retrouvé dépassé par le succès de son initiative. Il a donc décidé d’en faire une entreprise.

Lire aussi: «L’Ecole hôtelière de Lausanne sera un pôle d’innovation»

«Tout le monde ne sait pas lire une carte topographique, évaluer la difficulté ou la durée d’un parcours, déterminer quel refuge contacter pour y passer la nuit. C’est encore plus vrai pour ceux qui viennent de l’étranger.» C’est pour combler ce manque, répondre à ce genre de questions, «toujours les mêmes», sourit Daniel Garcia, que WeHike est né. Le site de la société propose donc de gérer toutes les étapes d’une sortie en montagne depuis la même plateforme, explique cet ancien employé du CERN et de Hewlett-Packard.

Entre Facebook et Booking

WeHike avance sur deux voies en parallèle: celle qui mène à la création d’une agence de voyages en ligne. Et celle d’un réseau social, qui permet de partager ses parcours et ses expériences. Il se définit comme un mélange «de Facebook et Booking» de la montagne. Mais son modèle, insiste son cofondateur, compte une différence fondamentale avec celui de l’incontournable site de réservation de voyages: les lieux d’hébergement ne paient pas de commission. Ce sont les utilisateurs et, en face, les prestataires d’activités (guides, tour-opérateurs, etc.) qui soit paient un forfait, soit versent une commission de 20% pour chaque réservation.

Ce système a rapporté 70 000 francs en 2016. Pas de quoi faire vivre la petite équipe de WeHike pour le moment. Mais le statut de la société, qui a conquis 2600 utilisateurs et généré 900 réservations en six mois, est en train d’évoluer. Cette semaine, ses deux cofondateurs sont à Lisbonne, au Web Summit, pour faire découvrir leur modèle, trouver des partenaires et des investisseurs. Objectif: lever 1,25 million de francs d’ici à fin mars 2018 pour développer la plateforme. Ce alors que WeHike vient également d’obtenir une subvention de 200 000 euros de l’Agence spatiale européenne (ASE).

Optimiser l’entre-saison

Prenez MétéoSuisse. Mélangez-y Google Maps et SuisseMobile. C’est, en substance, le nouveau projet dans lequel vient de se lancer la start-up. Baptisé DeFrost, il pourra, grâce aux satellites de l’ASE, fournir un aperçu complet et mis à jour de l’enneigement des milliers de sentiers de montagne qui sillonnent les Alpes suisses. Avec l’intégration de prévisions météorologiques, le système devrait offrir une visibilité de plus de cinq jours sur l’état de ces sentiers.

Le Club alpin suisse (CAS), Suisse Rando et plusieurs offices du tourisme participeront au projet en tant que clients tests. Car l’idée de WeHike est aussi de vendre son système sous licence à d’autres prestataires. «Le CAS est l’exemple parfait d’une organisation qui peut en avoir l’utilité.» WeHike se donne jusqu’à fin 2019 pour commercialiser DeFrost. Ce logiciel viendra s’ajouter aux services existants et va permettre à WeHike d’élargir son offre aux adeptes de VTT ou de raquettes.

«Notre solution permet d’optimiser l’entre-saison, d’éviter que, en cas d’incertitude sur les conditions d’accès, de météo ou d’enneigement, les gens restent à la maison.» Hormis tous les risques liés à la création et à la croissance de son entreprise, Daniel Garcia a une certitude: le raccourcissement des hivers oblige et obligera les régions de montagne à se diversifier. Et WeHike veut les aider à atteindre leurs nouveaux clients.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)