Un appartement spacieux en plein cœur de Lausanne, un couloir jalonné de dizaines de petits tapis qu’un œil non averti pourrait confondre avec des paillassons, des développeurs qui échangent dans un anglais teint de différents accents. Et surtout, un homme visiblement très occupé. Wiktor Bourée termine son «call», s’excuse de ses quelques minutes de retard en précisant qu’il est debout depuis 4 heures du matin, son rythme de croisière depuis bientôt six mois. Depuis que l’ingénieur EPFL de 29 ans a su, avec son équipe, transformer ce qui s’annonçait comme un fléau en créneau commercial.

En quelques semaines, les tapis connectés de sa société – qui permettent de mesurer la fréquentation d’espaces clos – ont été reliés à des bornes dites Stop & Go pour offrir une solution de régulation de l’affluence dans les magasins, musées et autres entreprises. La demande a rapidement explosé.