Récompense

William Nordhaus et Paul Romer reçoivent le 50e Prix Nobel d'économie

Les deux économistes américains William Nordhaus et Paul Romer ont été récompensés par le 50e Prix Nobel pour leur travail sur l’influence du réchauffement climatique sur la croissance économique

Le prix Nobel d’économie a été attribué lundi aux Américains William Nordhaus et Paul Romer, ancien économiste en chef de la Banque mondiale, pour leurs travaux sur la compatibilité entre les impératifs d’innovation et de lutte contre le réchauffement climatique et la croissance économique. 

Favoris du Nobel depuis plusieurs années, les co-lauréats «ont mis au point des méthodes qui répondent à des défis parmi les plus fondamentaux et pressants de notre temps: conjuguer croissance durable à long terme de l’économie mondiale et bien-être de la population de la planète», a indiqué l’Académie royale des sciences.

Quantifier les conséquences des politiques climatiques

Professeur à l’université de Yale, William Nordhaus, 77 ans, a été le premier, dans les années 1990, à modéliser le lien entre l’activité économique et le climat en conjuguant les théories et l’expérience tirées de la physique, de la chimie et de l’économie, a motivé le jury Nobel.

Ces travaux font aujourd’hui autorité et servent à prédire ou quantifier les conséquences des politiques climatiques, par exemple la taxe carbone.

Théorie de «la croissance endogène»

Paul Romer, 62 ans, enseignant à la Stern School of Business de l’université de New York, a posé les bases de la théorie de «la croissance endogène». Il a montré comment «l’accumulation d’idées soutient la croissance économique sur le long terme» et mis en avant le rôle des forces économiques et des régulations dans «l’inclination» des entreprises à innover.

Paul Romer a démissionné avec fracas au début de l’année de son poste d’économiste en chef de la Banque mondiale sur fond de désaccord avec le président de l’institution.

Le prix Nobel d’économie était allé l’an dernier à l’Américain Richard Thaler, père de la méthode dite du «coup de pouce», censée corriger les comportements irrationnels des consommateurs, contribuables ou investisseurs.

Lire également: Le coup de projecteur du Nobel sur la guerre livrée aux femmes

L’économie conclut une saison Nobel amputée de son prix de littérature en raison de son report d’un an par l’Académie suédoise, affaiblie par un scandale d’agressions sexuelles et de fortes divisions internes.

Seul prix à ne pas figurer au testament de l’inventeur suédois Alfred Nobel, le prix de «sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel» a été créé en 1968 par la Banque de Suède à l’occasion de son tricentenaire et décerné pour la première fois l’année suivante.

Le Nobel – un diplôme, une médaille d’or et un chèque de 9 millions de couronnes (environ 980 000 francs) – sera remis le 10 décembre à Stockholm.

Publicité