Un opérateur qui cible le marché des jeunes, qui tutoie ses clients potentiels et qui lance une campagne de publicité avec du teasing en deux temps? Cela aurait pu être Orange. Mais c’est Swisscom. Mercredi, l’opérateur historique a dévoilé de nouvelles offres, derrière une marque jusque-là inconnue: Wingo. Cette marque cible avant tout les clients ont besoin d’un accès à Internet, sans services additionnels.

Pour annoncer Wingo, Swisscom – dont le nom et le logo sont totalement absents de l’offre –, a opté pour des opérations marketing qui lui sont étrangères. D’abord, une campagne d’affichage dans les rues, images décalées à la clé, promettant une nouveauté pour le 1er avril. Ensuite, une conférence vidéo mercredi matin, avec la possibilité de poser des questions par… chat. Swisscom vise les jeunes et ne s’en cache pas: «Des clients sont prêts à renoncer à certains services additionnels pour payer moins – ce sont exactement eux que nous ciblons», a expliqué Jean-Louis Mathez, responsable de Wingo.

Avec sa nouvelle offre, Swisscom a un but précis: empêcher l’érosion de clients qui résilient leur ligne fixe. En 2014, le nombre de ces lignes a reculé de 3,5%, pour totaliser le nombre de 2,778 millions de lignes.

Dans le détail, l’offre de la marque comprend un accès à Internet avec un débit de 250 mbit/s, ce qui correspond à une vitesse élevée – la moyenne des offres actuelles tourne autour des 40 à 50 mbit/s. L’abonnement coûte 75 francs par mois, plus une taxe unique de 58 francs pour la mise en service. Il n’y a donc pas besoin de payer les 25,35 francs habituels comme taxe de raccordement à Swisscom. Pour 14 francs de plus par mois (plus une taxe unique de 29 francs), le client dispose d’une offre de télévision comprenant 150 chaînes et la possibilité d’effectuer 100 heures d’enregistrement. Une offre de téléphonie fixe existe en parallèle: il n’y a pas de taxe mensuelle, mais les appels vers le réseau fixe sont facturés 5 centimes la minute, les appels vers les réseaux mobiles 30 centimes la minute.

Le service sera vendu exclusivement via Internet. Les clients qui seront confrontés à des soucis auront le choix: appeler une hotline payante (1,50 franc la minute, alors qu’appeler Swisscom est toujours gratuit). Ou alors «demander à leurs amis de les dépanner ou se débrouiller sur les forums de discussion», ont précisé mercredi les responsables de Wingo.

Wingo n’est disponible que sur fibre optique, dans 77 localités. «Seule la fibre permet d’assurer un débit de 250 mbit/s. Swisscom ne cesse de développer son réseau et de nouvelles localités seront bientôt concernées», a assuré Jean-Louis Mathez.

A titre de comparaison, l’abonnement le plus comparable de Swisscom (Vivo L) coûte 109 francs par mois, avec un débit de 200 mbit/s. Sunrise (abonnement Internet Max) dispose d’une offre avec un débit de 100 mbit/s, pour 75 francs par mois. Quant à UPC Cablecom, son abonnement le plus proche (Internet 250) coûte 89 francs par mois, plus une vingtaine de francs mensuels pour le raccordement, pour le même débit que Wingo.

Pour le site de comparaison Comparis, pas de doute: «La nouvelle offre est une attaque frontale contre UPC Cablecom», écrivait mercredi un analyste dans une note. «UPC Cablecom a certes une offre intéressante, mais il faut faire attention à la trentaine de francs de taxe mensuelle à rajouter au prix catalogue», a affirmé un cadre de Wingo lors de la téléconférence mercredi. Ce chiffre, chez le câblo-opérateur, se situe en réalité plutôt autour des 16 à 22 francs.

Via Wingo, Swisscom sera le seul à proposer une telle offre au niveau quasi national, même si Comparis a relevé qu’un fournisseur d’accès Internet propose déjà un débit de 1 gbit/s pour 65 francs par mois.