Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Car depuis quelques années, les plus grands noms ont recours aux produits de Wirecard.
© Wolfgang Rattay/Reuters ©

Fintech

Wirecard fait son entrée en première ligue boursière allemande

Wirecard, la fintech de Munich créée en 1999, devrait entrer mercredi au DAX, indice de référence de la bourse de Francfort, à la place de Commerzbank. L’événement entérine le succès des «pure players» du paiement numérique sur les banques classiques

Ni tour au cœur d’un quartier d’affaires, ni entrée monumentale sur une grande avenue. A Aschheim, commune sans âme en banlieue de Munich, rien ne laisse présager la présence d’un géant de la finance. C’est que Wirecard, un spécialiste des paiements électroniques créé en 1999, aime jouer les champions cachés. Cette discrétion va bientôt prendre fin: le groupe allemand devrait entrer mercredi 5 septembre au DAX, l’indice de référence de la bourse de Francfort, qui regroupe les trente plus grands groupes cotés du pays.

L’événement a une portée symbolique très forte en Allemagne. Car, coïncidence, Wirecard devrait prendre au sein du DAX la place de Commerzbank, fondée en 1870 et deuxième banque privée du pays derrière Deutsche Bank. Le prestataire de services financiers de la banlieue de Munich, quasi inconnu du grand public, boute ainsi hors de la première division boursière allemande une des maisons de crédit les plus célèbres du pays.

Le reclassement boursier cristallise ainsi deux réalités de la finance: le déclin aux yeux des investisseurs des grandes banques privées traditionnelles, en particulier les allemandes, qui n’ont pas réussi à renouer durablement avec les bénéfices depuis la crise financière; et la montée en puissance des sociétés de technologie financière, dites «fintech», qui ont su tirer parti des transformations des pratiques de paiement liées au numérique et au commerce en ligne. Wirecard est la première firme technologique allemande à entrer en première ligue boursière depuis l’éditeur de logiciels SAP, fondé en 1972.

Lire aussi: Les grandes banques privées allemandes n’arrivent pas à surmonter la crise

Un groupe en avance sur les autres

Cette nouvelle visibilité n’émeut pas outre mesure Markus Eichinger, vice-président exécutif du groupe, qui nous reçoit dans les bureaux d’Aschheim. Wirecard intervient en arrière-plan et devrait rester largement inconnu du grand public, rappelle-t-il. Reste que l’onction du DAX donne un gage de sérieux à une banque qui trouve ses origines dans le paiement en ligne des utilisateurs de sites de casino ou de pornographie. Les seuls, à l’époque, qui achetaient sur internet, se souvient en souriant Markus Eichinger, pour qui cette période est révolue.

Car depuis quelques années, les plus grands noms ont recours aux produits de Wirecard. Le groupe allemand assure ainsi depuis 2007 l’exécution et le contrôle des paiements en ligne du voyagiste TUI. Mi-2017, il a fourni la structure technique qui a permis au groupe Orange (ex-France Télécom) de lancer, via sa filiale Orange Bank, une solution de paiement mobile sans contact et de gestion de compte entièrement sur mobile. Depuis le mois d’avril 2018, Wirecard a un partenariat avec la banque française Crédit Agricole, pour offrir aux commerçants clients de la banque des solutions de paiement numérique multicanal: en magasin, en ligne ou sur mobile. Le groupe a aussi implanté en Suisse les services de paiement chinois Alipay et WeChat Pay, permettant aux commerçants helvétiques de les proposer aux touristes chinois.

Lire également: Une foule de géants de la technologie ne sont pas durables

Technologie spécialisée

Qu’apporte Wirecard que les groupes financiers les plus établis n’ont pas? «La technologie», indique Markus Eichinger. «Pendant des années, les banques n’ont pas eu la technologie en ligne de mire, et en paient aujourd’hui le prix.» Originalité de la technologie proposée par Wirecard? Elle couvre deux spécialités: la maîtrise de l’acquisition des paiements côté commerçants (c’est-à-dire l’encaissement de ces transactions sur un compte bancaire), et la distribution de cartes de crédit côté consommateur. Une maîtrise des données qui permet au commerçant de contrer la concurrence des grandes plateformes comme Apple, Google ou Amazon, qui toutes s’invitent sur le secteur financier. «Nous sommes les seuls à avoir cette approche par écosystème. C’est le cœur de l’innovation de ces prochaines années», croit Markus Eichinger.

Le groupe saura-t-il cependant maintenir son avance dans le secteur de la finance, marqué par l’innovation ultra-rapide? «Peut-on tabler sur une croissance de Wirecard de 20% par an comme le font les analystes? s’interroge Andreas Hackenthal, professeur de finance à l’Université de Francfort. D’autres innovations comme la blockchain (qui permet des échanges financiers désintermédiés) pourraient se révéler être des concurrences sérieuses pour les services de paiement.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)