L’agglomération de Wuhan, deux fois plus grande que la Suisse, n’a été mentionnée qu’une dizaine de fois dans Le Temps durant les vingt dernières années. C’était le cas en 1998 lorsque ses habitants étaient menacés par la montée des eaux du Yangzi. En 2015 aussi; 400 personnes avaient perdu la vie dans le naufrage d’un navire sur ce fleuve qui traverse la ville. La dernière mention remonte à 2018. Nous évoquions alors l’arrivée des voitures chinoises sur nos routes, en Europe et en Suisse. Notamment de la marque Dongfeng, fabriquées à Wuhan.

Lire également: Le coronavirus chinois en cinq questions