Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans sa marche inexorable à la pleine autorité, Xi Jinping n’a pas hésité, tout comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, à recourir à l’arme de la lutte anti-corruption pour éliminer des adversaires.
© Mark Schiefelbein / AP Photo

Au cœur des marchés

Xi et Mohammed ben Salmane: même combat

CHRONIQUE. Les dirigeants chinois et saoudien organisent une concentration de leurs pouvoirs, alors que la Chine a accumulé les dettes et que le royaume doit être stable pour régler la question pétrolière

Il y a quelques années, j’avais mentionné dans les colonnes du Temps le besoin de porter une attention particulière à l’avenir de deux personnalités: Xi Jinping d’un côté et Mohammed ben Salmane de l’autre. A priori, rien de commun entre ces deux individus, représentatifs de deux systèmes diamétralement opposés. Et pourtant, plus les mois passent et plus les événements se succèdent, plus leurs parcours semblent se rapprocher.

Il y a d’abord l’accumulation de pouvoir. Du côté saoudien, le prince héritier (MBS) n’a pas cessé d’engranger les prérogatives en écartant toute contestation au sein des cercles du pouvoir royal depuis 24 mois. Xi Jinping vient quant à lui d’ouvrir la voie à son maintien aux plus hautes fonctions, au-delà des deux mandats traditionnellement de mise à la tête du Parti communiste chinois.

Lire aussi: En Chine, la Grande Marche à l’envers

Dans cette marche inexorable à la pleine autorité, ces deux individus n’ont pas hésité à recourir à l’arme de la lutte anti-corruption pour éliminer des adversaires. Dans ce combat, tant Xi que MBS se sont attaqués aux plus hautes institutions locales, qu’il s’agisse des militaires dans le cas chinois ou des princes de sang dans le cas saoudien. C’est dire si c’est le cœur même des pouvoirs traditionnels qui est en ligne de mire.

Certes, assurer le changement de manière durable peut être à ce prix mais la déstabilisation des institutions historiques peut aussi être porteuse d’un double danger. Celui de s’enfermer dans une logique hermétique à toute idée différente d’une part ou provoquer une réaction violente de la part des personnes «victimes» des coups de boutoir d’autre part.

A voir: Qui est Mohammed ben Salmane?

On sait combien la réforme de «type napoléonien» peut être efficace pour mobiliser les énergies à court terme tout en portant les germes de réactions ultérieures de nature à provoquer des soubresauts. Car derrière la logique de Xi et de MBS, il y a bien une volonté de réforme importante. Trouver la solution magique pour assurer le maintien du pouvoir du Parti communiste dans une société économiquement «mue» par le marché et désireuse de passer d’une croissance tirée par l’exportation à un moteur fondé sur la consommation domestique est le défi principal de Xi. Dans le cas de MBS, le challenge est encore plus vaste au regard des ingrédients politiques, économiques et sociaux que le jeune prince essaie de modifier dans la société saoudienne.

Nous avons tendance à observer de près les déclarations de Trump, Poutine, Erdogan et consorts quand il s’agit d’apprécier les risques pour les marchés financiers. Toutefois ce qui se joue en Chine et dans le royaume saoudien n’est pas moins important à cet égard. De l’avenir de Xi et de MBS dépendent beaucoup d’interrogations, sachant que la question pétrolière, et au-delà celle plus large de l’énergie, ne peut pas être traitée sans une Arabie stable. Quant aux questions relatives à l’accumulation de dettes par la Chine depuis dix ans et la gestion des excès générés, elles ne sont pas insignifiantes pour l’économie et la finance mondiales.

Nous nous sommes habitués à Xi et Mohammed ben Salmane depuis quelques années. La force de l’habitude ne doit pas nous inciter à réduire notre vigilance à l’égard de leurs décisions et de leur capacité à éviter les affres inhérentes à une concentration excessive du pouvoir.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)