Les suppressions d’emplois s’accompagneront d’autres mesures de réduction des coûts, a précisé aujourd’hui le groupe. Contrairement aux compressions de personnelles annoncées en octobre, elles n’ont rien à avoir avec la situation de l’économie, a toutefois assuré Carol Bartz, la nouvelle directrice exécutive de Yahoo.

«Yahoo! n’est pas immunisé contre la crise économique actuelle, mais une gestion des coûts attentive au premier trimestre a permis à notre marge d’autofinancement d’approcher la fourchette haute de nos prévisions», a-t-elle souligné dans un communiqué. Elle s’est dit convaincue que le groupe serait en bonne position dès que le marché publicitaire redémarrerait.

Le bénéfice net a été largement supérieur aux attentes, à 15 cents par action, au lieu de 8 cents escomptés, ce qui représente une baisse de seulement 17% par rapport au bénéfice hors exceptionnels du premier trimestre 2008. Les résultats avaient alors été gonflés par une importante plus-value, enregistrée lors de l’entrée en bourse du site chinois AliBaba, dont Yahoo! détenait 40%.

Le chiffre d’affaires du moteur de recherche, distant second du leader mondial Google, a pour sa part cédé 13% à 1,58 milliard de dollars, en raison notamment de l’impact négatif du raffermissement du dollar. Il est resté nettement supérieur aux attentes des analystes (1,20 milliard).