Court-circuit

YouTube, si lent face au scandale de pédophilie

La plateforme de vidéos a mis des mois avant de bannir certains commentaires. Il a fallu la pression d’annonceurs tel Nestlé

C’est une affaire d’une tristesse infinie qui affecte YouTube, mais surtout ses utilisateurs. La semaine passée, la plateforme de vidéos détenue par Google a annoncé une mesure forte: désactiver les commentaires sous presque tous les clips mettant en scène des mineurs. Seul un nombre restreint de créateurs de contenu pourront afficher des commentaires, à condition de les modérer de manière drastique et de ne plus se contenter de «simplement utiliser nos outils de modération», annonce YouTube.

Ces mesures font suite à la découverte par un internaute, Matt Watson, de l’utilisation des commentaires par des réseaux de pédophiles. Ils communiquaient entre eux via ces commentaires, mais tentaient aussi de s’adresser à des enfants à travers ceux-ci.

YouTube a donc agi. Mais avec un immense retard. En 2017, une enquête de la BBC était parvenue à la même découverte – YouTube avait alors affirmé qu’elle allait «travailler de manière urgente» à résoudre ce problème. Et il a fallu attendre, il y a quelques jours, l’annonce de boycott de AT&T, Nestlé ou encore Hasbro pour que YouTube agisse enfin.

Personne ne dit que modérer et gérer des millions d’heures de vidéo et des millions de commentaires est facile. Mais quand il s’agit du cœur d’activité de votre entreprise, vous devez en être capable.

Publicité