Lentement mais sûrement, le yuan émerge comme une monnaie solide, stable et même attirante aux yeux des investisseurs. La monnaie chinoise vient en effet de traverser son meilleur trimestre depuis la crise financière de 2007-08. Mercredi, il fallait 6,78 yuans pour un dollar, contre 7,01 yuans le 1er juillet. «Une appréciation de 3,7% en trois mois, c’est un symbole de robustesse et de confiance», affirme Vasileios Gkionakis, chef de la division «Devises» à la banque Lombard Odier à Genève.

«La toute première raison de l’appréciation de la monnaie chinoise se trouve toutefois aux Etats-Unis, relève d’emblée le spécialiste. Ces derniers mois, le dollar n’a pas cessé de perdre du terrain au profit des devises de pays émergents.» Et d’ajouter que sa dépréciation est liée à de multiples raisons, notamment la récession qui sévit aux Etats-Unis ainsi que l’incertitude politique dans le contexte d’élection présidentielle le 3 novembre prochain.