Les fabricants de smartphones ne baissent pas les bras. Malgré des soucis techniques importants rencontrés en 2019, malgré l’impossibilité de proposer ces téléphones à des prix raisonnables, de nouveaux appareils continuent à arriver sur le marché. Au compte-goutte, certes, mais de manière régulière. Huawei, OPPO, Xiaomi et Samsung continuent de développer des mobiles à écran pliable qui vont être lancés cette année. Et depuis quelques semaines, c’est Samsung qui attire l’attention avec son modèle Z Flip, tournant avec le système d’exploitation Android de Google.

L’appareil propose un design innovant et surprenant, qui fait immédiatement penser à un poudrier. Replié, le téléphone est presque carré (87,4 x 73,6 mm) et pas particulièrement épais (17,3 mm au maximum). Ouvert, c’est un immense écran de 6,5 pouces de diagonale qui se déploie, l’appareil mesurant alors 167,3 mm de haut. A l’inverse de son prédécesseur, le modèle Fold lancé en 2019, le Z Flip ne se referme pas d’un coup sec et unique: il est possible de le déplier très progressivement (ce que Samsung appelle le Flex Mode), avec une infinité de positions intermédiaires. Cela permet par exemple de regarder des images sur la partie supérieure de l’écran lorsque le téléphone est à moitié ouvert devant soi ou, plus utile, de passer ainsi des appels vidéo avec le service Duo de Google.

A deux mains

D’un poids important (183 grammes), ce téléphone à clapet devra obligatoirement être manié des deux mains: impossible de l’ouvrir d’une seule main et lorsqu’il est ouvert, l’écran nécessite deux mains pour accéder à toutes les parties de l’écran. Une fois déplié, celui-ci peut s’utiliser tant de manière verticale que de manière horizontale – et dans ce cas, il faut bien entendu le tenir des deux mains.

Les finitions sont de qualité et l’écran Amoled donne satisfaction – à noter qu’une couche de plastique a été disposée sur le verre. On perçoit, au milieu du grand écran, un léger repli, mais celui-ci s’oublie rapidement quand on regarde des images ou compose du texte. Samsung promet que le Z Flip pourra se plier et se replier 200 000 fois au minimum. On est tenu de le croire sur ce point – il n’y a pas eu, contrairement à ce qui s’était passé pour le Fold, d’affaire d’écrans qui se cassent trop facilement. Samsung a donc fait de réels progrès.

Lire aussi: Le Galaxy Fold, un ovni signé Samsung

Double clavier

Un immense écran allongé d’un ratio de 22:9, à quoi cela sert-il? Cela permet par exemple d’écrire, en mode horizontal, plus rapidement des messages des deux pouces, avec un clavier virtuel réparti sur la gauche et sur la droite de l’écran. Cela permet de visionner des photos et des vidéos en grand format. Mais attention, l’écran est si large que des bandes noires apparaissent du coup des deux côtés de l’écran… Par contre, en mode vertical, lorsqu’il s’agit de dérouler les fils infinis de Facebook, Instagram ou Twitter, l’écran allongé prouve son utilité.

Le Z Flip possède aussi un minuscule écran tactile sur sa face arrière, à côté de deux capteurs photos. On y voit l’heure, la date et le niveau de la batterie. Des notifications s’y affichent, mais elles sont quasiment illisibles. L’écran de 1,06 pouce de diagonale permet aussi d’afficher des selfies, ce qui est un peu ridicule vu sa taille réduite. Dommage que Samsung n’ait pas intégré un écran plus grand, qui affiche des informations utiles. C’est donc un gadget.

Aucun point faible

Doté de composants relativement récents, le Z Flip n’a autrement pas de point faible notoire. Il dispose d’un lecteur d’empreinte digitale sur le côté et permet aussi la reconnaissance faciale. Les photos prises sont de très bonne qualité, notamment lorsque la luminosité est faible. Quant à la batterie (qui se décompose en deux éléments), son autonomie est tout juste d’une journée, dépendant bien sûr de l’utilisation.

Parlons enfin du prix: environ 1430 francs pour un téléphone doté d’une mémoire de 256 Go, c’est très cher. Mais le prix des mobiles avec écran pliable chute vite – souvenons-nous que son prédécesseur, le Fold, coûtait près de 2000 francs. Avec ce mobile, Samsung continue de tester le marché avant de lancer d’autres mobiles similaires.

A tester soi-même

Avant de l’acheter, il faut impérativement le tester longuement en magasin pour être sûr de son choix. L’appareil possède un design original, il est compact lorsqu’il est replié et l’écran pliable tient le choc. Mais la manipulation obligatoire à deux mains est un bémol logique, ou une nouvelle habitude à adopter.