Forum

Zéro déchet en décharge c’est possible!

La politique étatique des déchets torpille la politique étatique de lutte contre les changements climatiques. Bel autogoal, critique la conseillère nationale Isabelle Chevalley

Aujourd’hui en Suisse, nous payons entre 150 et 300 francs pour incinérer une tonne d’ordures ménagères dans des usines d’incinération toutes en mains publiques. Dans le même temps, ceux qui veulent recycler des déchets ne peuvent le faire que si c’est économiquement rentable.

Alors je me permets de poser LA question que visiblement personne n’ose poser. Si nous sommes prêts à payer plusieurs centaines de francs pour incinérer nos déchets, pourquoi ne serions-nous pas prêts à payer pour les recycler?

L’incinération des déchets émet des polluants atmosphériques qui affectent durablement notre environnement. De plus, près de 20% du poids des déchets mis dans un four en ressort. Ils sont appelés les mâchefers et ces derniers doivent être mis en décharge de longue durée.

Le concept est simple. Nous recyclons tout ce qui peut l’être en amont, comme les déchets verts, les déchets électroniques, les piles, le verre, le papier, une partie du plastique, le fer, l’aluminium, et la fraction incinérable restante est consommée par les cimenteries. Brûler les déchets en cimenterie ne coûte que quelques dizaines de francs au lieu de quelques centaines de francs en usine d’incinération, il y a beaucoup moins de polluants émis dans l’air et les cendres sont incorporées au ciment. Dès lors, il n’y a plus de mâchefers à stocker pour l’éternité. Sans parler du fait que pour chaque tonne de déchets incinérés, c’est une tonne de charbon économisée et donc de CO2 qui ne sera pas émis dans l’atmosphère.

C’est pourquoi les cimentiers reçoivent des certificats CO2 lorsqu’ils substituent le charbon par des combustibles alternatifs. Un tiers des réductions des émissions de CO2 de la Suisse ont été réalisées grâce à l’engagement des cimentiers. Sans eux, la Suisse n’aurait pas respecté les accords de Kyoto. Dans le même temps, les statistiques de la Confédération nous montrent que les émissions de gaz à effet de serre issues de la gestion des déchets ont augmenté ces dernières années à cause de notre pléthore d’usines d’incinération. Donc la politique étatique des déchets torpille la politique étatique de lutte contre les changements climatiques. Bel autogoal!

De l’autre côté de l’Atlantique, San Francisco a mis en place un plan Marshall de la gestion des déchets en fixant dans la loi californienne l’objectif 100% de déchets valorisés, autrement dit, ils se donnent les moyens politiques d’arriver à zéro déchet en décharge.

Surcapacité d’usines d’incinération en Suisse

Mais alors si le concept zéro déchet en décharge est si simple pourquoi cela ne fonctionne pas en Suisse? Nous disposons d’une surcapacité d’usines d’incinération et dès lors il n’y a aucun intérêt à soustraire nos déchets à l’incinération, il faut bien rentabiliser ces fours. Comment en sommes-nous arrivés à ce stade? Toutes ces usines sont en mains publiques et la gestion est laissée aux cantons. La Confédération ne peut même pas coordonner la construction de ces usines afin d’éviter les doublons absurdes et coûteux. Tout cela au nom du fédéralisme.

Un rapport récent de la Confédération montre qu’actuellement la surcapacité équivaut à trois usines. Cette surcapacité nous pousse à importer des déchets pour éviter de laisser ces usines à l’arrêt. Dans une réponse à une interpellation au Grand Conseil vaudois du député François Pointet, le Conseil d’Etat a confirmé que le prix d’incinération pour les déchets étrangers à Tridel était inférieur au prix appliqué pour les Vaudois. Cherchez l’erreur…

Le contribuable se retrouve ponctionné et ce plutôt deux fois qu’une. Non seulement ce sont des fonds publics qui financent la construction de ces monstres, le contribuable paie pour y incinérer ses déchets et les déchets importés sont traités à meilleur compte! Si une entreprise privée avait osé faire cela, de nombreuses personnes crieraient au scandale depuis longtemps…

Mauvais exemple à Genève

Malheureusement sans un sursaut citoyen, les choses ne vont pas s’arranger. Le canton de Genève planifie la construction d’une nouvelle usine d’incinération, Cheneviers IV, pour 300 millions de francs et cela sans aucun vote populaire. Quant au canton de Soleure, c’est un monstre à 500 millions de francs qui est prévu. Pendant ce temps, l’usine lausannoise de Tridel importe des déchets de l’étranger pour combler ses fours. En 2016, la Suisse a dû importer 434 000 tonnes de déchets. Bref, on marche sur la tête.

De nombreuses entreprises actives dans le domaine du recyclage aimeraient faire plus mais se trouvent entravées dans leur développement par les monopoles instaurés au profit des usines d’incinération. N’ayons pas peur des mots, les professionnels du secteur de la gestion des déchets se retrouvent otages des incinérateurs.

Comment voulez-vous qu’un marché libéral de la gestion des déchets qui permettrait de baisser les coûts pour les citoyens se mette en place dans ce contexte? Notre gestion des déchets actuels n’est ni économique ni écologique. Nous sommes en train de passer à côté de la révolution environnementale qui est en marche parce que nous laissons des incinérateurs fleurir un peu partout dans le pays au frais du contribuable.

Publicité