C’est le hit du moment: l’utilisation du service de vidéoconférence Zoom explose depuis l’entrée en vigueur des mesures de confinement dans de nombreux pays et l’intensification du télétravail. Simple à utiliser, offrant une bonne qualité d’image, Zoom propose aussi un service gratuit pour des appels vidéo jusqu’à quarante minutes.

Mais cette gratuité est toute relative. Comme vient de le révéler le site spécialisé Motherboard, Zoom envoyait des informations à Facebook, même si ses utilisateurs ne possèdent pas de compte auprès du réseau social. Les données envoyées à Facebook étaient le fuseau horaire dans lequel se trouve l’utilisateur de Zoom, le nom de son opérateur de téléphonie mobile, des détails sur son smartphone ainsi qu’un identifiant de publicité unique généré, permettant aux annonceurs de cibler les publicités envoyées…

En soi, cet envoi de données n’est pas une exception puisque de multiples applications sont basées sur des interfaces de programmation de Facebook, afin d’intégrer plusieurs fonctionnalités à leur service. Le problème (principal), c’est qu’à aucun moment Zoom n’en informait ses clients. Heureusement que, juste après l’article de Motherboard, l’envoi de ces données a été stoppé.

Lire aussiZoom, l’appli de visioconférence qui fait un tabac