Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Zoug s’est fait connaître en étant la première administration à accepter des paiements en bitcoin.
© Arnd Wiegmann/Reuters ©

Promotion

Comment Zoug vend sa Crypto Valley aux délégations étrangères

Cette semaine, trois groupes coréens viennent s’inspirer du développement de l’écosystème dans la blockchain. Entre visites et présentations d’experts ou de membres du gouvernement, le canton montre ses recettes

Il fait encore frais ce lundi sous les toits du bâtiment communal de Zoug, au cœur de la vieille ville médiévale. Assis entre boiseries et vitraux historiques de la salle de conférences, on n’est pourtant pas là pour parler du passé. Une vingtaine de Coréens sont pendus aux lèvres de Beat Bachmann. Ou plutôt à celles de la traductrice délivrant le message du responsable de la promotion économique zougoise. Qui, bien que plus long, peut être résumé en quelques mots: le canton est ouvert aux affaires, il est «business friendly» et il veut éviter l’encombrement bureaucratique.

Lire également notre éditorial: Zoug dans le Far West numérique?

Les visiteurs semblent un peu ébahis par le bourgeonnement de la Crypto Valley, qui s’étend jusqu’à Zurich, même si ce nom n’est jamais prononcé. «Je ne savais pas que tout avait été construit à partir de rien il y a cinq ans et que ce développement était le fait de quelques visionnaires et d’un gouvernement qui les a soutenus. C’est incroyable», s’étonne Dae-je Chin, membre de la délégation arrivée vendredi soir. Comme ses compatriotes, représentants du gouvernement ou entrepreneurs, le président de l’association coréenne de blockchain et directeur général de Skylake Investment est venu apprendre les recettes de ce «miracle» zougois.

Visites régulières

Cette visite est tout sauf une anomalie sur les rives du lac de Zoug. Au total, trois délégations coréennes se rendent à tour de rôle à Zoug cette semaine. Et sans s’être concertées. Le reste de l’année, le canton aux 120 000 habitants et presque autant d’emplois voit défiler des groupes venant d’Europe ou d’Asie à intervalles réguliers, qui viennent s’inspirer des lieux et écouter des membres du gouvernement, des avocats, des lobbyistes et des entrepreneurs. Sur les dix plus grandes ICO, ces levées de fonds en cryptomonnaie, quatre sont suisses et trois ont été réalisées à Zoug. Enfin, le canton – qui avoue perdre le fil – compte entre 250 et 300 entreprises spécialisées dans la blockchain.

C’est l’entrepreneur Ariel Lüdi qui a invité cette délégation – sa société Hammer Team a pris les frais à sa charge, sauf pour les membres du gouvernement – après avoir lui-même visité Séoul. «Nous avons beaucoup à apprendre de chacun», dit celui qui, à la suite de la vente d’une entreprise au groupe informatique allemand SAP, a fait fortune et s’est reconverti dans le soutien aux start-up.

Pas les Etats-Unis

La Corée s’intéresse à la Suisse. Et vice-versa. «Il faut voir ces deux lieux comme des points d’entrée, pour l’un vers l’Europe, pour l’autre vers l’Asie», poursuit Ariel Lüti, qui emmènera encore ses visiteurs à Cham mardi et à Berne mercredi. En outre, «nous avons déjà des relations avec ce pays et une petite dizaine d’entreprises technologiques ou crypto se sont déjà installées ici», ajoute Heinz Tännler, ministre UDC des Finances du canton.

Lire aussi: A Zoug, la ruée vers l’or du XXIe siècle

Autre message clé adressé à cette délégation, qui a pu observer les contours du canton depuis le sommet dégagé du Rigi la veille, c’est l’authenticité. La vieille ville semble archaïque pour héberger un monde crypto à la pointe de la technologie? «C’est la tradition qui nous a amenés où l’on se trouve», assure un intervenant. Chasser l’idée que Zoug fait du marketing artificiel reste central. Car, reprend Ariel Lüdi, même le nom Crypto Valley vient «de l’industrie. Ce n’est pas un message marketing des autorités.»

Montrer le rôle des autorités dans l’éclosion du secteur, c’est bien. Mais il faut aussi être prudent lorsqu’on décrit l’implication de l’Etat. «La planification ne fonctionne pas, nous mettons les conditions en place, nous sommes un partenaire, mais nous laissons les entreprises décider ce qu’elles veulent faire», insiste Beat Bachmann, avec une grimace au moment de prononcer le mot «planification». Il préfère se voir comme un «jardinier» des clusters en développement.

Payer en bitcoin

L’Etat, quoi qu’il en soit, s’est pris au jeu des cryptomonnaies il y a déjà plusieurs années. Cette rencontre était aussi l’occasion de présenter le «projet bitcoin», qui a fait connaître la ville de Zoug autour du globe; elle s’est targuée d’être la première administration à proposer de payer ses services en bitcoin. Une initiative qui n’était pas juste un «coup marketing», a assuré Martin Würmli, chancelier de la ville. Néanmoins, l’expérience a été conclue il y a deux ans. Mais pas reconduite.

La première matinée de conférences touche à sa fin. Alors que le groupe s’apprête à rejoindre le restaurant traditionnel réservé pour l’occasion, le ciel s’est assombri. Qu’importe, un paquet de parapluies aux couleurs du canton (bleu et blanc) a été soigneusement déposé à l’entrée de la salle. Les visiteurs auront au moins pu être convaincus de l’authentique sens local de l’organisation.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)