Bien sûr il fallait faire un effort pour soutenir l'UBS, mais pas sans exiger une présence adéquate à son conseil d'administration; et comment ne pas être consterné à l'annonce de la création par la BNS d'une société aux îles Caïmans pour gérer les actifs pourris de l'UBS (LT du 18 octobre)? C'est n'importe quoi.

La crise majeure actuelle, alimentée de jour en jour par la panique des investisseurs, génère des milliards et des milliards de pertes et de moins-values qui s'ajoutent les unes aux autres. La récession annoncée pour 2009 va très probablement provoquer une détérioration du pouvoir d'achat et bien d'autres conséquences. [...]

Le relèvement de la ruine pourrait passer par l'émission rapide par la Confédération d'un gros emprunt de solidarité à taux attractif, par exemple un point au-dessus de celui du pilier 3a, totalement défiscalisé, c'est-à-dire net d'impôts sur le revenu et la fortune, également lors du remboursement (au contraire du 3a qui, lors du remboursement et selon les cantons, se voit pénaliser en partie par la récupération des avantages fiscaux accordés au cours de la durée du placement).

Cet emprunt servirait en premier lieu à relancer l'économie par des mesures appropriées et à combler en partie les pertes avérées de l'AVS et des caisses de pension soumise à la LPP afin de freiner les hausses de cotisations et les diminutions de prestations. Le comblement pourrait se faire par prêts à taux zéro de la Confédération aux caisses. L'intérêt de l'emprunt versé aux créanciers étant en totalité supporté par la Confédération, il représenterait un geste très fort en faveur des épargnants de la part de l'Etat, lui permettant en même temps de regagner un peu de la confiance de la population. [...]