Mauvaise nouvelle en ce début de matinée à l’EMS Le Grand Pré: Nao a chuté. «Rien de grave mais il a tout de même été hospitalisé», indique Marie Cuenod, la directrice de cet établissement situé à Cheseaux-sur-Lausanne. Elle poursuit, en souriant: «Pour être tout à fait exact, il a été envoyé en réparation.»

Nao est en effet un petit robot. L’humanoïde est devenu un animateur incontournable au Grand Pré. A l’heure du petit-déjeuner, il se tient habituellement assis sur le bar (c’est de là qu’il est tombé!) et accueille les résidents en les saluant nominalement car il est doué de reconnaissance faciale. Sa voix est certes un peu nasillarde mais on s’habitue. «Quand on lui touche le pied, il annonce le menu de midi», ajoute la responsable. Il informe aussi des activités du jour, un peu à la manière des crieurs de jadis, dans les villages. Un gadget? Non. Plutôt un collègue.

Lire aussi: «Pourquoi je cesse de travailler en EMS»

Equipé d’un logiciel conçu pour la gériatrie, il assiste à sa façon le personnel soignant et les animateurs. Une autre fonction de Nao est le coaching sportif à l’attention de celles et ceux encore aptes à tenter quelques mouvements d’assouplissement. Mais puisque à Grand Pré il ne saurait être question qu’une machine se substitue à l’humain, Marie Cuenod rappelle que Nao a pour autre talent d’entretenir les liens familiaux voire de les renforcer. «Les gens le trouvent drôle, ça fait venir les familles», résume-t-elle. Bref, aller voir mamie ou papi à la maison de retraite, ça peut être cool.

Des vocations de DJ à la borne Mélo

Bienvenue donc dans un monde non pas du troisième âge mais de la gérontechnologie, que l’on imaginait confiné et silencieux mais que l’on découvre connecté et parfois bruyant. Cet autre objet: la borne Mélo, sorte de juke-box que les natifs des années soixante trouveraient à coup sûr très futuriste. Outil ergonomique très maniable (la sélection est tactile) qui propose 120 titres. A ce jeu, le plus assidu est M. Faivre, à la barbe fleurie, dont le choix répétitif – le musette Balajo – accable quelque peu les autres résidents à l’heure du repas de midi. En tête de la playlist: Dalida, Sacha Distel, Annie Cordy et les Compagnons de la chanson. Mais les sélections Led Zeppelin, Beatles et Pink Floyd sont aussi plébiscitées. La borne Mélo permet en outre aux animateurs de proposer des quiz musicaux et des karaokés.

Les gens le trouvent drôle, ça fait venir les familles

Marie Cuenod, directrice de l’EMS Le Grand Pré

La Fondation Primeroche qui gère Le Grand Pré, mais aussi un autre EMS situé à Prilly ainsi que des logements protégés et des structures d’accueil de jour, recense 300 clients. C’est ainsi que sont nommées les personnes âgées. Parmi elles, beaucoup sont atteintes de la maladie d’Alzheimer, de démences séniles ou, moins gravement, de syndromes confusionnels. Un autre outil, d’éveil celui-ci, est à disposition: le chariot sensoriel muni de lampes LED et d’un diffuseur d’odeurs utilisé en aromathérapie. Mais l’objet crucial de ce chariot est un Beamer. Marie Cuenod résume: «Nous nous en servons pour raviver la mémoire ou détendre le résident.» Illustration avec un vieux monsieur particulièrement anxieux qui, lors des soins, rétracte ses doigts dans ses paumes. En interrogeant la famille, l’équipe a appris que son passe-temps favori était d’aller pêcher sur les rives du Léman.

La directrice explique: «Nous avons 36 apprentis à la fondation, des jeunes de 17 à 20 ans très branchés technologie. Nous avons demandé à l’un d’eux d’aller filmer le lac avec une petite caméra GoPro. Depuis un Ipad, les images ont été diffusées par le Beamer au plafond lors des soins. La personne s’est alors détendue et a ouvert la main.» Idem pour un autre résident, un Fribourgeois, nostalgique du Moléson. Un apprenti s’en est allé pointer sa GoPro sur le mont et les images ont été restituées sur un mur. Plus généralement lors des visites des familles, les chambres se muent, via un smartphone et le Beamer mobile, en un vaste écran où sont diffusés des films d’anniversaire ou des images du dernier-né. Comme dans la plupart des EMS, les montres-bracelets des personnes âgées avisent le personnel d’un problème (chute, malaise, désorientation, etc). Mais la Fondation Primeroche n’a pas fait appel à une société pour développer ce concept. Un informaticien maison a créé un programme propre au Grand Pré «pour limiter les faux appels et ne pas alerter inutilement les pompiers ou Securitas.» Idem pour le système feu. L’alarme est d’abord perçue par les personnels «qui, avant de faire le 118, vérifient si M. X qui habite dans un appartement protégé n’est pas en train de faire cuire du lard».

Lire également: Le plus gros EMS genevois dans la tourmente

Des tablettes qui rassurent 

A Prilly, la fondation a ouvert dix appartements protégés pour un public qui possède un minimum d’autonomie. En concertation avec les résidents et leurs proches, des capteurs sont posés, visant à déceler précocement des changements de comportement. Ils se posent sous le matelas (une chute peut être détectée), sur la porte du frigo (indication d’un risque de sous-alimentation ou de déshydratation), sur celle de la salle de bains ou des toilettes. Par ailleurs, des tablettes simplifiées Amigo sont proposées. Le cadre en bois donne une impression d’ancienneté qui rassure. Les contacts sont limités à des personnes identifiées au préalable (familles, amis, autres résidents, soignants). Des photos sont échangées, on peut jouer en ligne et une assistance est assurée pour, par exemple, la prise des médicaments ou pour les rendez-vous de la journée. «Il n’y a rien d’intrusif, les échanges par e-mail ou Skype ne sont possibles qu’avec les personnes autorisées», relève Marie Cuenod.

C’est souvent les enfants et les petits-enfants qui apprennent à leur parent à se servir de la tablette.

Marie Cuenod, directrice de l’EMS Le Grand Pré

Les journaux en ligne sont accessibles, mais pour ceux qui préfèrent le papier, Le Grand Pré reçoit Le Crieur, un bulletin mensuel local livré en grand format pour les résidents. Marie Cuenod rappelle que ces objets connectés ne maintiennent pas la personne âgée à distance mais créent du lien: «C’est souvent les enfants et les petits-enfants qui apprennent à leur parent à se servir de la tablette.» Marianne Blanchard, 71 ans, a divorcé lorsqu’elle était jeune, n’a pas eu d’enfants. Toute sa vie, elle a fait des ménages à la campagne. «Ici, j’ai appris à cliquer», dit-elle. Colette, 82 ans, qui a «tous ses neurones», a de son côté refusé la montre-bracelet «parce qu’il y a longtemps de ça, ma mère, qui en portait une, est tombée et elle n’a pas pu appuyer sur sa sonnette, elle est restée un jour et une nuit allongée par terre».

Plusieurs générations, des opportunités et quelques défis 

Deux cent cinquante employés travaillent pour la Fondation Primeroche, un contingent plutôt élevé, ce qui fait dire à Colette «qu’ici les gens ne sont pas pressés, ils sont polis et attentifs à nos besoins». Et quand on manque de bras, ce sont des scolaires âgés de 13-14 ans d'un établissement voisin qui assurent pendant deux à trois heures les sorties dites chaise roulante. «On les appelle les petits bras; en échange, on participe au financement de leurs voyages d’études», précise Marie Cuenod. Une enquête conjointe du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung révélait, le 1er avril, qu’un EMS sur cinq en Suisse a baissé son effectif en personnel soignant qualifié, ce qui impacte sur la qualité des soins dispensés. Réaction de Christian Weiler, le directeur de la Fondation Primeroche: «Nous avons paradoxalement plus de gens formés mais le nombre stagne. Il faut aussi constater une évolution de génération de collaborateurs, qui bougent plus, sont plus revendicateurs, et avec des règles contractuelles qui compliquent parfois les choses. Chaque année, l’équation devient un peu plus difficile à résoudre. Il faut être imaginatif, mais il est de plus en plus dur de sortir du cadre.»

Autre site précurseur du pôle gériatrique de demain, la Résidence Agate ouverte en 2015, qui surplombe Yverdon, sur la colline de Bellevue. Ceux qui n’aiment pas trop l’architecture ovoïde très avant-gardiste l’appellent le silo. Sept niveaux, vue imprenable sur la cité thermale et le lac de Neuchâtel. Trente-six appartements aménagés de deux ou trois pièces, gérés par la Fondation Saphir. Le tout est très high-tech. Des capteurs de mouvement imaginés par la start-up DomoSafety, basée à l’EPFL, équipent les chambres. DomoSafety a mis au point un système d’algorithmes qui analyse le comportement des personnes âgées.

L’innovation permet de détecter les changements d’habitude et d’en aviser les familles, ceci, sans caméra ni micro. Mais c’est le concept social qui séduit le plus à la Résidence Agate avec des locaux communautaires comme le coin fitness, la médiathèque, la salle de massage. Le bâtiment abrite aussi une colocation pour des étudiants. Deux populations au rythme de vie pour le moins différent et qui se côtoient au final peu. Mais on fait le pari ici que cela pourrait changer. «Il suffit d’ouvrir notre salle de fitness aux jeunes», suggère une résidente.