Lundi 21 mars 2022 à 18:30
En ligne

La Fondation pour Genève a décerné lundi 21 mars 2022 au Victoria Hall le Prix 2022 à Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L’occasion de le récompenser pour sa «contribution exceptionnelle au rayonnement de Genève».

A lire: «Ce prix est un hommage au travail exceptionnel du CICR et de tous les humanitaires»

Au cours de cette soirée, plusieurs personnalités ont pris la parole pour saluer l’engagement de Peter Maurer et l’action du CICR. Cette 28e édition du Prix était retransmise en ligne sur Le Temps. Revivez cette cérémonie en cinq moments forts ci-dessous.

1 - Marc Pictet: «Le CICR est profondemment lié à l'histoire de Genève»

Marc Pictet - DR
Marc Pictet - DR

La Fondation pour Genève a pour objectif de soutenir l’action que les autorités fédérales et genevoises mènent en faveur du développement de la Genève internationale. Elle est présidée par Marc Pictet, qui inaugure la soirée.

«Le CICR est depuis 1863 profondément lié à l'histoire de Genève. Il représente aujourd'hui plus de 20'000 femmes et hommes qui s'engagent au quotidien aux quatre coins du monde en faveur des plus faibles et des plus démunis. Cher Peter Maurer, vous rentrez tout juste d'Ukraine pour partager avec nous ce moment et vous repartez dès demain à Moscou. Vous n'avez jamais hésité à aller à la rencontre des chefs d'État, des chefs rebelles, des opposants et bien sûr des populations. Votre mission est claire: protéger la vie et la dignité des victimes des conflits armés pour leur porter assistance et faire respecter le droit international humanitaire. Votre courage et votre humanité font notre fierté.»

2 - Jürg Lauber: «L’art de la négociation peut sauver des vies»

Jürg Lauber, ambassadeur de la Suisse auprès des Nations Unies à Genève - DR
Jürg Lauber, ambassadeur de la Suisse auprès des Nations Unies à Genève - DR

Au tour de l’ambassadeur Jürg Lauber de s’exprimer. Depuis le 1er septembre 2020, il est le représentant permanent de la Suisse auprès de l'Office des Nations Unies à Genève.

«C’est une personnalité incontournable de l'humanitaire que nous récompensons aujourd’hui. Cette cérémonie intervient à un moment très particulier dans notre actualité avec le conflit en Ukraine. Peter Maurer, tu es une grande personnalité du multilatéralisme. Toutes les grandes tragédies dont tu as été le témoin n’ont jamais mis à mal ta conviction profonde: la voie diplomatique doit être préservée. L’art de la négociation peut sauver des vies, tu en es le plus bel exemple. Et pour donner l’espoir, il faut en avoir. Tu as toujours cru dans le lien entre l’action humanitaire et la paix. En préservant la dignité des plus vulnérables, on peut jeter les bases d’une société qui se reconstruira plus sereinement. A travers ton impulsion, le CICR se positionne désormais comme précurseur et innovateur de la réponse humanitaire de demain. Les défis de l’humanitaire sont mondiaux et tu as toujours compris que les solutions le seraient aussi.» 

3 - Pascal Hufschmid: «Peter Maurer a toujours fait preuve de bienveillance»

Pascal Hufschmid, directeur du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (MICR) - DR
Pascal Hufschmid, directeur du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (MICR) - DR

Place maintenant à Pascal Hufschmid, directeur du Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (MICR) situé à Genève.

«A Genève, nous pouvons toutes et tous nous sentir concernés par les grands défis humanitaires. J’ai rencontré Peter Maurer pour la première fois en juillet 2019. Il m’a immédiatement mis à l’aise. Je voulais lui parler de la 33e conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant rouge. Des centaines de personnes du monde entier devaient y venir pour parler d’humanitaire. Il m’a expliqué que parler d’action humanitaire au-delà du quartier des Nations est essentiel. Nous avons décidé de distribuer des cartes postales à des centaines d’écoliers genevois afin qu’ils écrivent à la main leur message sur l’état du monde. L’idée? Distribuer les cartes aux participants de la conférence. Nous avons reçu de nombreux témoignages extraordinaires, tous pleins d’espoirs et de lucidité.

Le message d'un enfant pour le monde - DR
Le message d'un enfant pour le monde - DR

Quelques mois plus tard, au début de cette conférence, Peter Maurer a commencé son discours en annonçant qu’il n’était pas seul à accueillir les invités, qu’il se trouvait avec les enfants de la ville et qu’il était essentiel de porter leur voix. Il a toujours fait preuve d’une véritable bienveillance.» 

4 - Remise du Prix 2022 de la Fondation pour Genève

Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), succède à Patrick Chappatte en étant primé par la Fondation pour Genève pour «sa contribution exceptionnelle au rayonnement de Genève». 

Le lauréat 2022 du Prix de la Fondation pour Genève Peter Maurer - DR
Le lauréat 2022 du Prix de la Fondation pour Genève Peter Maurer - DR

5 - Discussion entre Bertrand Piccard et Peter Maurer

Pour clôturer cette cérémonie, au tour Bertrand Piccard. Le président de la Fondation Solar Impulse va mener une discussion avec Peter Maurer.

Discussion entre Bertrand Piccard et Peter Maurer - DR
Discussion entre Bertrand Piccard et Peter Maurer - DR

Comment éveiller un peu d’humanité quand on parle à un chef de guerre? (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: Ce n'est pas simple. Il faut chercher à créer de la confiance avec le belligérant et constituer une base commune. Cela peut uniquement se faire avec de l’empathie et de la compréhension. Le grand défi de l'humanitaire n'est pas de savoir comment monter une action, nous savons le faire depuis très longtemps. Il faut surtout se mettre dans la tête de celui qui fait la guerre et chercher le point commun afin de pouvoir dialoguer avec lui et trouver des solutions. J’ai des difficultés à convaincre un gouvernement ukrainien ou russe d’arrêter certaines pratiques, sauf à leur montrer que ce n‘est pas dans leur intérêt de continuer la guerre.

Mais comment parler à un chef de guerre qui massacre des innocents? (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: Il n’est pas possible de faire du spontané dans ce type de situation. On peut lire les discours des belligérants, avoir des conversations préliminaires afin de comprendre comment les aborder et réussir à leur faire comprendre qu'il est nécessaire de faire un pas vers nous. Et on en fait un seulement si l'autre est disposé à en faire un aussi. C’est cette dynamique qu’il faut atteindre pour montrer à l’autre qu'on est dans une même logique, et qu'on souhaite simplement résoudre un problème. Le pragmatisme, la création de confiance, la stratégie des petits pas permettent de transformer un cercle vicieux, dans lequel les belligérants s'enferment, en cercle d’ouverture.

Discussion entre Bertrand Piccard et Peter Maurer - DR
Discussion entre Bertrand Piccard et Peter Maurer - DR

Le CICR accorde beaucoup d’importance à nouer des liens forts avec les communautés... (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: Justement, j'ai beaucoup appris en visitant ces communautés. L’approche de proximité du CICR est essentielle, cela nous permet d’entendre des messages. Ce qui préoccupe ces communautés est toujours lié avec leur environnement naturel autour d’eux. J’ai d'ailleurs appris avec elles que le changement climatique est un réel souci auquel on doit répondre, et que ce n’est d'ailleurs pas du tout une problématique séparée de l’humanitaire.

C’est intéressant de voir des personnes en dehors d’une cause en parler... (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: J'ai d'ailleurs toujours dit qu’il ne faut jamais laisser l’humanitaire aux humanitaires! Il faut être à l’écoute des autres communautés et causes. L’humanitaire est là pour bâtir des ponts.

Quels conseils donner à Genève et aux institutions internationales? (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: De nombreuses choses ont été réalisées. J’ai beaucoup apprécié, en tant que président du CICR, de voir toutes ces connectivités qui se sont créées à Genève. C'est exemplaire. Cette ville réunit la science, l’économie, la finance, la politique... Je vois vraiment l’avantage de cette évolution. L’humanitaire fait partie d'un biotope, il ne doit pas faire cavalier seul. Il doit être en lien avec ces plateformes.

La compassion existe-t-elle toujours, même chez les pires personnes? (Bertrand Piccard)

Peter Maurer: Quand je rencontre un chef de guerre, je cherche toujours désespérément cette compassion. Parfois, je la trouve. Parfois, elle n’est pas visible immédiatement. Je suis cependant convaincu qu’il existe toujours une communauté d’humanité en chacun d'entre nous. Rien ne parle en défaveur de chercher et continuer de chercher.