Mardi 13 juillet 2021 à 15:00
en ligne

Le pianiste de jazz Chilly Gonzales, primé aux Grammy Awards sera sur scène le 30 juillet dans le cadre du Verbier Festival 2021 pour y interpréter un nouveau programme qui démarre, comme toujours, par des musiques tirées de son album, Solo Piano III. L'occasion de découvrir aussi «Music Is Back», un nouveau titre qui résonne avec une tonalité particulière après la vague de confinement qui a durablement touché le secteur culturel. Le tout sera accompagné par des conseils et des explications sur sa vision de la musique et de la composition.

>> Les prochaines dates de la tournée de Chilly Gonzales

A cette occasion, le fantasque canadien, également auteur du livre «Plaisirs (non) coupables» (Flammarion), a répondu à vos questions lors d’un chat en ligne. Le compte-rendu est à lire ci-dessous.

Comment procédez-vous pour composer une musique? (Laura)

Chilly Gonzales: J'improvise, tout en m'enregistrant sur un petit dictaphone. Parfois, je trouve quelque chose en jouant et j'essaie de le développer davantage, en faisant des essais et si le registre grave me semble particulièrement poétique, il se peut que je me dirige vers le bas du piano. Ou alors, c'est simplement mon humeur qui dicte la version du soir. Les pièces sont vivantes, et je suis en fait frustré par l'idée que la version enregistrée doive être éternelle. Je préfère réinventer les morceaux.

Comment voyez-vous l'évolution de la musique classique? (Evo)

CG: Je n'en ai aucune idée, mais j'espère que cela impliquera de se concentrer davantage sur la connexion avec le public et de s'amuser davantage en général.

Vous vous produisez en robe de chambre. Que pensez-vous des codes qui régissent les concerts de classique (silence religieux, applaudissement uniquement à la fin d'une œuvre, échange quasi proscrit avec le public, etc.)? (Perroquet)

CG: Ce sont de mauvaises règles, car elles ne permettent pas aux gens de se détendre ou de réagir spontanément au spectacle. J'aime que mon public soit détendu, ouvert et à l'aise, donc ces règles ne conviennent pas à mon style de spectacle. De plus, ces musiciens classiques ont besoin et aiment les applaudissements, comme nous tous, et c'est vraiment dommage pour eux de ne pas savoir ce que ressent le public. Ces règles n'existaient pas à l'âge d'or de la musique romantique, elles sont apparues dans les années 1950. Retournons à l'âge d'or!

Avec qui rêvez-vous de faire un duo épique? (K)

CG: J'aimerais travailler avec Busta Rhymes et beaucoup d'autres rappeurs. En dehors de cela, j'aime que mes collaborations se fassent naturellement, car on ne sait jamais comment est l'ambiance avec quelqu'un. Cela peut être agréable de rêver de travailler avec quelqu'un, jusqu'à ce que vous découvriez que vous ne vous entendez pas du tout avec lui. C'est alors une déception. Je m'en tiens donc à travailler avec mes amis et les nouvelles personnes que je rencontre et qui m'inspirent.

Vos musiques sont très différentes selon les plateformes où on les écoute... (Internaute)

CG: Je laisse les morceaux me dire où ils veulent aller, et j'essaie de lire la pièce pour voir quel type de version pourrait être approprié. Cela peut avoir un rapport avec le piano particulier sur lequel je joue ce soir-là.

Bach, Mozart, Miles Davis ou Prince? Qui emmèneriez-vous sur une île déserte et pourquoi? (Malcolm)

CG: Mozart et Prince, ils ont l'air d'être les plus rigolos de toute la liste!

Je suis vite freiné dans mon inspiration après avoir trouvé une progression qui accroche. Que faire? (Jérôme)

CG: J'ai quelques astuces que j'utilise. Changer d'octave, jouer la mélodie deux fois plus vite. Jouer la mélodie en changeant la dernière note. Jouer la mélodie à l'envers. Jouer les changements d'accords deux fois plus vite ou deux fois plus lentement. Ce sont toutes des façons de créer des variations sans avoir besoin d'écrire de nouveaux morceaux, et ces variations invisibles donnent de l'unité au morceau. Vous pouvez consulter «A Pattern Language For Composing Music» de Thomas Schlechte, qui explore ces techniques en profondeur.

L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard
L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard

Que pensez-vous du musicien Marc Rebillet? (Dylan)

CG: Il est charmant. Il porte des peignoirs. Je l'adore, ainsi que Reggie Watts et les autres improvisateurs. Mais parfois, j'aimerais qu'ils prennent aussi le temps d'écrire correctement une chanson qui durerait dans le temps, au lieu de toujours vivre dans l'instant! Je regarde ses vidéos, mais je ne suis pas sûr que j'écouterais uniquement l'audio de ses performances de la même manière que j'écoute une chanson de Lana Del Rey ou un Nocturne de Chopin.

Auriez-vous envie d'écrire une pièce pour clavecin? Puis-je vous faire une commande? (Bernard)

CG: J'aurai un clavecin sur scène à Verbier: j'ai commencé à expérimenter cet instrument, j'en ai d'ailleurs un à la maison. Vous pouvez me voir m'amuser dessus parfois sur Instagram. Et si vous souhaitez me passer une commande, écrivez-moi à info@chillygonzales.com.

Entendra-t-on un jour Solo Piano volume 4? (Karla) 

CG: Peut-être! Ne jamais dire jamais!

Quels artistes de rap conseilleriez-vous à une mélomane qui en est resté au hip-hop des années 80 et 90?

CG: Danny Brown, Run the Jewels, Freddie Gibbs, Lil Simz, la liste est longue!

On connaît votre plaisir coupable pour Enya, les robes de chambre et les Charentaises. Quel autre plaisir coupable avoueriez-vous?

CG: En fait, dans mon livre, je déconseille le concept de plaisir coupable: je le considère comme un plaisir égal à tout autre. Donc tout ce que j'aime peut être un plaisir!

Quel morceau écouté en boucle H24 serait pour vous la pire des tortures?

CG: N'importe quelle chanson pendant aussi longtemps serait probablement une torture pour être honnête, mais écouter Radiohead pendant 24 heures serait certainement encore plus douloureux.

Le single «Music Is Back» augure-t-il un second album complet de rap, une décennie après le triomphe du premier?

CG: Peut-être, ne jamais dire jamais!

Je suis venue vous voir en concert dans une petite salle avec l'espoir d'avoir une petite dédicace. Pourquoi ne pas rencontrer votre public? (Milady)

CG: Ce n'est malheureusement pas si simple. Je suis souvent occupé et ne peux pas signer des dédicaces aussi facilement que je le voudrais. 

Parmi tous les morceaux que vous avez composés, lequel préférez-vous? (Coco)

CG: C'est tellement difficile de répondre à cette question! D'habitude, c'est la dernière chanson sur laquelle je travaille qui m'obsède, donc elle gagne en quelque sorte. Et en ce moment, c'est une chanson qui n'est pas encore sortie (et qui ne sortira peut-être jamais!).

Dans votre livre, vous dites que la musique a plus d'importance que les paroles dans une chanson. A part Leonard Cohen, y a-t-il d'autres artistes dont les paroles vous touchent autant que la musique? (Séléné)

CG: Pour mon propre goût, je suis plus une personne qui aime la musique que les paroles. Mais j'aime le rap, qui est très verbal. J'aime Lil Wayne, Eminem, Lana Del Rey, Rivers Cuomo, Morrisey, Jarvis Cocker, ce sont de grands orateurs.

Comment travaille-t-on avec les Daft Punk? (Léonard)

CG: Nous sommes devenus des connaissances, puis des amis, puis des collègues, puis des collaborateurs. Il a fallu 12 ans après les avoir rencontrés pour que cela arrive, par accident. J'étais coincé à Los Angeles pendant qu'ils y étaient, je suis allé les voir en studio et c'est arrivé spontanément. La plupart des artistes que je connais travaillent de cette manière, il est difficile de savoir ce que l'on veut tant qu'il n'y a pas de vibration, alors ça se passe naturellement et ça ne peut pas être forcé.

Que se passe-t-il lorsque Chilly Gonzales, grand vulgarisateur canadien, rencontre Jean-François Zygel, grand vulgarisateur français? De quoi parlent-ils donc? (Fabrice) 

CG: Je ne me souviens pas! C'était probablement juste pour planifier le spectacle que nous devions faire. Mais sinon, on a probablement juste discuté de tout et de rien, pour apprendre à se connaître. C'est comme avec n'importe qui, parfois il y a de l'alchimie, parfois c'est un peu plus rigide et formel.

Est-il possible de composer de la musique, sérieusement, sans savoir lire le solfège ou avoir fait le conservatoire? (Cédric) 

CG: Bien sûr que c'est possible! Si vous n'apprenez pas la programme «officiel» pour lire ou comprendre la musique, vous devez construire votre propre système musical, dans votre esprit. Et bien sûr, il ne faut pas hésiter à faire beaucoup d'essais et éliminer les choses qui ne fonctionnent pas, jusqu'à ce que vous trouviez quelque chose qui fonctionne. C'est finalement simple.

Chilly Gonzales, c'est un peu l'anti-Lang Lang, par exemple, n'est-ce pas? D'un côté quelqu'un qui ne se prend pas trop au sérieux, et de l'autre quelqu'un qui se prend trop au sérieux. Vous êtes sur scène comme dans la vraie vie? (Marjo)

CG: La vie réelle et la scène sont deux manières différentes d'être. Mais dans les deux modes, j'ai un côté sérieux et un côté moins sérieux, comme tout le monde. Cela dépend de mon humeur.

Nous vous connaissons compositeur, pianiste, réalisateur, écrivain, DJ, arrangeur... Que rêvez-vous d'être un jour? (Nathalie) 

CG: Retraité!

L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard
L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard

La musique est un domaine ultra conservateur. Votre attitude - très décontractée - que le grand public adore - n'a jamais été un problème pour vous? (Safia)

CG: Parfois, les institutions les plus conservatrices estiment que je manque de respect en étant si décontracté. Porter un peignoir dans une salle philharmonique, par exemple. Mais la plupart du temps, ils apprécient le fait que je puisse communiquer avec le public, c'est l'argument le plus puissant.

Quand viendrez-vous jouer à Graz, où je réside? (lolo)

CG: L'année prochaine! On avait réservé un spectacle pour 2021 mais il a été reporté.

J'ai remarqué que de nombreuses personnes recherchent «Chilly Gonzales Black Keys» dans Google. Cette composition me semble pourtant inexistante. Existera-t-elle un jour? (Jero) 

CG: Peut-être! Je vais voir ce que je peux faire...

Quelles sont vos principales influences? Je ressens une admiration pour Philip Glass ou Steve Reich... (Bernard)

CG: J'aime le minimalisme mais mes influences comprennent aussi beaucoup de compositeurs traditionnels: Gabriel Faure, Mozart, Brahms. Mais aussi beaucoup d'artistes de jazz, de musiciens pop, d'auteurs, de politiciens, d'athlètes, de rappeurs et d'amis à moi.

Une tournée en Asie, bientôt? (Chris)

CG: NON!

Que prévoyez-vous au Verbier Festival? (Lara)

CG: Un spectacle fantastique en piano vision avec clavecin et «MUSIC IS BACK»!!!

La paire de Charentaises, accessoire fétiche de Chilly Gonzales – Alexandre Isard
La paire de Charentaises, accessoire fétiche de Chilly Gonzales – Alexandre Isard

Aujourd'hui, n'est-il pas compliqué de vivre de la musique quand on est un artiste? (Afro)

CG: Je suis un artiste indépendant qui possède tout ce que je réalise. Je suis là depuis plus de 20 ans, j'ai donc le privilège d'être en sécurité avec ma base de fans et mes opportunités.

Un lieu où vous rêveriez de jouer? (Pedro)

CG: La Scala de Milan.

Chico Marx est-il votre principale influence en tant que pianiste? (Greg)

CG: Une de mes influences en tant qu'artiste, moins en tant que pianiste.

Comment avez-vous vécu le confinement en tant qu'artiste? (Fred)

CG: Je me suis adapté, nous l'avons tous fait. J'ai eu des hauts et des bas, comme tous ceux que je connais.

Voyez-vous des similitudes entre le Canada et la Suisse? (Nathalie)

CG: Le Canada et la Suisse ont tous deux des montagnes. C'est à peu près tout ce que je vois comme similitudes!

Quand avez-vous l'habitude de composer? (Hervé)

CG: Je suis plutôt du matin, de 11 h à 16 h. C'est mon moment de productivité.

Vous faites partie de ces artistes dont la musique est beaucoup utilisée dans les publicités. Gérez-vous vous-même votre catalogue? (Kleo)

CG: Oui, je suis 100% indépendant depuis 2009.

L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard
L'artiste Chilly Gonzales – Alexandre Isard

S'il ne devait rester qu'une seule clé: fa (F) ou sol (G)? (B)

CG: C (do) et G (sol) (pour Chilly Gonzales).

Conclusion

CG: La musique est de retour et j'ai hâte de faire mes débuts au Verbier Festival, c'est un festival de musique classique légendaire et je suis honoré qu'ils m'aient demandé de m'y produire cette année. 

Merci à toutes et tous pour vos questions et j'espère que mes réponses vous ont satisfait. Si ce n'est pas le cas, rappelez-vous que la réponse était en vous depuis le début!