Mardi 19 mai 2020 à 11:00
En ligne

Pour contrer la propagation de l’épidémie de coronavirus, nous avons renoncé à organiser des événements dans nos locaux. Mais pour que vous puissiez tout de même assister aux conférences prévues, certaines seront proposées sur notre site sous forme de vidéo ou de chat en ligne.

Jean-Claude Biver compte parmi les figures emblématiques de l'horlogerie suisse. Il débute tout d’abord son parcours chez Audemars Piguet en 1975 comme stagiaire, avant de s’occuper du marketing et des ventes. Après un passage chez Omega en 1980, arrive l'aventure Blancpain. Une marque inactive dont il rachète les droits en 1983 avec son ami Jacques Piguet pour 22’000 CHF. Il revendra une entreprise redressée neuf ans plus tard à SMH (futur Swatch Group). Montant de la transaction? 60 millions de CHF. Jean-Claude Biver, c’est ensuite l’aventure Swatch aux côtés de Nicolas Hayek jusqu’en 2003, Hublot en 2004 et puis LVMH en 2012 où il devient directeur du secteur horloger.

A lire: Jean-Claude Biver: «Il existe un sport pour chaque marque»

Officiellement à la retraite depuis fin 2019, le parrain de l’horlogerie reste très actif. Il livre ainsi jusqu’à cinquante conférences par an. Si les hautes écoles et les universités se l’arrachent, c'est avec les lecteurs du «Temps» qu’il a accepté d'échanger lors d’une discussion en ligne. Découvrez ses réponses ci-dessous:

  1. Question posée par Christopher F. :
    Avons-nous raté le coche pour l'industrie horlogère suisse en offrant peu ou pas de montres connectées? Et maintenant est-il trop tard?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:41

    La montre connectée est finalement un mini ordinateur pour le poignet. Il faut donc posséder la technologie adéquate pour fabriquer une montre connectée. Et cette technologie n’existe pas ou seulement très peu en Suisse. Par contre elle est l’apanage des Coréens, Chinois, Japonais et Américains. Il sera donc difficile voir impossible de rivaliser en temps et en performance avec une montre connectée suisse, sauf si on fait appel à des fournisseurs étrangers pour les écrans, les microprocesseurs, etc. 

    On sera donc toujours dépendant de l’étranger, ce qui n’est a priori pas la vocation de la Suisse ni du «Swiss made». Mais on a quand même l’exemple de TAGHeuer qui a réussi à créer en 2016 la première montre connectée assemblée et montée en Suisse, avec le partenariat de Google pour Android et avec les microprocesseurs Intel.


  2. Question posée par Marco_Agadir :
    Que pensez-vous de la fin de Baselworld? Genève, avec ses deux futurs salons Watches & Wonders et Rolex et suite, peut-il accueillir tout le marché horloger?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:43

    Oui, Genève pourra accueillir l’ensemble des visiteurs et la plupart des marques importantes. C’est un énorme avantage pour les visiteurs (principalement les détaillants) et aussi pour la plupart des marques qui ont leur siège ou leur manufactures en Suisse romande, voire à Genève. Et on aura «enfin» une seule date pour le début de l’exposition et une seule date pour la fin de l’exposition.


  3. Question posée par Maryline :
    J'admire toujours votre bon sens dans les interviews et surtout votre sens de la famille. Par rapport à ce que nous vivons, quelle est votre appréciation de la visibilité économique, émotionnelle et loyauté de nos dirigeants? Merci pour votre temps.
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:46

    Je regrette que la plupart des pays aient été assez peu ou mal préparés pour cette pandémie. Mais je comprends par contre les informations parfois incohérentes et contradictoires, car il a fallu du temps pour connaître et découvrir le virus. On naviguait donc à vue, et il a bien fallu de temps en temps donner des coups de volant à gauche et à droite. Il en restera pas moins que nous avons beaucoup appris sur la gestion des pandémies et que pour la prochaine (qui viendra certainement dans le futur), nous serons bien mieux préparés et armés. Ce qui serait vraiment désastreux, ce serait de ne pas avoir appris de nos manquements et de nos lourdeurs administratives.


  4. Question posée par Gg du leman :
    Quel groupe de luxe est le mieux positionné pour affronter cette crise, LVMH ou Richemont?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:47

    Question à laquelle il est difficile de répondre, car je ne connais pas assez bien le groupe Richemont de l’intérieur. Mais les deux groupes possèdent de belles marques qui ont toutes une solide histoire et tradition ainsi qu’une forte notoriété. De ce fait, je pense que les deux groupes seront bien positionnés pour l’après-crise, qui sera une période passionnante.


  5. Question posée par Horst :
    A la lumière de cette période que nous vivons, ne penses-tu pas que la seule mesure du temps a de moins en moins d'importance et que les valeurs de savoir-faire, d'excellence technique, d'émotion et beauté au porter vont devenir les arguments majeurs pour la majorité des marques et pas seulement pour certaines? Merci. Amitiés
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:50

    Mais oui, ta question à laquelle tu réponds d’ailleurs, est absolument pertinente et je partage à 100% ce que tu dis: soit que «la seule mesure du temps a de moins en moins d'importance et que les valeurs de savoir-faire, d'excellence technique, d'émotions et beauté au porter vont devenir les arguments majeurs pour nos grandes marques ainsi que pour nos marques artisanales».


  6. Question posée par Le Raul :
    Je souhaite m'offrir une Daytona Acier 116500LN fond noir, je n'avais aucune notion de la spéculation horlogère surtout chez Rolex (chez qui la discrétion est un mode de vie). Pensez-vous que c'est possible, alors qu'il existe des listes de souhaits?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:52

    C’est une très belle montre et il vaut la peine de s’armer de patience, car la récompense (la livraison, un jour ou l’autre) sera grande de satisfaction et d’émotion. Donc patience….


  7. Question posée par bolout :
    Que pensez-vous des prix des gardes-temps pour les salarié(e)s moyen(ne)s qui souhaitent s'offrir un garde-temps aujourd'hui ?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:54

    Il y a de belles montres pour chaque goût, presque pour chaque activité (sport, loisir, élégance, design, etc) et presque aussi pour chaque bourse. Il est important d’acheter avec ses yeux, son coeur et son budget.


  8. Question posée par Fammeur :
    A quand la fin de la spéculation horlogère, pour que les passionnés puissent en boutique officielle acheter le garde-temps de leurs rêve?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:55

    Le succès donne souvent naissance à de la spéculation. Et c’est presque un mal nécessaire. Souvent, lorsque la spéculation cesse, c’est que la demande s’épuise et diminue. C’est dans ces moments-là qu’on se dit parfois que la spéculation et la hausse des prix étaient presque préférables...


  9. Question posée par Fameur :
    Que pensez-vous des services après vente avec 60% de Swiss made?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:56

    Je ne connais pas de services après vente avec 60% de Swiss Made. Je pense qu’en général, le service après vente est fait à 100% en Suisse.


  10. Question posée par Fameur :
    Que fait Rolex pour endiguer le marché gris?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:56

    Il fait tout ce qu’il faut faire, et il le fait avec constance, rigueur, vigueur et succès.


  11. Question posée par raul :
    La spéculation, surtout pour les modèles sport, à quand la fin?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:59

    La spéculation est la plupart du temps la conséquence du succès. Et personne n’aimerait arrêter le succès...


  12. Question posée par Jean-Philippe :
    Que pensez-vous de l’avenir des produits de luxe «classiques» comme le sac à dépêches Hermès, le stylo Meisterstück 149 ou une montre Rolex (ou Blancpain) classique? Ces objets font-ils partie du passé ou du futur? Merci et bravo pour votre carrière et tout ce que vous continuez de faire!
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:09

    Ces objets sont souvent issus d’un héritage, d’une tradition, d’un savoir-faire, d’une culture, d’une bienfacture, d’une telle qualité qu’ils sont connectés à l’éternité. Ils font plus que jamais aujourd’hui, à l’ère de l’obsolescence, partie du futur!


  13. Question posée par Jean-Philippe :
    L’endroit idéal pour passer votre retraite?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:10

    A la maison! Chez moi, avec les miens, mes chiens, mon vélo, mes ski de randonnée, et mes bouteilles de vin!


  14. Question posée par Stéphane Geay :
    Bonjour, je suis pilote de jet d'affaires international et j'ai inventé une montre nouvelle et réellement utile pour les pilotes... Tous mes collègues sont intéressés par l'innovation. Comment obtenir quelques minutes de votre temps pour avoir votre avis sur mon concept? J'ai peu de relations dans le monde de l'horlogerie!
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:13

    Vous m’écrivez un mail et on trouvera quelques minutes pour se voir. Donc voici mon adresse mail: jcbiver@hublot.com


  15. Question posée par François-Henry Bennahmias, Audemars Piguet :
    Cher Jean-Claude, si tu avais les pleins pouvoirs aujourd’hui, que mettrais-tu en place pour protéger et pérenniser le savoir-faire horloger suisse? Comment ferais-tu évoluer le «Swiss made»?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:45

    Bonne question «à cent sous», mon ami François. Connaissant et respectant trop le métier et nos marques, j’essayerais avant tout de trouver un consensus avec nos plus belles et nos plus importantes marques. A la fois pour créer une charte de la haute horlogerie et une sorte d’école du savoir-faire de la haute horlogerie dont la direction et la gestion reviendraient à nos plus belles marques, qui seraient pour une fois réunies dans la noble tâche de la pérennisation du savoir. Quant au «Swiss made», je chercherais à le rendre encore plus dépendant de la fabrication en Suisse, c’est -à-dire que je plaiderais pour un «Swiss made» encore plus contraignant.

     


  16. Question posée par Nabucco Cuore Caldo :
    Et si la fin de la haute horlogerie ne venait pas simplement de l’inaptitude des jeunes générations à lire l'heure analogique?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:14

    On achète une pièce de haute horlogerie plus par passion et plus pour regarder la montre que pour lire l’heure.


  17. Question posée par Xavier :
    Si on prend le célèbre magazine «The Economist», dans une édition de début mai 2020, il n'y avait plus aucune pub pour l'horlogerie. Pourquoi?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:15

    Faire de la pub par exemple en temps de guerre ou dans les crises profondes n’a pas grand sens, car dans ces moments là, le client n’a pas envie d’acheter et il ne remarquera ou ne verra pas la pub...


  18. Question posée par Lukas Ploner :
    Allez-vous créer votre propre marque de montres? J'ai entendu dire quelque part que cela pourrait encore être un de vos rêves.
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:16

    Non, je ne pense pas créer ma propre marque. Je dois au contraire consacrer temps et énergie pour aider, pour redonner. Et je m’imagine bien aider un artisan ou une petite marque, qui chacun pourrait bénéficier de mon expérience et de mes visions. Redonner me paraît plus important que refaire ma marque.


  19. Question posée par carlito007 :
    Investir dans le sport n'est-il pas une erreur stratégique? Ces disciplines font la preuve d'une certaine vacuité lors de la crise actuelle....
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:18

    Non, le sport est un vecteur qui porte beaucoup de valeurs éducatives et donne naissance à des rêves et des émotions. Et le sport est étroitement lié à l’horlogerie: sans le timing, beaucoup de sport seraient sans intérêt.


  20. Question posée par Piau :
    L'historien Pierre-Yves Donze affirme dans «Le Temps»: «L’industrie horlogère suisse n'existe plus». Est-ce aussi votre constatation?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:20

    Je n’ai malheureusement pas lu ses propos, et ne peux vous dire ce qu’il a voulu dire.


  21. Question posée par Adrien Sammut :
    Comment envisagez-vous la relation entre les marques et leurs clients? Quels sont les nouveaux enjeux?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:11

    On doit réellement réapprendre que le boss, le roi, c’est le CLIENT.


  22. Question posée par CR :
    Lorsqu'on me demande ma marque de montre préférée, j'évoque Favre-Leuba. Ma réponse surprend toujours. Bizarrement, lorsque j'en parle à des horlogers, des spécialistes, souvent, eux s'émerveillent. Cette marque a un historique incroyable, de près de 300 ans. Mais elle a du mal à redécoller. Pensez-vous que l'arrivée de Philippe Roten comme directeur puisse participer au re-démarrage de ce projet?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:52

    Je connais bien Philippe Roten pour avoir travaillé avec lui. Je pense que si on lui donne les moyens et qu’on le laisse s’entourer de quelques personnes très compétentes, qu’il pourra donner re-naissance à la marque. Pour autant qu’en plus des moyens et des collaborateurs, il trouve le «message» à donner à la marque et qu’une fois le «message» défini, il puisse trouver le produit, la distribution et la communication qui soient chacun absolument cohérents avec le «message».


  23. Question posée par Le Raul :
    Je pense que les décisions des CEO de certaines marques horlogères sont pensées pour alimenter le marché gris. Qu'en pensez-vous? Je souhaite que votre héritage, votre bienveillance, soient un vecteur pour l'avenir de notre passion. Vous écouter chez FAM, ou ailleurs, est toujours un vrai plaisir.
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:54

    Je ne peux m’imaginer un CEO responsable capable de faire cela... Mais il se pourrait peut-être que tel ou tel CEO soit plus animé par sa carrière et la rapidité du gain et qu’il succombe à certaines tentations. J’espère néanmoins que ceci reste très rare, et j’espère aussi que ces agissements sont rapidement stoppés. Le marché gris est nuisible à l’image d'une marque et à sa crédibilité.


  24. Question posée par Fameur :
    Quel est votre avis sur la vente en ligne des montres?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 10:58

    La vente digitale est inévitable car elle porte en elle la marque du futur. Il faut simplement s’armer pour offrir, pour la vente conventionnelle, des avantages que la vente digitale ne pourra pas apporter.


  25. Question posée par Kevin :
    La Comco, au vu de la situation, va-t-elle éradiquer sa décision concernant ETA (livraison de mouvements à des tiers)?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:38

    Je n'en ai aucune idée pour le moment.


  26. Question posée par Christophe :
    Si une bonne fée vous redonnait l’âge de 20 ans aujourd’hui, que changeriez-vous pour rendre ce monde meilleur? Et dans votre vie?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:08

    Pour rien au monde je ne changerais quoi que ce soit dans ma vie. Car sinon je préfère ne vivre qu’une fois. Par contre si vous me donnez deux fois les mêmes privilèges, mêmes doutes, même erreurs, même chagrins, mêmes illusions, mêmes rêves, mêmes trahisons, mêmes défaites, même bonheur, même amour, etc,. etc alors, et dans ces conditions uniquement, je suis preneur d’une deuxième vie!


  27. Question posée par Georgemaxime :
    Sur la photo publiée dans cet article, prise au Locle en 2017, l'on y voit pendules et horloges. Force est de constater qu'en Suisse il y a de moins en moins d'horlogers qui révisent tous ces objets anciens. Les écoles horlogères, tant en Suisse qu’en France, ne stimulent plus ces talents. Des pièces d'histoires resteront de plus en plus inertes... N'est-ce pas une perte de patrimoine?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:39

    Il ne faut surtout pas perdre le patrimoine et la mémoire. Et il faut en prendre conscience et promouvoir l’héritage, le patrimoine et la mémoire. Et se souvenir que «sans tradition, il n 'y a pas de futur». Mais également, «sans innovation, il n'y a pas de futur».


  28. Question posée par Mark :
    Pour rebondir sur les montres connectées: Nick Hayek a annoncé en mars 2020 la «T-Touch Connected», 35 brevets pour 35 millions d'investissement. Peut-être que cette montre aura ce que tout le monde attendait.
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:39

    Je n’ai pas vu, ni testé cette montre. Je fais confiance à SWG et j’espère que cette montre démontrera nos capacités industrielles.


  29. Question posée par Jean :
    Si vous deviez partir sur une île déserte, quelle montre emporteriez-vous avec vous? Et pourquoi?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:20

    Une montre de plongée en acier avec un bracelet en caoutchouc et un mouvement automatique sans date.


  30. Question posée par :
    Vous avez eu totalement raison lorsque vous avez commencé à recruter des ambassadeurs dans le domaine du sport. Aujourd'hui, nous sommes entrés dans l'ère des influenceurs web. Ils ont des millions d'abonnés sur les réseaux sociaux. L'industrie horlogère a-t-elle un intérêt à se rapprocher de ces personnes?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:21

    Mais oui, toute personne influente mérite qu’on s’approche d’elle si cette personne correspond à l’image de la marque et à son message.


  31. Question posée par Alimuddin :
    Pensez-vous que les cryptomonnaies vont tirer leur épingle du jeu suite à cette crise, à savoir que le bitcoin deviendra une valeur refuge à l'instar de l'or?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:43

    Je crois dans l’avenir des blockchains et l’avenir des cryptomonnaies. Hublot a déjà vendu une édition spéciale avec paiement en bitcoins et blockchain en Chine.


  32. Question posée par JCV :
    Petite question pas facile du tout, mais j'ose! Si vous deviez prédire le monde horloger suisse dans 50 ans, à quoi ressemblerait-il?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:30

    Vous avez osé la question et moi j’ose la réponse: je ne sais pas!


  33. Question posée par :
    Quel conseil donneriez-vous à un jeune qui souhaite lancer sa marque de montre?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:31

    Avant de lancer sa marque, il serait sage d'acquérir beaucoup d'expérience, puis de trouver un message porteur et ensuite de s’entourer de personnes qui chacune dans son domaine est meilleure que vous. Et à la fin, il faut toujours un peu de chance... Alors patience, ouvrez les yeux, écoutez, apprenez, doutez et je vous souhaite bonne chance. C'est tout ce que je peux vous dire aujourd’hui.

     


  34. Question posée par Nat :
    J'ai adoré l'une de vos conférences. Vous avez dit, et cela m'a beaucoup marqué: «Celui qui achète une montre pour lire l'heure est un fou! Autant acheter une montre électronique à 10 CHF!». Persistez-vous dans cette affirmation?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:32

    Oui. En principe, une montre d’un certain prix doit surtout vous donner de l’émotion et vous devez avoir plus de plaisir à la regarder elle plutôt que l’heure. Si c’est cela que vous éprouvez, alors achetez la montre.


  35. Question posée par Mark :
    James Bond & Omega c'est vous, alors que Ian Fleming lui avait donné une Rolex. Avec le recul, c'était habile? Cela fonctionne vraiment cette association? Ou est-ce que Bond devrait porter une Rolex comme conduire une Aston Martin?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:45

    Oui, Ian Fleming lui a donné une Rolex et Omega lui a donné une montre Seamaster. Oui ça fonctionne, et même plutôt bien. Et si c’était à refaire, je le referais.


  36. Question posée par Nat :
    On le sait, les exportations horlogères suisses ont fortement augmenté en Asie. Pensez-vous qu'un tel phénomène puisse se reproduire avec l'Afrique? Le pouvoir d'achat va forcément augmenter, la population est très jeune, beaucoup d'Africains s'intéressent au luxe. Un nouveau marché ne pourrait-il pas s'ouvrir?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:33

    L’Afrique a un réservoir et un potentiel exceptionnel. Il faudra encore du temps, mais l’Afrique fait partie de l’avenir et si j’étais beaucoup plus jeune, j’investirais dans le futur de l’Afrique. C’est certainement le continent de demain.

     


  37. Question posée par Neo :
    Quand a débuté votre passion pour les montres?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:35

    Avec la conquête de la Lune.


  38. Question posée par Nat :
    Quels sont les critères qui ont déterminé votre choix pour rejoindre l'aventure Blancpain?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:35

    La passion de la montre mécanique compliquée, de la tradition horlogère, l’admiration des horlogers et l’amour de la Vallée de Joux.


  39. Question posée par :
    On imagine sans mal un vendeur de la Coop porter une Rolex. En France, il serait impensable de voir un vendeur d'Auchan en porter une... Cela ferait scandale!
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:35

    Cela pourrait aussi provenir de l’écart des salaires... Mais il est clair que nous sommes plus «watch-conscious» en Suisse qu’en France.


  40. Question posée par Hervé :
    Y a-t-il une montre que vous rêveriez d’avoir?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:37

    La mienne, c’est-à-dire la Hublot Bigger Bang All Black.


  41. Question posée par :
    Une personnalité vivante ou défunte que vous aimeriez ou auriez aimé recruter comme ambassadeur?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:37

    Steve Jobs.


  42. Question posée par Mark :
    Elle est vraiment de vous cette citation: «Mieux vaut une bonne copie qu'une mauvaise idée»?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:45

    Je déteste les copies et suis un fan de l’innovation et de la créativité. Maintenant une mauvaise idée, c’est pas génial, et une bonne copie c’est pas très élégant...


  43. Question posée par Ced :
    On parle beaucoup d’Apple comme le roi de la montre connectée. Je trouve qu’on oublie bien vite Garmin. Quel est votre avis sur leurs objets? Peut-on vraiment encore parler de montre? Ou sommes-nous sur un secteur totalement différent?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:40

    Oui, il faut pas oublier Garmin pour la technologie et performance. Mais Apple est (contrairement à Garmin) devenu une marque de design et trendy.


  44. Question posée par FA :
    Avez-vous des premiers échos sur la lourdeur du coup que porte la crise du Covid-19 sur l’horlogerie suisse?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:40

    Non, nous n’avons pas encore de statistiques, mais je pense qu’on aura perdu pas loin de 45% sur les deux mois...


  45. Question posée par Sarah :
    Cette crise nous pousse-t-elle à bousculer le sacro-saint calendrier des vacances horlogères? Y êtes-vous favorable?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:41

    Les vacances horlogères dans les grandes entreprises et les grandes marques n’existent déjà plus, car il est impossible d’arrêter un appareil industriel pendant plusieurs semaines. Ce n’est pas rentable et beaucoup trop coûteux.


  46. Question posée par Frea :
    L’horlogerie suisse est-elle intouchable?
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:43

    Oh, non, celui qui le penserait serait déjà sur la pente descendante.

     
    Conclusion
    Réponse donnée par Jean-Claude Biver à 11:48

    Merci pour les questions qui étaient toutes pertinentes et intéressantes. J’ai eu beaucoup de plaisir à dialoguer avec les lecteurs et je les remercie sincèrement de s’être prêtés au jeu!