Mercredi 27 avril 2022 à 14:00
En ligne

Dans un contexte marqué par la guerre en Ukraine déclenchée par Vladimir Poutine le 24 février 2022, la problématique de l’approvisionnement énergétique est devenue cruciale en Suisse et en Europe. Pour discuter des enjeux et des risques réels de pénurie en Suisse, «Le Temps» vous a proposé de poser vos questions à l’énergéticien Patrick Bertschy.

Ingénieur en électrotechnique de formation (HEIA de Fribourg), il occupe depuis 2016 la fonction de Directeur de l’Unité d’Affaires Réseaux chez Romande Energie et est membre de la Direction générale du Groupe. premier fournisseur en électricité de Suisse romande, Romande Energie est un acteur important de la transition énergétique sur le plan national. Il surveille l’évolution des marchés et la situation géopolitique.

A lire: Questions d'énergie | Le blog de Romande Energie

Découvrez un compte rendu des échanges ci-dessous.

L’énergéticien Patrick Bertschy - Pedro Ribeiro
L’énergéticien Patrick Bertschy - Pedro Ribeiro

Pourquoi le durable ne devient-il pas la norme? (Christopher)

Patrick Bertschy: En Suisse, la production d'électricité est déjà à plus de 60% renouvelable et toutes les nouvelles installations ces dernières années sont basées sur les énergies renouvelables. Aujourd'hui, il existe plusieurs projets d'installations solaires participatives donnant la possibilité aux locataires d'être acteurs de la transition énergétique.

Comment gérer le déphasage entre production électrique et demande? (Sib)

L’équation entre la consommation et la production pose la question des énergies renouvelables qui viendront remplacer les énergies fossiles d’ici 2050. Romande Energie prévoit d’importants investissements dans sa production propre d’électricité et de thermie afin de répondre à ces besoins croissants.

L'Etat devrait pouvoir faire les projets qu'il pense nécessaires sans avoir à combattre des oppositions multiples... (JO)

La Confédération ne reste pas les bras croisés. Elle a convenu avec le monde de l'énergie de 15 projets prioritaires en Suisse qui devraient permettre de renforcer la production électrique en fin d'hiver. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a récemment mis en consultation son initiative pour faciliter l'approbation de grands projets hydrauliques et éoliens en limitant notamment les recours, estimant que face à l'indispensable transition énergétique, il n'est plus tolérable que ces projets prennent autant d'années pour voir le jour.

En 2015, nous avons décidé d'installer des panneaux photovoltaïques. Romande Energie nous assurait un prix de reprise identique au prix de vente, sauf TVA et taxes communales. Donc un peu plus de 20 centimes le kWh. Nous obtenons le tarif double: nous revendons donc l'excédent le jour et profitions de la moins forte demande la nuit et du tarif plus bas... (Yves)

Cette question ayant trait à une situation particulière d’un privé, nous vous invitons à contacter notre centre d'appels au 0848 802 900. Nous pourrons vous répondre précisément.

Le logo de Romande Energie sur son siège de Morges en mars 2014. — © Jean-Christophe Bott / KEYSTONE
Le logo de Romande Energie sur son siège de Morges en mars 2014. — © Jean-Christophe Bott / KEYSTONE

En cas de coupure d’électricité, nos toits couverts de panneaux solaires photovoltaïques s’arrêtent de produire. Mais est-ce possible, en cas de délestage «volontaire», d’épargner les petits producteurs solaires afin qu’ils continuent de fournir de l’électricité solaire au réseau? (L)

En cas de coupure d'électricité, il est nécessaire pour la sécurité de nos collaborateurs que les installations photovoltaïques des privés se découplent du réseau afin d'éviter les retours de tension sur nos lignes (risque d'électrocution pour le dépanneur). Par contre, il est possible de transformer l'installation photovoltaïque afin que le propriétaire puisse utiliser l'énergie produite sur son toit, même en cas de coupure sur le réseau électrique public. Actuellement, très peu d'installations sont configurées de cette façon, mais cette question revient fréquemment depuis quelques mois à notre centre d’appels.

J'ai très peur du black-out. Faut-il se préparer au pire? (GG1208)

Il convient de distinguer un black-out d’une pénurie. Le black-out ne devrait durer plus de quelques heures et je vous invite à consulter notre site https://infos-pannes.romande-energie.ch/ afin de vous assurer d’avoir chez vous un minimum d’équipement tout en sachant que normalement, un black-out ne devrait durer plus d’une journée dans le pire des cas. Quant à la pénurie, celle-ci pouvant s’anticiper, et compte tenu de la situation de nos pays voisins, de notre Stratégie énergétique 2050 pour sortir des énergies fossiles, de l’électrification de notre Société et de la guerre en Ukraine, la recommandation de reconsidérer notre énergie en acceptant de consommer mieux et consommer moins devrait s’appliquer à toutes et tous, nous pourrons peut-être éviter une pénurie un prochain hiver.

La menace de pénurie reste possible… Quand cela peut-il arriver concrètement? (Hubert)

Il convient ici de rappeler la différence entre un black-out et une pénurie qui sont des événements fondamentalement différents. En effet, un black-out n’est autre qu’une panne. Une panne ne s’anticipe en général pas, elle est imprévue et immédiate. Elle peut provenir d’un problème général sur le réseau européen, mais être aussi plus locale, due aux intempéries par exemple ou être le résultat d’une cyberattaque. Nos services sont entraînés et équipés à réagir dans les meilleurs délais pour parer à toute panne et que celle-ci soit la moins impactante possible pour les clients. Il faut d’ailleurs également distinguer une panne d’une coupure. Cette dernière est en général prévisible et annoncée. Elle est en lien avec des travaux de quartier ou de maintenance.

Quant à une pénurie, celle-ci s’anticipe plusieurs mois à l’avance et est le fruit d’une conjonction de phénomènes – et un peu de malchance – qui, mis bout à bout, pourraient mener à une telle situation. La Confédération, via son office d’approvisionnement économique du pays (AEP) à mis sur pied le plan OSTRAL (Organisation für Stromversorgung in ausserordentlichen Lagen), qui prépare notre Société afin de minimiser les impacts d’une éventuelle pénurie d’électricité.

La constitution de capacité de réserve, via la stockage, permet de diminuer le risque de pénurie, par contre il faut dédommager les producteurs qui maintiennent ces réserves de stockage, aujourd’hui ce mécanisme n’est pas encore en place. Selon l’ampleur de la pénurie, il faudrait plusieurs ouvrages tels que la Grande Dixence pour l’éviter.

Une voiture électrique en train de se recharger - Pixabay
Une voiture électrique en train de se recharger - Pixabay

Est-il correct, comme le décrit Marc Elsberg dans «Black-out: demain il sera trop tard», qu'une longe panne d'électricité puisse entraîner progressivement la rupture d'autres services importants (systèmes de paiement, pompes à essence, réseau d'eau potable, etc.)? (Frédérique)

Même si le scénario du livre de Marc Elsberg est très bien ficelé, il n’empêche que la survenance d’une telle situation reste très hypothétique. En cas de coupure généralisée d’électricité durant plusieurs jours, voire semaines, il est vrai que les services de base ne pourraient plus être assurés. Chronologiquement, dès une coupure d’électricité, il faut commencer par libérer les usagers des ascenseurs par exemple, vider les autoroutes (manque de signalisation dans les tunnels) et démarrer les génératrices de secours. Après plusieurs heures, le réseau de téléphone mobile serait hors service, les réservoirs d’eau potable seront vides et les STEP commenceront à déborder. Après 1 à 2 jours, l’alimentation commencera à manquer dans les supermarchés et les voitures seront immobilisées faute de carburant. Il est vrai qu’on peut se faire peur en imaginant toutes les conséquences d’un tel scénario, mais rationnellement il faudrait subir une cascade d’événements et une malchance importante pour qu’il se réalise dans cette ampleur. Le scénario pris en compte dans l’évaluation des risques de la Confédération est une coupure de 72 heures sur l’ensemble du territoire suisse.

L’Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays recommande d'avoir chez soi des réserves d'eau, d'aliments, des piles, de l'argent liquide, etc. Quels sont vos conseils pour faire face aux possibles coupures? (Bruno)

Notre site dédié aux pannes https://infos-pannes.romande-energie.ch/ vous donnera toutes les informations en cas de pannes ou de coupures. En effet, il convient de distinguer ce qui peut être anticipé en amont d’une panne, ce qu’il faut faire pendant la panne (par exemple,débrancher les appareils électriques pour éviter tout court-circuit) et ce qu’il convient de contrôler et faire suite à une panne. Nous avons réalisé ce site justement pour répondre à ce genre de questions et accompagner nos clients dans ces éventualités.

La production électrique suisse, est-elle en partie importe? Le courant importé est-il beaucoup plus polluant? Que peut-on faire pour diminuer cet impact négatif? (Camille)

Indépendamment de l’impact climatique, il faut savoir que la Suisse exporte une quantité importante de sa production d’électricité en été, période à laquelle les barrages sont pleins et le soleil bien présent. C’est par contre en hiver, lorsque les ménages ont besoin de chauffer et que le niveau des lacs d’accumulation est au plus bas, que le pays doit importer à peu près la même quantité d’énergie.

Dans la mesure où Romande Energie propose une énergie avec une garantie d’origine qui indique sa source et sa provenance, celle qu’elle importe offre également ces GO (garanties d’origine). Les normes régissant les GO sont européennes et ainsi, l’énergie importée doit pouvoir être garantie au niveau du type de production (solaire, hydraulique, biomasse, nucléaire ou fossile…). Romande Energie n’importe que très peu d’énergie nucléaire ou dite grise, privilégiant les énergies renouvelables pour ses clients privés.

Des panneaux photovoltaïques - DR Pixabay
Des panneaux photovoltaïques - DR Pixabay

Quels sont les plans de Romande Energie en cas de black-out? (Frank)

Le black-out survient suite à une panne ou une défectuosité. Notre site www.infos-pannes.romande-energie.ch vous informe des pannes en cours. Le centre de conduite du réseau de conduite est opérationnel 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Un service de piquet est activable en tout temps pour rétablir le courant dans les meilleurs délais. Des situations exceptionnelles, comme la tempête Lothar (décembre 1999), nous ont démontré l'efficacité du dispositif et l'importance de maintenir le réseau en parfait état.

La SE2050 et PE2050+ font intervenir l'importation de quelque 40% de nos besoins électriques de l'étranger durant la période hivernale vers 2035. Avec l'arrêt des centrales nucléaires suisses aux environs de 2035, la nécessité de décarboner au plus vite, l'intermittence des sources renouvelables, n'est-il pas temps de s'intéresser aux SMR, comme la France ou l'Angleterre? (Tonio)

Finalement, il ne faut pas opposer les technologies de production d'électricité. Nous aurons besoin de chaque kWh, particulièrement en hiver. Romande Energie mise sur le développement des énergies renouvelables.

La hausse des prix de l’énergie sera-t-elle durable? (Fabrice)

La hausse des prix de l'électricité constatée ces derniers mois n'avait jamais été aussi élevée. On ne retrouvera certainement plus les tarifs de ces dix dernières années, mais nous ne devrions pas rester au niveau actuel.

Quelle est la dépendance de Romande Energie au gaz russe? (Mad23)

Notre production d'électricité étant 100% renouvelable, le gaz russe n'a pas d'impact sur nos installations.

La rénovation énergétique des bâtiments est-elle une priorité absolue? (Anais)

On sait que le plus grand potentiel d’économie d’énergie réside dans le bâtiment. C’est une réelle priorité dans les mesures de transition énergétique. Aujourd’hui, la Suisse rénove environ 2% de son parc immobilier par année. Il faudrait multiplier ce facteur par 3 ou 4 pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris.

La Suisse peut-elle être 100% indépendante énergiquement? Existe-t-il encore des viviers dans le pays où on l’on peut créer des solutions pour capter de l’énergie durable? (Xavier)

Aujourd’hui, être 100% indépendant de nos voisins en termes d’approvisionnement électrique n’a pas de sens. On a besoin d’échanges entre les pays européens et la Suisse. C’est la raison pour laquelle nos ancêtres ont créé le Réseau de transports européens (GRT) dont fait partie la Suisse. Le potentiel solaire et éolien n’est de loin pas exploité en Suisse. La capacité est encore énorme, mais pour cela il faut obtenir les autorisations de construction. Toute la complexité réside dans la prise en compte des différentes sensibilités: préservation de la faune, de la flore, de la biodiversité, du paysage, tout en s’inscrivant dans la nécessaire transition énergétique.

Un mot sur le dernier rapport alarmiste du GIEC? (Julien)

Notre positionnement en tant qu’acteur de la décarbonisation en Suisse romande repose en partie sur la déclinaison des mesures proposées dans les rapports du GIEC et de l'Accord de Paris.

Vaste sujet: quelle est votre position sur la décroissance énergétique? (Marie)

Aujourd’hui, sans avoir besoin de parler de décroissance, on peut parler de sobriété énergétique. Cela se traduit par une utilisation rationnelle des sources d’énergie, sans pour autant prétériter le confort et la qualité de vie. La population a une plus grande conscience de la consommation d’énergie, notamment en acquérant des appareils plus sobres énergétiquement.

Le barrage de Moiry - Fotoauge / Pixabay
Le barrage de Moiry - Fotoauge / Pixabay

Une installation solaire posée sur un toit suisse est-elle viable? (Laura)

Oui, elle est rentable financièrement après un délai de 8 à 10 ans. Ce délai a été raccourci grâce aux subventions accordées pour ce type d’installations.

Quel est l'intérêt des projets individuels de panneaux solaires sur les villas, qui produisent en été alors qu'on a déjà assez de courant, et peu en hiver? (Ariel)

Aujourd'hui, on peut dire que chaque kWh compte et contribue à la transition énergétique. Il est vrai que l'orientation des panneaux permet de cibler leur moment de production et aujourd'hui on réfléchit de plus en plus à poser des panneaux solaires orientés à l'ouest et en façade des immeubles, ceci pour disposer d'énergie en fin de journée. La grandeur de l'installation peut générer des économies au moment de la construction. Il n'empêche que la contribution des privés sur leur villa est nécessaire.

Comment s’informer sur les enjeux à venir en termes d'approvisionnement énergétique? (Gilles)

Nous recommandons de consulter le site de l'Association des électriciens suisses (AES), qui édite notamment la revue Bulletin.

Peut-on déjà mesurer et anticiper l'augmentation programmée de la demande en énergie électrique après l'abandon de l'huile de chauffage et du gaz pour chauffer les bâtiments et la transition de la mobilité vers le tout électrique? (Lionel)

Aujourd'hui, la Suisse consomme 60 TWh par an. A l'orée 2050, avec l'électrification de la mobilité et de la thermie des bâtiments, on estime qu'il faudra 90 TWh d'énergie. La stratégie énergétique 2050 prévoit de couvrir 77 TWh, abandon du nucléaire compris. Il reste à trouver les 13 TWh manquant, d'une source aujourd'hui inconnue.

Conclusion

Merci pour vos nombreuses questions. La situation énergétique et géopolitique des derniers mois démontre notre dépendance à l’énergie, qui plus que jamais est une denrée précieuse. Romande Energie est convaincue de la nécessité de l’efficience énergétique et de l’utilisation des énergies renouvelables pour un mix énergétique équilibré.