Mardi 25 janvier 2022 à 14:00
En ligne

Pour préparer sa retraite efficacement, il est important de bien gérer son épargne dès son entrée dans la vie active. Une solution pour compenser une baisse souvent incontournable de ses revenus lors de cette étape de la vie et la vivre sereinement.

Pour en parler, Patrick Botteron. Directeur du Private Banking Onshore à la BCV, spécialisé dans la gestion de fortune, il bénéficie d'une trentaine d'années d'expérience dans le domaine bancaire. Il a notamment obtenu un EMBA à HEC Paris. 

Il a répondu à vos questions lors d'une discussion en ligne mardi 25 janvier 2022 entre 14h et 15h. Découvrez ci-dessous un compte-rendu des échanges avec les lecteurs du Temps.

Patrick Botteron, directeur du Private Banking Onshore de la BCV
Patrick Botteron, directeur du Private Banking Onshore de la BCV

Pourquoi une planification de la retraite? (Hervé)

Patrick Botteron: Planifier c’est prévoir! Il est important d’anticiper suffisamment tôt pour prendre les bonnes décisions lorsqu’il est encore opportun de le faire. C’est aussi avoir rapidement un outil de décision pour avoir une idée claire sur la manière dont on pourra réaliser ses projets de vie. C’est aussi un moyen idéal d'être au clair sur ce dont on pourra disposer pour vivre une retraite sereine.

En plus de l'AVS et des caisses de pension, le 3e pilier est un complément utile. Est-il correct de dire qu'il est plus avantageux et flexible d'avoir un 3e pilier sous forme bancaire? (Frédérique)

Il semble évident que cotiser au troisième pilier est le meilleur conseil que l'on puisse donner. La solution bancaire offre l'avantage d'une plus grande flexibilité de cotisation. Elle n'engendre, par ailleurs, pas de coûts de couverture d'assurance, permettant ainsi une meilleure performance des avoirs gérés. A contrario, l'assurance offrira des couvertures complémentaires en cas de décès et d'invalidité. Ce sont donc deux solutions qui correspondent à des besoins différents. Elles peuvent être complémentaires.

Quelles sont les principales questions à se poser avant la retraite? (Hervé)

C’est déjà de déterminer ses motivations personnelles et le style de retraite souhaité. A quelle date pouvez-vous partir à la retraite? Et quand, idéalement le souhaiteriez-vous? Une retraite partielle est-elle envisageable? De quel montant disposez-vous (premier, deuxième et troisième piliers)? De quel montant auriez-vous besoin pour couvrir vos besoins? Où souhaitez-vous passer votre retraite? Quand se poser ces questions? Si l’idéal est le plus tôt possible, vous devriez avoir des réponses dès l’entrée dans la cinquantaine.

Il est souvent possible de racheter des années de cotisation à sa caisse de pension. Est-ce recommandé?(Bruno)

Il est clairement recommandé de le faire afin de disposer d'un 2e pilier complet lors de la retraite. De plus, ces rachats procurent des avantages fiscaux conséquents. Le montant maximal de rachat figure normalement au bas de votre certificat de prévoyance que vous recevez chaque début d'année. Il n'est pas souhaitable de le faire lorsque sa situation de vie comporte trop d'incertitudes ou lorsque vous approchez de la retraite (le rachat doit être effectué 3 ans avant la prise de capital).

Quelles sont les dépenses à ne pas oublier quand on planifie sa retraite? (Cédric)

Les montants à payer en termes d’impôts. En effet, s’il est connu que ses revenus baisseront au moment de la retraite, il est important de garder en tête que la charge fiscale baissera, mais pas forcément dans la même proportion. En effet, les déductions fiscales, comme les frais professionnels et les frais de déplacement, ne seront plus possibles. La conséquence claire? Une charge d’imposition en proportion de ses revenus potentiellement plus élevée.

Il faut s’assurer que les frais de logement soient adaptés à ses revenus. Il faut prévoir, heureusement, des dépenses plus importantes pour les loisirs, le temps libre étant plus important. Une planification de retraite comprend aussi une adaptation des dépenses à l’évolution de sa situation au fil des ans.

J'ai 52 ans et j'ai uniquement cotisé au 2e pilier. Dois-je souscrire à un 3e pilier? (Jalima)

Oui, je vous conseille de souscrire à un 3e pilier. En effet, cela renforcera vos avoirs lors de votre départ à la retraite. Vous bénéficierez lors de chaque versement d'un économie fiscale. Et si vous voulez acheter un bien immobilier comme résidence principale, ce montant pourra être utilisé comme fonds propres.

Rapport sur la prévoyance vieillesse - OFS
Rapport sur la prévoyance vieillesse - OFS

Quels investissements recommandez-vous une célibataire de 35 ans? (Marie)

Dans la mesure où vous disposez d’une capacité d’épargne, et de réserves suffisantes pour faire face aux imprévus du quotidien, il paraît judicieux d’investir dans les marchés financiers, en trouvant un bon dosage entre actions et obligations en fonction de votre sensibilité aux risques. N’investissez pas tout en une seule fois, mais faites-le régulièrement, chaque mois. Ceci pour profiter, en cas de baisse des marchés, de points d’entrée plus intéressants. Gardez cette discipline indépendamment des fluctuations des marchés. Vous en serez récompensée au fil des années.

A quel âge est-il bon d’acheter sa résidence principale? (Julie)

Difficile de donner un âge, mais aussi rapidement que vous êtes capable de disposer des fonds propres nécessaires, souvent le principal obstacle en Suisse. En effet, le fait d'être propriétaire pourrait permettre au fil des décennies d'avoir un loyer plus bas qu'une location traditionnelle. Vous pouvez consulter le dernier numéro de notre publication «BCV Immobilier», elle vous donnera des éléments pour mieux comprendre le marché vaudois.

Comment éviter de payer l'impôt sur la succession avec ma concubine? (Gérard)

Il est vrai que les impôts de succession avec sa concubine connaissent une fiscalité importante. Renseignez-vous par exemple sur les possibilités autour des donations.

Que me conseillez-vous de faire avec 10'000 CHF? Investir? (Julie)

Il faut tenir compte avant tout de votre situation personnelle et financière. Partant de l'idée que vous n'avez pas besoin de cet argent au quotidien, il est tout à fait possible de l'investir. La plupart des établissements offrent des solutions de qualité pour de telles sommes. Privilégiez un programme d'investissement par étape. Par exemple mensuellement afin d'atténuer les fluctuations du marché à court terme.

Que pensez-vous des rentes viagères, très critiquées en raison de leur faible rendement? (Pierre)

Le but principal d'une rente viagère n'est pas la recherche de rendement mais de garantir des revenus réguliers à la retraite. Cela peut ainsi contribuer à une meilleure planification de ses revenus à la retraite et contribuer à une plus grande sérénité.

Quels sont les types d’investissements contre l’inflation? (CG)

Pour prémunir son pouvoir d'achat en cas d'inflation, il faut surtout éviter les obligations et l'épargne. Les actifs réels sont à privilégier, que cela soit des actions, de l'immobilier, et éventuellement des matières premières. En cas d'hyperinflation, l'or est l'actif par excellence.

L’inflation fait son retour poussant Etats et banques centrales à agir pour éviter de faire dérailler la reprise post-covid - REUTERS
L’inflation fait son retour poussant Etats et banques centrales à agir pour éviter de faire dérailler la reprise post-covid - REUTERS

De plus en plus d'assurances, banques et caisses de pensions désinvestissent des énergies fossiles (voire du tabac et d'autres secteurs néfastes). Cela ne baisse pas les rendements. Comment encourager ce mouvement? (Trestan)

Vous faites référence à l'intégration de critères ESG (Environnemental, Social et Gouvernance) dans les approches de gestion. Nous constatons que les performances historiques ne montrent pas d'écarts significatifs de performance.

Désormais, la plupart des établissements proposent des solutions d'investissement pour répondre à cette tendance de fond. Ainsi, la question est abordée dans le cadre des conseils portant sur l'investissement, ce qui participe à la sensibilisation et au choix individuel de l'investisseur.

A quel moment faut-il commencer une planification active? Et quels montants des revenus doivent être alloués à celle-ci? (ThomasD)

Comme de coutume, le plus tôt sera le mieux. Cela vous permettra en effet de constituer un capital qui au fil des décennies prendra de plus en plus d'importance. Pour les montants, tout dépend de votre capacité d'épargne. Le simple fait d'investir 100 CHF par mois est un très bon début, il ne faut pas hésiter à le faire. Vous pourrez toujours, ultérieurement, augmenter cette somme.

Partant de l'idée que l'AVS est cotisée automatiquement, dans le cadre de votre emploi (attention pour les étudiants, Il faut cotiser durant les études!), il faut profiter des possibilités offertes par le deuxième et le troisième piliers. L'amélioration du deuxième pilier et du troisième pilier (3A) permet de bénéficier de déductions fiscales. N'hésitez donc pas à le faire.

L'investissement dans son logement ou à travers des marchés financiers reste probablement le meilleur complément pour votre retraite. En effet, à la retraite, le premier et le deuxième piliers ne couvriront pas forcément l'entier de vos revenus antérieurs. Il est donc important d'effectuer une planification active et de constituer des économies personnelles. Pour en savoir plus, vous pouvez retrouver différentes informations sur notre site pointsforts.ch.

Je souhaite utiliser mon capital de 2e pilier pour acquérir un logement principal. Dois-je utiliser l'entier de celui-ci ou seulement une partie et placer le reste dans un fonds destiné au deuxième pilier? (Murad)

Cela dépend de votre contexte personnel, familial et financier. Cela étant, dans la mesure du possible, il est préférable de ne pas retirer - même partiellement - son deuxième pilier. En effet, cela affectera vos couvertures de prévoyance et pourrait vous laisser dans une situation difficile à la retraite en cas de coup de dur dans l'intervalle. Mais si ceci est nécessaire pour compléter vos fonds propres, faites-le en vous souscrivant à des couvertures d'assurance (décès, invalidité) et en remboursant ce montant prélevé le plus rapidement possible.

La finalité étant toujours d'avoir un deuxième pilier le plus complet possible une fois à la retraite. A relever, que des rachats de deuxième pilier déductibles ne pourront pas être effectués aussi longtemps que le remboursement n'aura pas été réalisé.

Conclusion

Merci beaucoup pour vos nombreuses questions et l'intérêt à ce live-tchat. Je m'excuse de ne pas avoir pu traiter l'ensemble des questions posées. Vous l'aurez compris, il est difficile d'apporter une réponse unique qui convienne à chacun d'entre vous. Je ne peux que vous encourager à en parler avec vos conseillers personnels. Nous considérons, à la BCV, qu'il est indispensable de penser à ces questions le plus rapidement possible afin de planifier et d'avoir un maximum d'options à disposition.

Le système des trois piliers a fait ses preuves et constitue l'ossature sur laquelle vous pouvez prévoir votre retraite. Dans ce contexte, le troisième pilier - qui est donc le volet individuel de votre retraite - vous offre de multiples solutions pour préserver votre pouvoir d'achat lors de cette nouvelle étape de vie. Et le plus important, pouvoir financer vos projets et ceux de vos proches. Les équipes de la BCV sont à votre entière disposition. Je vous recommande également de vous rendre sur la section de notre site «Solutions patrimoniales».