Rien n'est jamais acquis. La perspective d'un nouveau vote sur la libre circulation des personnes se précise. La droite nationaliste a déposé jeudi son référendum muni de 51700 signatures. Sans doute juste assez pour garantir son aboutissement, un objectif atteint avec 50000 paraphes valables. Le Conseil fédéral a aussitôt arrêté une date pour le vote: le 8 février 2009.

Les référendaires refusent la reconduction de la libre circulation et son extension à la Roumanie et à la Bulgarie. Un comité interpartis s'est aussitôt annoncé pour se dresser contre la droite nationaliste. Cette bataille promet de labourer les divisions internes de l'UDC. Christoph Blocher avait convaincu la direction de son parti de renoncer à s'associer au référendum. La base s'était ensuite alignée, bon gré mal gré, sans cacher sa déception. Insensibles aux arguments économiques, les Jeunes UDC ont alors bravé le patriarche. Seule leur mobilisation a permis de réunir les signatures requises. Ce succès de dernière minute a un goût amer pour Christoph Blocher dont l'autorité paraît déclinante. S'exprimant hier soir sur «Teleblocher», l'idole de l'UDC n'a pourtant pas voulu - ou pas su - clarifier ses intentions politiques.