Aller au contenu principal

Au Brassus, où s’écrit la complication horlogère d’hier et de demain

Un reportage de Hélène Haguenauer.

On le sait peu mais jusqu’au début des années 1950, Audemars Piguet n’employait qu’une trentaine de personnes et ne produisait que des pièces uniques. Comment le petit atelier du Brassus fondé en 1875 est-il devenu la grande marque que l’on connaît aujourd’hui? A force d’audace et de ténacité, la manufacture familiale a su se démarquer par sa spécialisation dans le domaine des complications horlogères. Une culture propre à la vallée de Joux, qui s’exprime aujourd’hui encore à travers une myriade d’innovations techniques qui éclairent le présent à la lumière du passé.


Texte: Hélène Haguenauer - Photos fournies par Audemars Piguet

Quelques centaines de pièces annuelles jusque dans les années 1950
La complication horlogère, une spécialité à l’épreuve du temps
Quand le patrimoine sonne les grandes heures de l’innovation
Pionnier des montres-bracelets tourbillon
Un Musée Atelier pour s’immerger dans la spirale de l’histoire
Au cœur des complications
Des montres et des hommes