En ce mois d'août, le Gstaad Menuhin Festival reçoit des formations symphoniques sous la tente. Le baryton uruguayen Erwin Schrott (l'ex d'Anna Netrebko) prend possession de Don Giovanni de Mozart (alors qu'il a longtemps chanté Leporello) aux côtés de Simon Bailey (Leporello), Tatiana Lisnic (donna Anna) et Véronique Gens (donna Elvira), sous la conduite du jeune chef espagnol Pablo Heras-Casado (sa 29 août). Zubin Mehta et l'Orchestre philharmonique d'Israël sont attendus dans Till l'Espiègle de Strauss, La Nuit transfigurée de Schönberg et la Symphonie «Pathétique» de Tchaïkovski (di 30). Le week-end suivant, Cecilia Bartoli décline son dernier album consacré aux musiciens allemands et italiens qui ont écrit pour la cour de Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle, avec la complicité de Diego Fasolis (ve 4 sept.). Notre Philippe Jordan national, en poste à l'Opéra de Paris, est en tournée avec les Wiener Symphoniker dans le Concerto pour violon de Brahms joué par Nikolaj Znaider et la Symphonie «La Grande» de Schubert (sa 5). Daniil Trifonov dans les 12 Etudes d'exécution transcendante de Liszt (di 23 août à Saanen) et douze altistes de l'Orchestre philharmonique de Berlin (lu 31 à Saanen) brilleront aussi en cette fin de festival.