Les Suisses restent plus fidèles aux canaux de recrutement traditionnels que les Allemands

Aujourd'hui en Suisse, 81,1% des postes vacants sont publiés sur les sites web des grandes entreprises. Ce canal est devenu le plus important pour la publication des offres d'emploi. C'est l'un des principaux résultats de l'enquête «Recruiting Trends 2008», effectuée auprès des 500 plus grandes entreprises suisses. L'étude a été menée, pour le compte du portail d'emploi en ligne Monster, par des équipes universitaires allemandes entre octobre 2007 et janvier 2008. Elle a été présentée la semaine dernière au Salon des RH, à Genève.

Les résultats concernant les intentions d'embauche, très élevées au début 2008, semblent dépassés en raison de la crise financière: toutes les entreprises interrogées envisageaient alors d'engager du personnel. Les informations sur les méthodes de recrutement conservent davantage d'intérêt.

Outre l'utilisation du site de l'entreprise pour annoncer les postes vacants, 68,5% d'entre eux sont publiés sur des portails d'emploi en ligne. Les deux vecteurs sont en croissance. La moitié des postes vacants continuent d'être publiés dans la presse, en hausse également. «La Suisse reste fidèle à ce canal qu'elle estime efficace, plus que les Allemands ou les Autrichiens», commente Ralph Staub, de Monster.

La méthode la moins utilisée par les 500 entreprises interrogées est celle des agences pour l'emploi et des cabinets de recrutement (16%), en légère baisse.

Pour la première fois, souligne l'étude, plus de la moitié des embauches réalisées par les participants à l'enquête ont été générées par Internet. Un tiers des nouveaux engagements s'est fait suite à une offre d'emploi dans la presse.

En Suisse pour l'instant, contrairement à l'Allemagne, la majorité des employeurs préfèrent recevoir les dossiers de candidature sur papier, par la poste. Mais les entreprises envisagent une augmentation des candidatures par courrier électronique ou par des formulaires en ligne d'ici à 2012.