Etats-Unis

Hillary Clinton triomphe en Caroline du sud

La candidate démocrate prend une avance avant le «super mardi», et prouve son avantage dans l'électorat noir

Elle avait échoué en 2008 face à Barack Obama, cette fois, elle triomphe. Hillary Clinton a largement battu samedi Bernie Sanders à la primaire démocrate de Caroline du sud, une victoire éclatante qui présage d'autres succès au «super mardi», le 1er mars, étape cruciale vers l'investiture pour la présidentielle de novembre. Hillary Clinton a remporté 73,5% des voix contre 26% pour Bernie Sanders, selon des résultats quasi-complets.

La déroute pour le sénateur du Vermont est plus grande encore que celle qu'il avait infligée à sa rivale dans le New Hampshire, la seule des quatre consultations qu'il ait remportée à ce stade embryonnaire des primaires.

Lire aussi: Hillary Clinton contient Sanders et Trump conforte son avance

Une campagne désormais «nationale»

«Demain, cette campagne devient nationale!», a lancé l'ex-secrétaire d'Etat de Barack Obama dans un discours à Columbia, la capitale de cet Etat de la côte Atlantique. «Nous allons nous battre pour chaque voix, dans chaque Etat. Nous ne tenons rien ni personne pour acquis.»

Tour à tour solennelle et offensive, elle a pesé ses mots, qu'elle lisait sur un prompteur, pour attaquer Donald Trump, le favori des primaires républicaines. «Nous n'avons pas besoin de rendre à l'Amérique sa grandeur. L'Amérique n'a jamais perdu sa grandeur», a-t-elle déclaré.

Récitant ses propositions pour aider les minorités dans les domaines de l'éducation et de l'emploi, elle a pris des accents populistes contre les entreprises qui "abusent de leurs employés et exploitent leurs consommateurs".

Un électorat noir largement acquis

Hillary Clinton doit sa victoire aux électeurs noirs, qui constituent la base du parti démocrate dans le sud et représentaient six votants sur dix samedi. Elle a raflé 86% de leurs voix, selon les sondages de sorties d'urnes – un chiffre exceptionnel, supérieur aux 78% qui avaient voté pour Barack Obama en 2008.

Les deux prétendants ont désormais deux jours de campagne avant le "super mardi" où 11 Etats voteront, avec 18% des délégués pour la convention d'investiture de juillet en jeu.

Lire également: Hillary Clinton peine à séduire les jeunes Américaines

Publicité