Aller au contenu principal

L'aube de la canicule, une carte blanche à Eddy Mottaz

Cet été, «Le Temps» propose chaque semaine une carte blanche à une ou un photographe romand. Cette fois, Eddy Mottaz, avec des textes de Christian Lecomte

Barrière de corail? Fond sous-marin? Non. Une étendue d’eau, aux confins de Genève. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

La canicule plus tard pèsera et le monde s’épongera. Des gosses viendront se baigner et recomposer le tableau. En attendant, l’heure est à l’éveil lent. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

Le pêcheur d’images a remisé son travail. Ne pas se précipiter. Il est assis sur le seuil du jour, regarde la première lueur de soleil sonder la fougère. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

Comment figer une impression? (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

Il pense à l’image idéale, la quiétude mêlée au tourment, ce pan de nature d’une beauté inouïe balayé tout à l’heure, à midi ou dans trente ans, par le courant d’air chaud. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

L’acacia du Nil est ouvert en éventail. Mirage africain, moiteur d’ailleurs, tropicale, équatoriale, arrivée jusqu’ici on ne sait comment. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

Promesse de l’aube, fraîche, embuée, frissonnante presque. (Texte: Christian Lecomte Photo: Eddy Mottaz)

Eddy Mottaz est né le 19 juin 1959 à Yverdon. Après avoir appris la sculpture sur pierre, puis être entré à l’ESAV à Genève, il s’essaie à la photographie dès 1991. Il collabore alors pour le Nouveau Quotidien puis Le Temps depuis 1998. En septembre 2014, Eddy Mottaz s’est rendu sur l’île de Lampedusa pour se «confronter à la réalité relayée par les médias». Il remporte plusieurs prix, dont le Swiss Press Photo à trois reprises (2000, 2002 et 2014).

Les précédentes cartes blanches

Une histoire d'eaux

«Foire du chrome»

«Ici, c’est le paradis»

Autour du lac d'Estaillères, en marin d’eau douce

Dans l’intimité de Locarno