france

Les islamistes radicaux seront expulsés

Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a profité de l’inauguration de la mosquée de Strasbourg, comportant la plus grande salle de prière de France, pour lancer un avertissement très clair aux fondamentalistes qui menaceraient l’ordre public

Le gouvernement français a menacé jeudi d’expulser les islamistes étrangers qui mettraient en cause l’ordre public en France, lors de l’inauguration à Strasbourg d’une nouvelle mosquée dotée de la plus grande salle de prière musulmane du pays.

«Je n’hésiterai pas à faire expulser ceux qui se réclament de l’islam et représentent une menace grave pour l’ordre public et qui, étrangers dans notre pays, ne respectent pas nos lois et nos valeurs», a déclaré lors d’une cérémonie le ministre français de l’Intérieur et des Cultes, Manuel Valls.

«Les prédicateurs de haine, les partisans de l’obscurantisme, les intégristes, ceux qui veulent s’en prendre à nos valeurs et à nos institutions, ceux qui nient les droits des femmes, ceux-là n’ont pas leur place dans la République», a-t-il insisté.

«Ceux qui sont sur notre territoire pour défier nos lois, pour s’en prendre aux fondements de notre société n’ont pas à y rester.» «Le racisme, le fondamentalisme, ce n’est pas cela l’islam», a affirmé M. Valls. Il a salué «la sagesse des responsables du culte musulman» et le «discernement, la maturité dont ont fait preuve les musulmans de France» après la diffusion d’un film anti-islam et la publication de caricatures de Mahomet.

Contexte tendu

L’inauguration de la mosquée de Strasbourg survient dans un contexte qui reste tendu après ce film américain qui a provoqué la colère du monde musulman et les caricatures d’un hebdomadaire français satirique, «Charlie Hebdo». Les autorités françaises avaient, en fin de semaine dernière, décidé de fermer temporairement des ambassades et écoles dans des pays arabo-musulmans et interdit des manifestations à Paris, une mesure rare.

Manuel Valls a aussi souligné qu’il était «temps que l’islam de France prenne pleinement ses responsabilités et s’organise» pour traiter des «vrais problèmes», comme le financement des lieux de culte ou la formation des imams et des aumôniers.

Implantée à moins de 2 km de la cathédrale, la nouvelle mosquée de Strasbourg peut accueillir quelque 1500 fidèles, dans une salle de prière de 1300 m2, la plus grande de France devant la mosquée d’Evry (800 m2) près de Paris. Le bâtiment est surmonté d’un imposant dôme de cuivre de 16 mètres de diamètre, mais n’a pas de minaret.

La mosquée, projet datant de 1993, a coûté 10,5 millions d’euros (environ 13 millions de francs), dont 26% financés par les collectivités locales, 37% par le gouvernement marocain et 13% par l’Arabie saoudite et le Koweït.

Publicité