France

La journée de mercredi: assaut à Paris, paniques en Europe

Ce mercredi à Saint-Denis, un assaut policier a débouché sur huit arrestations et la mort de trois suspects. Le cerveau présumé des attentats de Paris n'a pas été interpellé. Les alertes se multiplient en Europe

En résumé

  • Mercredi, une vaste opération a été lancée à Saint-Denis contre plusieurs terroristes présumés, retranchés dans un appartement. Une femme s’est fait exploser, un autre suspect a été tué par la police. Un troisième corps a été retrouvé dans la soirée. Huit arrestations ont eu lieu, de sept femmes et un homme.
  • Dans le commando qui a perpétré les attentats du vendredi 13 novembre, cinq des sept assaillants ont été identifiés. Le suspect Salah Abdeslam, frère d'un des kamikazes, est en cavale. Le cerveau de l’opération serait le résident belge Abdelhamid Abaaoud, qui lui aussi, n'a pas été arrêté mercredi.
  • Une nouvelle voiture a été retrouvée mardi dans Paris ainsi que plusieurs planques. Un proche de Mohamed Merah serait impliqué.
  • De nouveaux bombardements français ont eu lieu ces jours en Syrie. La Russie renforce ses frappes. Le porte-avions Charles de Gaulle sera au large du Liban dans quelques jours, triplant la force aérienne française. Une coalition entre France, Russie et Etats-Unis semble se nouer.

22:00. Une journée de paniques

Ce fil d'actualité se clôt là ce mercredi, sous réserve de nouvelle actualité. Cette journée de mercredi a été marquée par une importante et brutale opération de police à Saint-Denis, région parisienne, qui s'est achevée par la mort de trois suspects et l'arrestation de huit personnes (voir notre vidéo). Contrairement à ce qu'espéraient les autorités, cet assaut n'a pas permis d'arrêter Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam, suspects recherchés.

Cette journée a par ailleurs été marquée par un grand nombre d'alertes, souvent fausses, mais qui traduisent le climat d'extrême nervosité des pays européens. Des signaux de menaces terroristes ont été constatés à l'aéroport de Roissy à Paris, aux Pays-Bas, en Italie, à l'aéroport de Copenhague, et la Suède est occupée depuis ce mercredi par la traque d'un présumé organisateur d'attentats.

Pour poursuivre, lire par exemple l'opinion d'Oliver Roy, «L’Etat islamique n’ira pas plus loin»

Ou l'avis de Mahammad-Mahmoud Ould Mohamedou, «L'Etat islamique n'a pas subi de revers majeur»

21:30. Annulation de deux grands événements liés à la COP21

Le gouvernement français annule les marches pour le climat prévues en France les 29 novembre et le 12 décembre. Ces marches étaient prévues pour encadrer la Conférence mondiale pour le climat, dite COP21, qui aura lieu entre ces dates. L'événement doit s'ouvrir par un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement.

21:05. Hommage aux victimes françaises à Molenbeek

Recueillement dans la cité honnie. Un rassemblement en mémoire des victimes des attentats de Paris ce déroule ce mercredi soir à Molenbeek-Saint-Jean, en Belgique, banlieue considéré comme un des principaux points de chute de la mouvance djihadiste en Europe. Quelque 2000 à 2500 personnes y ont participé, relate l'AFP. Elles se sont réunies sur la place communale, dont l'accès était encadré par la police. Toute personne voulant s'y rendre a dû se soumettre à une fouille. Le mot «Molenbeek», tracé à la craie, a été progressivement recouvert de bougies par le public.

20:20. «Menace terroriste» dans les pays scandinaves

Il y a «menace terroriste en Suède», indique la chaîne TV publique SVT. Un homme soupçonné d'avoir préparé un attentat est recherché par toutes les polices du pays, où le niveau d'alerte antiterroriste a été relevé, ont annoncé les services de sécurité, que relaie l'AFP. La Norvège et le Danemark, qui ont vécu en février des attaques meurtrières commises par un Danois d'origine palestinienne, ont également relevé leur niveau d'alerte face à la menace terroriste.

19:25. Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam ne font pas partie des personnes interpellées à Saint-Denis

«Tout laisse à penser» que le commando assailli à Saint-Denis ce mercredi «pouvait passer à l'acte», a assuré François Molins, procureur de Paris, durant son point de presse de ce soir (lire aussi ci-dessous, 19:10). L'opération de police a requis l'usage de 5000 munitions. Le procureur n'est «pas en mesure» de donner un bilan définitif, pas plus que les identités des personnes impliquées. Il parle de deux morts, mais des médias évoquent à présent un troisième corps (lire le billet de 18:45). Le bâtiment pouvant s'effondrer, les recherches se révèlent délicates. Huit personnes sont en garde à vue. Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam ne font pas partie des personnes interpellées.

19:10. Le procureur à propos des attentats de vendredi: une «logistique considérable»

Le procureur de Paris François Molins s'exprime en ce moment lors d'un point de presse. Il indique que 830 policiers de divers services sont impliqués dans les enquêtes d'après les attentats, L'enquête a «considérablement progressé», l'assaut de ce matin «en est la preuve». Le procureur indique que les attentats ont été le fait de trois commandos disposant une «logistique considérable» et d'un «arsenal d'armes de guerre». Les véhicules utilisés ont été loués par les frères Abdeslam. Il semble confirmé que Salah Abdeslam a été ramené en Belgique après les attaques. «Nous avons pu identifier cinq des sept terroristes» précise le magistrat.

18:45. Un troisième mort à Saint-Denis

La chaîne iTELE indique qu'un troisième corps a été retrouvé dans l'appartement qui a été investi ce matin à Saint-Denis. A la mi-journée, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve avait laissé entendre qu'il pourrait y avoir une personne décédée de plus, outre le premier suspect abattu ainsi que la femme qui s'est fait exploser.

17:30. Les autorités françaises ont demandé aux réseaux de retirer une photo

Le ministère français de l'Intérieur a demandé lundi à Twitter et Facebook, par réquisition judiciaire, de retirer de leur réseau une photo prise au Bataclan après l'attentat, montrant des corps jonchant le sol, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. L'AFP explique que les deux réseaux ont appliqué cette requête, mais uniquement sur le territoire français.

17:10. En vidéo, le point sur cette journée d'opérations policières

Cela ne s'invente pas: à dix minutes en voiture de Saint-Denis se tient le Salon mondial de la sécurité. Sur place, revenant du théâtre de l’opération de police de ce matin, notre correspondant Richard Werly fait le point.

16:40. L'Etat islamique explique comment il a posé la bombe dans l'avion russe

En parallèle aux événements de Paris, le groupe jihadiste Etat islamique explique, dans le nouveau numéro de son magazine Dabiq, comment il a réussi à introduire une bombe à bord de l'avion russe au départ de Charm el-Cheikh dans le Sinaï égyptien le 31 octobre, causant son explosion. Le groupe dit avoir agi après avoir découvert une faille dans la sécurité de l'aéroport égyptien d'où a décollé l'avion. Il ajoute avoir eu l'intention d'abattre un avion occidental au-dessus du Sinaï. Mais il a changé d'objectif pour frapper un avion russe après la décision de Moscou de mener des frappes aériennes en Syrie.

15:45. Les frères Abdeslam avaient été entendus par les autorités belges, qui se défendent

Le ministre belge des Affaires étrangères a répondu sèchement mercredi aux critiques d'un ex-chef du renseignement français, qui accusait ses anciens collègues belges de «ne pas être au niveau». Didier Reynders a lancé que «nous étions les premiers à subir ce choc l'an dernier, au Musée juif de Bruxelles: quatre victimes... Un attentat commis par un Français rentrant de Syrie».

Au reste, le parquet fédéral a fait savoir qu'avant les attentats du 13 novembre, la police belge avait interrogé les deux frères Abdeslam, mais qu'«ils ne montraient pas de signe d'une possible menace». Brahim Abdeslam, 31 ans, «a essayé d'aller en Syrie mais il n'a réussi à aller qu'en Turquie», a déclaré Eric Van der Sypt, porte-parole du parquet, sans préciser la date de cet épisode. «Il a été interrogé à son retour, et son frère aussi». Brahim Abdeslam s'est fait exploser à Paris vendredi soir, et Salah Abdeslam est toujours activement recherché par la police.

15:30. Dans le contexte de menace, l'UE veut renforcer le contrôle des armes à feu

Les circonstances ne sont pas anodines. La Commission européenne a adopté ce mercredi une série de propositions législatives pour renforcer le contrôle des armes à feu. Soulignant le contexte de la menace terroriste, l'exécutif européen propose d'interdire certaines armes à feu semi-automatiques. Il veut instaurer de nouvelles règles communes de marquage des armes dans l'UE, pour améliorer la traçabilité. Et il compte aussi améliorer l'échange d'informations entre Etats, par exemple en imposant de communiquer systématiquement aux autres pays un refus de délivrer une autorisation de port d'armes à un individu, et d'avoir des registres nationaux interconnectés.

15:00. François Hollande insiste dans le registre de la guerre

L'opération antiterroriste menée à Saint-Denis «nous confirme une fois encore que nous sommes dans la guerre, une guerre contre le terrorisme qui lui-même a décidé de nous mener la guerre», a déclaré le président français dans un discours devant les maires des villes françaises, mercredi. Cité par l'AFP, François Hollande a appelé à «ne pas céder aux tentations de repli», «à la peur», «aux excès» ni «à la surenchère», après les attentats de Paris. Il a ajouté que toutes les précautions étaient prises pour l'accueil des réfugiés, autres victimes de Daech.

13:45. Un appel solennel des représentants de l'islam

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui est l'organe représentatif de l'islam dans le pays, va diffuser auprès des quelque 2500 mosquées de France un «texte solennel» condamnant «sans ambiguïté» toute «forme de violence ou de terrorisme», en vue du prêche de vendredi prochain, a indiqué l'AFP en fin de matinée. «Les musulmans de France réaffirmeront ainsi leur rejet catégorique et sans ambiguïté de toute forme de violence ou de terrorisme, qui est la négation même des valeurs de paix et de fraternité que porte l'islam», selon les instances du CFCM.

12:35. Notre correspondant raconte l'assaut

Notre correspondant à Paris Richard Werly précise le déroulement de l'assaut qui a eu lieu depuis 4:30 à Saint-Denis, et qui s'est terminé à 11:30 ce mercredi.

12:25. Le laconique point de presse de François Molins

Durant un bref point de presse, le procureur de Paris François Molins a indiqué que les suspects de Saint-Denis ont été repérés «par la téléphonie et la surveillance». Les informations dont disposaient les autorités «laissaient penser que le nommé Abbaoud était susceptible de [se] trouver» dans l'appartement. Le procureur n'a donné aucun nom, assurant que l'identification des personnes arrêtées prendra du temps. Il a simplement précisé que l'homme qui a fourni le logement visé, et qui s'était exprimé devant les médias durant la matinée, a été interpellé.

12:10. Entrée en force dans une église

Les forces de l'ordre, toujours très présentes au centre de Saint-Denis, ont forcé à la hache la porte d'une église afin d'y entrer. Les journalistes présents pensent à une fouille détaillée de la zone pour la sécuriser, mais le motif réel de cette irruption demeure peu clair.

11:40. L'assaut est terminé

Après quelques médias, l'agence AFP confirme que l'assaut s'est achevé à Saint-Denis. Les forces de l'ordre restent en nombre sur place pour sécuriser encore la zone, expliquent-elles. Il y a bien eu sept arrestations, dont trois personnes qui se trouvaient dans l'appartement. Ces trois individus ont été extraits par le RAID, puis placés en garde à vue, selon le procureur de Paris François Molins.

11:30. Le point de la situation à Saint-Denis

Le flou règne toujours autour de l'opération à Saint-Denis, qui n'est pas terminée. Au moins deux terroristes ont été tués. L'un d'entre eux a été abattu par un snipper de la police, et une femme s'est tuée en faisant exploser une ceinture d'explosifs. Sept personnes ont été arrêtées, dont trois se trouvaient dans l'appartement. Les sources officielles ont confirmé que cet assaut visait Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des attentats de vendredi dernier; cependant, personne ne confirme sa présence dans l'appartement. Cinq policiers ont été légèrement blessés, et un de leurs chiens a été tué.

11:00. Salah Abdeslam avait été arrêté aux Pays-Bas

Visé par un mandat d'arrêt international pour son rôle présumé dans les attentats de Paris, Salah Abdeslam avait été brièvement arrêté en février aux Pays-Bas lors d'un contrôle routier pour possession de cannabis, annonce ce mercredi la police néerlandaise. «Il a été interpellé lors d'un contrôle routier de routine début février», a déclaré une porte-parole de la police néerlandaise citée par l'AFP. Il avait pu poursuivre sa route après paiement d'une amende de 70 euros.

10:15. Au moins deux morts, cinq arrestations

L’intervention à Saint-Denis est toujours en cours. Selon les dernières informations, deux personnes auraient été tuées, dont une femme kamikaze qui se serait fait exploser. qu’au moins un suspect était encore retranché dans un immeuble. Il y aurait trois interpellations. Le procureur de la République a publié un communiqué:

A l’instant où ce communiqué est rédigé, voici les éléments que nous pouvons porter à votre connaissance: Une femme retranchée dans l’appartement, qui a activé son gilet explosif au début de l’assaut, est morte. Trois hommes, qui étaient retranchés dans l’appartement, ont été extraits par le RAID et ont été placés en garde à vue. Leurs identités ne sont pas établies à ce stade. Par ailleurs, un homme et une femme ont été interpellés et placés en garde à vue, à proximité immédiate de l’appartement.

09:30. Cinq policiers «légèrement blessés»

Cinq policiers du RAID ont été «légèrement blessés» au cours de l’assaut, indiquent les forces de l’ordre.

09:00. Les écoles sont fermées

La préfecture a recommandé aux habitants de rester chez eux. Les écoles et les collèges de la ville seront fermés mercredi.

08:30. Le cerveau présumé des attentats serait visé

Les forces antiterroristes ont donné l’assaut dans l’appartement, qui est proche de la basilique de Saint-Denis, où plusieurs suspects étaient retranchés. Parmi eux figurerait Abdelhamid Abaaoud, le commanditaire présumé des attentats du 13 novembre qui ont fait 129 morts. Des sources évoquent sa présence, qui demeure non confirmée.

Lire aussi. Abaaoud, l’incontournable suspect

Le nom de ce djihadiste belge, qui a rejoint les rangs de l’Etat islamique (EI) au début de 2013, est cité dans au moins quatre projets d’attentat depuis le début de l’année. Les enquêteurs suspectaient depuis quelques jours qu’il avait participé d’une façon ou d’une autre à l’élaboration des attaques de Paris. Il est établi qu’Abdelhamid Abaaoud est un proche de l’un des auteurs présumés de l’attaque: Salah Abdeslam, actuellement en cavale et frère du kamikaze qui s’est fait exploser dans le bar Comptoir Voltaire (11e arrondissement) sans faire de morts. Les deux hommes ont été incarcérés ensemble en 2010 en Belgique pour des affaires de braquage.

08:15. La voix du massacre de Paris identifiée

Par ailleurs, les enquêteurs ont identifié la voix de l’homme qui revendique les attaques commises à Paris dans une des vidéos de l’Etat islamique. Selon les informations du Monde, il s’agit de celle du Français Fabien Clain, 37 ans, un vétéran du djihad originaire de Toulouse, proche du clan de Mohammed Merah et condamné en 2009 à cinq ans de prison pour avoir animé une filière irakienne.

08:00. L’assaut est donné

L’assaut a mobilisé une cinquantaine de militaires dans le secteur. Ils se sont postés à l’entrée du périmètre de sécurité le long des vitrines des magasins, fusils d’assaut à la main, portant gilets pare-balles et casques. De fortes détonations ont été entendues vers 07h30 (heure suisse), soit trois heures après le début de l’opération ponctuée d’intenses échanges de tirs.

07:30. Un mort dans l’appartement

Au moins une personne a été tuée dans l’appartement visé par l’assaut policier, indique l’AFP selon une source proche de l’enquête.

07:00. Plusieurs coups de feu et explosions

Des témoins font état de coups de feu et d’explosions durant l’opération. Le centre-ville de Saint-Denis est entièrement bouclé. Il y aurait eu cinq à six explosions.

06:15. Vaste opération à Saint-Denis

Une fusillade a lieu à Saint-Denis, au nord de Paris, lors d’une intervention de la police antiterroriste, cinq jours après les attentats meurtriers dans la capitale française. L’opéraiotn a commencé à 4h20. La sous-direction antiterroriste de la police judiciaire française est intervenue, assistée des forces policières d’intervention du Raid. L’échange de coups de feu a été confirmé par une autre source proche de l’enquête qui n’a pas pu préciser s’il s’agit d’une intervention pour retrouver un ou des fugitifs des attentats. Les pompiers ont fait état d’un blessé léger.

05:00. Des vols déroutés en raison d’alertes à la bombe

Durant la nuit, deux vols de la compagnie Air France entre les Etats-Unis et la France, l’un au départ de Los Angeles et l’autre de Washington, ont été déroutés en raison d’alertes à la bombe, rapportent les médias nord-américains. Les passagers ont pu débarquer sans encombre. Le vol AF065 entre Los Angeles et Paris a atterri à Salt Lake City, dans l’Utah, et le vol entre Washington et Paris s’est posé à Halifax, au Canada, précisent les chaînes américaines CNN et NBC et canadienne CBC. «

es avions ont fait l’objet de menaces anonymes après leurs décollages respectifs», a expliqué Air France. «Comme mesure de précaution et afin de mener toutes les vérifications de sécurité nécessaires, Air France […] a décidé de solliciter l’atterrissage des deux appareils», a ajouté la compagnie.

Lire aussi: Les faits marquants de la suite des attentats de Paris, journée de mardi

Publicité