Jurassic World

Colin Trevorrow ajoute un quatrième chapitre à la franchise jurassique initiée par Spielberg

Fabriquer des dinosaures à partir de leur ADN, c'est très simple, tout le monde le sait depuis la parution de Jurassic Park, le best-seller de Michael Crichton, et les films qu'en a tiré Steven Spielberg dès 1993. Mais le public, cet ingrat, se lasse vite. Il lui faut du nouveau. Dans une mise en abyme mariolle, les responsables d'un parc d'animation consacré aux dinosaures sont confronté au même problème que les concepteurs de blockbusters. Il faut viser «l'effet waouh!». Pour ce, les généticiens ont créé une nouvelle espèce. Evidemment pas un patapouf de brontosaure, mais un prédateur supérieurement féroce, dangereux, denté, affamé, rapide, sanguinaire et surtout intelligent. Comme de bien entendu, le lézard chimérique s'échappe et même le T-Rex a les flopettes! Colin Trevorrow (Safety Not Guaranteed) ajoute un quatrième chapitre à la franchise jurassique initiée par Spielberg. Un all-stars avec tricératops, stégosaures, velociraptors et parasaurolophus!

Publicité