La justice brésilienne a ordonné mercredi la libération du vice-président de Facebook pour l’Amérique Latine. L’Argentin Diego Dzodan a été arrêté la veille pour avoir refusé de fournir à la police des informations sur des utilisateurs de la messagerie WhatsApp, propriété du réseau social.

«Ces informations ont été requises pour la production de preuves devant être utilisées dans une enquête sur le crime organisé et le trafic de drogue, sous le secret de l’instruction», indiquait la police dans son communiqué. Cette arrestation intervient dans un climat entre géants de la high-tech et autorités déjà tendu par l’affaire Apple versus FBI.

Le juge Ruy Pinheiro a estimé que la détention du responsable de Facebook était une mesure «extrême», a expliqué le tribunal de l’Etat de Sergipe, au nord-est du Brésil, dans un communiqué.