De nouveaux clichés plus détaillés de Pluton transmis ces derniers jours par la sonde spatiale New Horizons révèlent une diversité et une complexité de reliefs déroutantes, sans pareils dans le système solaire, selon les scientifiques de la Nasa. «Pluton nous montre une diversité de reliefs et une complexité de formations géologiques jamais observées dans l’exploration du système solaire», a résumé le principal scientifique de la mission, Alan Stern, du Southwest Research Institute (SwRI). Géologiquement, «la surface de Pluton est aussi complexe que celle de Mars», a estimé le géologue Jeff Moore, un des membres de la mission.

Montagnes et coulées de gaz d’azote

Les dernières images montrent une diversité de reliefs unique: ce qui semblent être des dunes, des coulées de glace d’azote descendant de régions montagneuses vers des plaines et même un réseau de vallées peut-être creusées par des matériaux coulant à la surface de Pluton.

En image. Plaines et montagnes glacées de Pluton (NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute)

Ces clichés révèlent également de vastes zones montagneuses au relief chaotique qui rappellent certains terrains torturés sur Europe, une des lunes glacées de Jupiter. Il pourrait s’agir de gigantesques blocs de glace d’eau flottant dans un vaste dépôt plus dense d’azote gelé qui se trouve dans une plaine appelée le «Sputnik Planum”.

Les dunes, un casse-tête

Ces nouvelles images montrent des parties de Pluton avec la plus grande densité de cratères jamais observée jusqu’alors sur la planète, à proximité de plaines gelées, plus récentes géologiquement, qui ne comptent quasiment pas de cratères.«S’il s’agissait bien de dunes que nous voyons sur Pluton, ce serait réellement surprenant car l’atmosphère de la planète naine est trop fine pour produire des vents», a souligné Bill McKinnon, de l’Université Washington de St Louis, l’un des responsables scientifiques de la mission. «Soit Pluton avait une atmosphère plus dense dans le passé, soit d’autres processus que nous ne connaissons pas sont à l’œuvre, c’est un casse-tête», a-t-il dit.

Un possible océean sous la glace

Ces nouvelles images révèlent aussi que les vapeurs atmosphériques autour de Pluton, qui s’élèvent jusqu’à 130 kilomètres d’altitude, sont formées de beaucoup plus de couches que ne le pensaient les scientifiques. Cette brume entourant la planète créé une lueur qui en illumine faiblement la surface à l’approche du coucher du soleil, ce qui rend visible le sol de Pluton par les caméras à bord de New Horizons.

En image. Soleil couchat au-dessus du brouillard , Pluton (NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute)

Toutes les observations faites sur Pluton tendent à indiquer que cette planète a un noyau dense entouré d’une épaisse couche de glace, ce qui accroît la possibilité de l’existence d’un océan liquide sous cette glace, avait indiqué en juillet Bill McKinnon.