trains

Voyage: trois balades à grande vitesse

Même à plus de 250 km/h, le voyage en train reste le luxe de ceux qui aiment prendre le temps de la contemplation. De Tokyo à Samarcande, trois liaisons super-rapides

Tokyo-Kanazawa

Avec son fameux Shinkansen, le Japon inventait en 1964 le concept de train à grande vitesse. Depuis, le pays n’a cessé d’ouvrir de nouvelles lignes super-rapides. La plus récente relie Toyko à Kanazawa, mettant cette ville côtière à deux heures et demie de la capitale nippone. Entre mer et montagnes, Kanazawa est la fascinante illustration de ce Japon qui marie modernité extrême et culture traditionnelle. La ville, qui fut jadis la capitale à l’époque d’Edo, regorge de beautés. Les jardins Kenroku-en figurent parmi les plus admirables du pays, avec ses anciens districts des samouraïs et des geishas, et ses rues étroites bordées de salons de thé. Lesquelles contrastent avec le musée d’art contemporain du XXIe siècle, beau bâtiment circulaire construit par les architectes superstars du bureau Sanaa. La région est également réputée pour la qualité de sa nourriture grâce à sa proximité avec la mer et à ses conditions climatiques parfaites. On vient du monde entier pour manger à Otomezushi les sushis qui passent pour être les meilleurs du monde.

Y dormir:

A Tokyo: le choix ne manque pas. Visez l’Aman avec sa vue imprenable sur le Fuji.

A Kanazawa: réservez au Ryokan Asadaya, datant de l’époque Meiji, si sophistiqué que les visiteurs y viennent de partout dans le pays.


 

Tachkent-Samarcande

Ouverte en 2011, la ligne suit la légendaire route de la soie sur 350 kilomètres. Bienvenue à bord de l’Afrosiyob, train à grande vitesse équipé d’une cabine VIP histoire d’encourager le tourisme naissant de l’Ouzbékistan. Après une brève halte à Tachkent où subsistent quelques témoins de l’architecture soviétique, direction Samarcande, classée par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. Erigée en capitale par Tamerlan au XIVe siècle, celle que les anciens textes religieux décrivaient comme le joyau de l’Orient garde les traces de son glorieux passé. Construit sous le règne impérial, le mausolée de Gour Emir est surmonté d’un dôme émaillé de ces céramiques turquoise typiques qui ornent tous les grands monuments de la cité tels que le Régistan, le cœur de Samarcande aux trois écoles coraniques, et la mosquée Bibi-Khanym.

Autre merveille: l’artisanat local, avec ses imprimés et ses broderies qui rempliront les valises des amateurs de décoration. Question gastronomie, la région ne cultive pas forcément une longue tradition culinaire. Quelques restaurants savent néanmoins mettre en valeur les spécialités ouzbeks. A Tachkent, le restaurant Caravan sert le fameux ploy, le plat national qui mélange riz, mouton, carottes et oignons. A Samarcande, il faut réserver une table dans le quartier de Staraya Arba, près des sites historiques, là où se dégustent les traditionnelles cailles farcies dans un cadre oriental pittoresque.

Y dormir:

A Tachkent: à l’Hyatt Regency qui vient d’ouvrir.

A Samarcande: le Malika Prime est une adresse confortable où les fenêtres s’ouvrent sur le mausolée Gour Emir voisin.


 

Taipei-Kaohsiung

Avec ses 48 tunnels et ses 350 kilomètres de long, cette ligne à grande vitesse traverse Taïwan du nord au sud. Départ à Taipei, arrivée à Kaohsiung, deuxième plus grande ville de l’île avec sa nature sublime, son parc national de Kenting et sa région de Maoli où les papillons viennent passer l’hiver. En chemin, des arrêts à Tainan, la ville la plus ancienne de Taïwan, et à Hsinchu, réputée pour ses arts verriers et son festival des lanternes, s’imposent. Sans oublier une étape à Chaiyi, pour emprunter l’un des trois derniers trains de haut plateau encore en circulation qui s’accroche au flanc de la montagne Alishan.

A Taipei, quinze minutes de marche suffisent pour passer de l’agitation du centre à la jungle du mont Eléphant. Une expérience inoubliable qui se complète avec les découvertes culinaires du cru. Réputée dans le monde entier pour sa cuisine de rue, l’île est un buffet géant de délices sans fin. L’adresse incontournable? Le mythique Din Tai Fung, où l’on dévore les meilleurs dumplings d’Asie.

Y dormir:

Vu sa superficie, l’île peut se visiter en rayonnant depuis Taipei. Question hébergement, le W reste fidèle à son esthétique ultra-design. L’hôtel séduit également avec ses impeccables restaurants et ses vues stupéfiantes, notamment sur la célèbre Tour 101, dont le nom indique le nombre d’étages.

Publicité