Caché derrière une entrée qui ne paie pas de mine, un couloir vous amène dans une salle au chic pimpant, avec haut plafond et des couleurs chaleureuses. Les lampes dessinent des auréoles de lumière, alors que la colonne centrale recouverte de lamelles de bois rappelle sobrement la forme d’un arbre. Le mot anglais oak signifie effectivement «chêne»; il désigne ce nouveau steakhouse qui n’a pas peur de se la jouer bling-bling.

Le propriétaire, Yetis Bastas, s’est inspiré de l’aura de bouchers superstars. Notamment du succès de son compatriote turc Nusret Gökçe, surnommé «Salt Bae», un restaurateur de 36 ans qui possède huit établissements et dont le compte Instagram dédié à la viande compte 25,7 millions d’abonnés. Entre mâle alpha et dandy, il y montre sa dextérité pour manier, couper et cuire la bidoche, qu’il termine par une pincée de gros sel jetée d’un air solennel, à l’instar d’un danseur de flamenco: