Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Akris, côté jardin brésilien

Doris Leuthard assiste au premier rang, à quelques mètres de Charlène de Monaco. Le public des fashion people. Dimanche à Paris, la marque Akris faisait non seulement défiler les vêtements printemps-été 2013 de sa première ligne. Mais elle fêtait aussi ses 90 ans. D’où 90 silhouettes présentées sur le podium (seule ou presque, Chanel fait plus grand). Et un beau livre, paru chez Assouline, signé Valerie Steele, curatrice en chef du Musée du FIT new-yorkais.

La maison saint-galloise pilotée par Albert Kriemler est la seule grande marque de mode suisse située dans le créneau du (très) grand luxe. Tout son ADN se trouvait cristallisé dans le défilé de dimanche. Des textiles précieux et savants dignes de la haute couture. Un esprit racé. Une façon impeccable, une discrétion tout helvétique.

Pour le printemps prochain, cela donne un esprit tailleur légèrement adouci. Une inspiration du côté de la nature et des jardins d’architecte. Beaucoup de textures résille et de cuirs perforés. Des robes de guipure ­damier chair et noir, étonnamment impudiques. L’incontournable smoking 2013 se décline ici sans manches, double face avec délicats détails zippés. Quant aux imprimés photographiques qui signent désormais les saisons Akris, ils s’inspirent de prises de vues aériennes des jardins dessinés par le Brésilien Roberto Burle Marx. Verdict: une maestria que les années ne cessent de dérider.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a