Les responsables de la maison de couture du quadragénaire, établi sur quatre étages dans l’est de Londres, ont rassemblé le personnel pour leur annoncer le décès.

Alexander McQueen, de son son vrai nom Lee Alexander McQueen, avait été retrouvé quatre heures auparavant à son domicile de l’ouest londonien. Les secours ont prononcé le décès sur place, et la police a indiqué qu’elle ne considérait pas cette mort comme «suspecte».

»A ce stade, il ne nous semble pas approprié de commenter cette nouvelle tragique au-delà du fait que nous sommes accablés et que nous partageons le choc et le chagrin de la famille de Lee», a indiqué la société dans un communiqué. McQueen devait présenter un défilé de prêt-à-porter féminin le 9 mars à Paris.

Il avait défrayé la chronique et gagné ses surnoms de «bad boy» ou «hooligan» en organisant un défilé de mannequins aux vêtements déchirés, suggérant qu’il s’agissait de victimes de viol, ou encore en faisant appel à un modèle aux jambes artificielles, à la suite d’une double amputation.

Dernier d’une famille modeste de six enfants de l’East-End à Londres --son père était chauffeur de taxi-- Alexander McQueen a commencé sa carrière comme apprenti chez les tailleurs pour homme les plus réputés de Savile Row. Parmi ses clients figuraient l’ancien dirigeant soviétique Mikhail Gorbatchev et le Prince de Galles.

Une légende qui a contribué à sa réputation d’enfant terrible, veut qu’il ait secrètement cousu un mot manuscrit obscène dans la doublure d’un vêtement destiné à l’héritier du trône britannique. Alexander McQueen a ensuite été formé au très réputé St Martin’s College of Art and Design, pépinière des nouveaux talents de la mode britannique.

Après avoir travaillé avec les créateurs Romeo Gigli et Koji Tatsuno, il traverse la Manche en 1996 pour succéder à son compatriote John Galliano dans la maison de haute couture parisienne Givenchy. Il y démontre un incontestable talent assorti d’un solide goût pour la provocation.

Se sentant moins soutenu que Galliano au sein de LVMH, il quitte le numéro un mondial du luxe avec fracas en 2001 pour entrer dans le giron du groupe Gucci qui lui permet d’ouvrir une maison à son nom.

Alexander McQueen avait ouvert des boutiques sous sa marque à New York, Londres, Los Angeles, Milan et Las Vegas. Il connaît le succès avec son style prisé de chanteuses accros à la mode Björk, Rihanna, ou Lady Gaga, et habille aussi Kate Blanchet et Kate Moss.

Alexander McQueen lance sa première collection homme en 2004 et plus récemment une collection plus décontractée, basée sur le jean denim, intitulée «McQ».

Il a trois ans, il subit un coup dur en perdant son amie proche et l’icône de la mode Isabella Blow qui se suicide à l’âge de 48 ans. Alexander McQueen avait été désigné à quatre reprises designer britannique de l’année. Aussitôt l’annonce de sa mort, les témoignages ont afflué.

Pour Alexandra Shulman, rédactrice en chef du Vogue britannique, «McQueen a influencé une génération entière de stylistes. Son imagination brillante ne connaissait pas de limites et il proposait ses créations extraordinaires».

«Il a eu un impact massif», a souligné Louise wilson, enseignante à Central St Martins interrogée par la BBC, en citant l’exemple de la mode pour les jeans taille basse.

«Son génie parfois provocateur ouvrait constamment des perspectives nouvelles», a déclaré François-Henri Pinault, PDG du groupe français PPR qui détient la maison de mode McQueen.

Le couturier Karl Lagerfeld a pour sa part jugé son travail «très intéressant», mais «un peu déshumanisé» en raison de son «attirance de la mort».

Homosexuel déclaré, McQueen s’était uni en 2000 à son partenaire, le documentariste George Forsyth, au cours d’une cérémonie sur un yatch à Ibiza.