Ma montre et moi

Alexis Georgacopoulos: «Ma Rolex "Mickey Mouse" renvoie surtout à l’enfance de chacun»

Le directeur de l’ECAL nous raconte le lien qu’il entretient avec sa montre favorite

«C’était en avril 2012. Au Salon du meuble de Milan, l’ECAL présentait la première série d’expositions sous ma direction et la semaine avait été bien chargée. Je m’apprêtais à plier bagage et à rentrer en Suisse, lorsque je suis passé devant une boutique d’horlogerie ancienne», raconte Alexis Georgacopoulos au sujet d’une montre bien particulière, qui ne le quitte pratiquement jamais.

«Le coup de cœur a été instantané: parmi les pièces exposées, une Rolex Oyster Date présentait une caractéristique très intéressante… Son cachet, plus qu’insolite, résidait en effet dans le cadran affichant une souris Mickey Mouse. Au terme de «mon» premier Salon du meuble, j’ai voulu me faire un cadeau à moi-même», poursuit le directeur de l’ECAL, qui est aussi designer. La montre Mickey est en fait un custom réalisé à partir d’une Rolex vintage. On ne la trouve pas au catalogue officiel de la marque genevoise. «Dans le train du retour, une fois l’euphorie redescendue, je me suis dit: «Mais qu’est-ce qui m’a pris?» Porter au poignet un personnage de Disney, ça paraissait insensé!»

Et puis, assez vite, le doute s’estompe. Le charme de cette 35 mm réside dans le fait qu’elle mêle la rigueur de l’horlogerie suisse et un design iconique avec la légèreté du dessin animé. Avec son look ludique, la Rolex Mickey incite aussi à la conversation. «Elle attire les regards, fait sourire, observe le patron de l’ECAL. Je pense que ma montre renvoie surtout à l’enfance de chacun.»

Une enfance qui n’est jamais aussi pressée par le temps qu’à l’âge adulte. Pourtant, bien qu’Alexis Georgacopoulos entretienne une vie résolument chargée, il ne ressent pas d’empressement: «Je suis quelqu’un d’assez organisé, donc généralement le temps ne m’oppresse pas.» Ce temps d’ailleurs, à l’image de toute une époque, il ne le consulte pas sur sa montre; son téléphone suffit. Sa Rolex Mickey Mouse reste davantage un objet de cœur: «Il m’arrive de porter d’autres montres, mais dans ces cas-là, il se crée comme un manque.»

Lire aussi: Vincent Baudrillier, "Ma Rolex renvoie surtout à l'enfance de chacun"

Publicité